Les autorités enquêtent sur une maladie rare du sang chez certaines personnes ayant reçu le vaccin contre le Covid-19

Par Zachary Stieber
12 février 2021
Mis à jour: 14 février 2021

Les fonctionnaires fédéraux enquêtent sur la cause de la thrombocytopénie, une maladie rare du sang développée chez certaines personnes ayant reçu le vaccin contre le Covid-19, ayant entraîné au moins plusieurs décès.

La Food and Drug Administration (FDA) enquête et évalue les cas signalés, a dit un porte-parole de l’agence à Epoch Times par e-mail.

« Pour l’instant, nous n’avons pas trouvé de lien de cause à effet », a affirmé le porte-parole. « Nous informerons le public au fur et à mesure que nous en saurons plus sur ces événements. »

La maladie du sang a été répertoriée par la FDA l’année dernière comme un effet indésirable possible de la vaccination contre le Covid-19, au même titre que d’autres effets indésirables graves tels que le syndrome de Guillain-Barré et le décès.

Plusieurs dizaines de cas de thrombocytopénie post-vaccinale ont été signalés au Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), système passif de signalement géré par la FDA et les Centers for Disease Control and Prevention. Environ 44,7 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 ont été administrées aux États-Unis en date du 10 février.

Dans un cas, un homme de 56 ans en Floride, à qui l’on avait injecté le vaccin de Pfizer, a été transporté d’urgence à l’hôpital plusieurs jours plus tard, après avoir remarqué de « petites taches de sang ». On lui a diagnostiqué une thrombocytopénie.

Une femme de 36 ans, originaire de Pennsylvanie, a déclaré s’être réveillée début janvier, environ deux semaines après avoir reçu le vaccin de Pfizer, avec des ampoules de sang partout dans la bouche et s’être rendue aux urgences. Elle a été admise et on lui a diagnostiqué un purpura thrombocytopénique idiopathique (PTI), une version de ce trouble.

Le cas le plus connu est celui du Dr Gregory Michael, un médecin de 56 ans de Miami qui est mort 16 jours après avoir été vacciné contre le virus du PCC (Parti communiste chinois), responsable du Covid-19.

L’épouse du Dr Gregory Michael, Heidi Neckelmann, a écrit sur Facebook que le médecin avait été admis aux urgences, où le personnel médical a constaté que son taux de plaquettes était nul. La thrombocytopénie provoque un faible taux de plaquettes et, chez les adultes, nécessite généralement un traitement médical.

Le Dr Gregory Michael a été emmené dans une unité de soins intensifs, où on lui a diagnostiqué un PTI aigu, causé par une réaction au vaccin, a déclaré sa femme.

Une infirmière prépare un vaccin Pfizer Covid-19 pour l’administrer à la Jerome Mack Middle School de Las Vegas, le 29 janvier 2021. (Ethan Miller/Getty Images)

« Personne ne m’a contacté de Pfizer ou d’une agence de santé. Tout ce que je sais de l’enquête, c’est ce qui est publié dans les différents articles de presse, à savoir qu’elle est en cours d’investigation », a-t-elle dit à Epoch Times dans un message sur Facebook.

Le Dr Jerry Spivak, professeur de médecine dans la division d’hématologie de l’école de médecine de l’université Johns Hopkins dans le Maryland, n’a pas examiné Gregory Michael et n’a pas connaissance de son traitement.

« Cependant, en se basant sur l’apparition rapide, la gravité et l’évolution similaire de la thrombocytopénie chez plusieurs autres patients au cours de la même période, exposés au même vaccin et tous étant des hommes, ce qui est inhabituel pour une thrombocytopénie immunitaire, je pense qu’un argument très fort peut être avancé dans la mesure où, jusqu’à preuve du contraire, l’association [avec le vaccin] doit être considérée comme réelle, et non pas fortuite », a expliqué le Dr Jerry Spivak à Epoch Times par courrier électronique.

« La thrombocytopénie induite par le vaccin est un événement rare reconnu, mais personne ne devrait en mourir. Rejeter cet événement comme étant une coïncidence ou simplement possible est une injustice pour le Dr Michael, pour la recherche scientifique et un préjudice pour d’autres personnes qui pourraient ressentir le même événement indésirable. Donc, oui, jusqu’à preuve du contraire, je considère qu’il s’agit d’un événement lié au Covid-19 », a ajouté le médecin, qui a lui-même été vacciné et qui conseille aux autres de se faire vacciner parce qu’il pense que les avantages l’emportent sur les risques.

Un responsable de Pfizer a dit à Epoch Times que l’enquête préliminaire sur les cas de thrombocytopénie post-vaccinale indique qu’il n’y a pas de lien entre les vaccins et le trouble, mais a précisé que la FDA et d’autres agences fédérales de santé sont responsables des enquêtes.

« Nous prenons très au sérieux les rapports d’événements indésirables. Nous avons connaissance de cas de thrombocytopénie chez les personnes ayant reçu notre vaccin contre le Covid-19, signalés au VAERS […] et/ou à Pfizer. Nous recueillons des informations pertinentes à partager avec la FDA. Toutefois, pour l’instant, nous n’avons pas été en mesure d’établir un lien de cause à effet avec notre vaccin », a ajouté un porte-parole par courrier électronique.

« À ce jour, des millions de personnes ont été vaccinées et nous surveillons de près tous les effets indésirables chez les personnes qui reçoivent notre vaccin. Les effets indésirables graves, y compris les décès qui ne sont pas liés au vaccin, sont malheureusement susceptibles de se produire à un rythme similaire à celui de la population générale. »

Moderna, la seule autre société ayant reçu une autorisation d’urgence pour un vaccin contre le Covid-19 aux États-Unis, n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires d’Epoch Times.

Les autorités américaines ont souligné que le VAERS est un système mational qui est passif, ce qui signifie que tout le monde peut soumettre des rapports. Cependant, à ce stade du processus de vaccination, il s’agit du principal système de communication au public concernant les effets indésirables suivant la vaccination. Il est prévu de mettre en place des systèmes plus solides dans les mois à venir.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ