Les bienfaits de la lumière rouge et de la luminothérapie par le proche infrarouge

Notre corps a une connexion biochimique avec la lumière du soleil que certains d'entre nous doivent compléter
Par Joseph Mercola
15 mars 2021
Mis à jour: 15 mars 2021

Dans cette interview, Ari Whitten, auteur de  The Ultimate Guide to Red Light Therapy, passe en revue les mécanismes et les bienfaits fondamentaux des lumières rouge et infrarouge. Diplômé en kinésiologie, en sciences du sport et en sciences de la motricité, Ari Whitten étudie la santé naturelle, la remise en forme physique et la nutrition depuis plus de 20 ans.

La lumière comme nutriment 

Les lumières rouge et proche infrarouge sont, bien entendu, une partie de la lumière naturelle du soleil, qui agit et a une valeur nutritionnelle. Les thérapies par la lumière rouge et presque infrarouge (ou lumière infrarouge proche, ou presque infrarouge) sont des moyens de bénéficier de certains de ces bienfaits. Elles peuvent être particulièrement utiles et bénéfiques pour les personnes qui ne s’exposent pas suffisamment à la lumière naturelle du soleil, ce qui est le cas de la majorité des gens. Comme le note Whitten :

« Il y a une montagne de littérature qui montre que l’exposition régulière au soleil est l’une des choses les plus puissantes et les plus importantes que vous puissiez faire pour votre santé et pour prévenir les maladies. En même temps, nous avons un grand public qui a peur de la lumière du soleil.

« Même la question du mélanome est truffée de malentendus, car des recherches ont montré, d’un point de vue mécanique, que si vous exposez des cellules dans une boîte de Pétri à une grande quantité de lumière UV, vous pouvez absolument provoquer des dommages à l’ADN et induire la formation de cancer.

« Vous pouvez prendre des rats et les exposer à des tonnes de lumière UV isolée et induire un cancer. Vous pouvez même trouver une association entre les brûlures du soleil et un risque accru de mélanome.

« Malgré tous ces éléments, il se trouve que lorsque vous comparez des personnes qui s’exposent régulièrement au soleil à des personnes qui s’y exposent beaucoup moins, elles ne présentent pas de taux plus élevés de mélanome.

« En fait, il existe un tas d’études comparant les travailleurs en extérieur aux travailleurs en intérieur, qui montrent que les travailleurs en extérieur ont des taux plus faibles de mélanome malgré une exposition au soleil de trois à neuf fois supérieure. »

Cela s’explique notamment par le fait que les travailleurs d’intérieur sont exposés à l’éclairage fluorescent, qui est chargé d’électricité polluante ou de transitoires à haute tension qui ont un effet biophysique et psychologique sur les gens.

En l’espace de quelques générations, les gens ont perdu la nourriture essentielle qu’est le soleil et ont vu leur environnement saturé d’appareils sans fil émettant des micro-ondes.

Ainsi, non seulement les gens ne sont pas exposés à la lumière du soleil, mais ils sont également exposés à des CEM nocifs.

Un effet secondaire de ce changement est que les gens ont perdu leur réaction biochimique normale au soleil. L’exposition intermittente, c’est-à-dire l’exposition occasionnelle à la lumière du soleil suivie de plusieurs jours ou semaines de faible ou d’absence d’exposition, est généralement plus problématique que l’exposition régulière et fréquente au soleil, car vous risquez davantage de brûler et d’endommager l’ADN de votre peau.

Une exposition régulière, en revanche, atténue ce risque, car elle met en jeu des systèmes adaptatifs innés dans votre peau, votre mélanine en particulier, qui sont explicitement conçus pour prévenir les lésions de l’ADN dues à l’exposition aux UV.

« Ainsi, notre corps est doté d’un système conçu pour nous permettre de bénéficier de tous les avantages de la lumière du soleil sans subir de dommages à l’ADN et sans augmenter le risque de cancer de la peau », explique le Dr Whitten, qui explique que la meilleure façon de comprendre ce phénomène est de considérer la lumière comme un nutriment.

« Tout comme nous avons besoin de nutriments adéquats dans les aliments que nous mangeons, et tout comme notre corps a besoin de mouvements physiques pour exprimer une fonction cellulaire normale, nous avons également besoin d’une exposition adéquate à la lumière pour exprimer une fonction cellulaire normale. L’absence de cette exposition à la lumière crée une fonction cellulaire anormale. Et il existe une myriade de mécanismes par lesquels cela se produit.

« La vitamine D est évidemment le plus connu, car elle régule plus de 2 000 gènes liés à la santé immunitaire, à la santé musculo-squelettique et à bien d’autres choses. Mais il existe de nombreux autres mécanismes [également]. »

Longueurs d’onde bioactives

Comme l’explique Whitten, il existe des longueurs d’onde bioactives spécifiques, qui agissent par le biais de différents mécanismes. L’un de ces mécanismes passe par les yeux, et c’est pourquoi il est généralement préférable de ne pas porter constamment des lunettes de soleil. Lorsque vous êtes à l’extérieur par une journée ensoleillée et que vous ne portez pas de lunettes de soleil, les longueurs d’onde bleues et vertes pénètrent dans vos globes oculaires et sont transmises par les nerfs à l’horloge circadienne de votre cerveau.

Votre horloge circadienne, à son tour, régule une variété de systèmes corporels, des neurotransmetteurs impliqués dans la régulation de l’humeur aux hormones impliquées dans la fonction immunitaire. Un rythme circadien déréglé a été associé à des dizaines de maladies, dont le cancer, les maladies cardiovasculaires et les maladies neurologiques.

« Je considère que la perturbation du rythme circadien et le manque de sommeil sont probablement les causes les plus fréquentes de la faiblesse des niveaux d’énergie et de la fatigue », explique le Dr Whitten. La fatigue est le point central de sa marque Energy Blueprint et, dans l’interview, il passe en revue certaines des autres causes fondamentales du manque d’énergie et de la fatigue, outre l’exposition à la lumière.

En résumé, la résilience de votre organisme, c’est-à-dire votre capacité à tolérer les facteurs de stress environnementaux, dépend directement de la robustesse, tant en termes de quantité que de qualité, de vos mitochondries. Lorsque le seuil de résilience est dépassé, les processus pathologiques sont activés, et la fatigue peut être considérée comme le symptôme universel initial avant la déclaration de la maladie. Pour plus d’informations sur ce sujet annexe, ne manquez pas d’écouter l’interview ou de lire la transcription.

La thérapie par la lumière rouge

La thérapie moderne par la lumière rouge et la lumière infrarouge proche est une extension de l’héliothérapie originale ou thérapie par le soleil, qui a une longue et riche histoire d’utilisation pour un certain nombre de maladies, y compris la tuberculose.

Au cours des dernières décennies, plus de 5 000 études ont été publiées sur la thérapie par la lumière rouge et infrarouge proche, alias photobiomodulation, pour un large éventail d’affections, de la lutte contre les rides et la cellulite à la repousse des cheveux, en passant par les performances sportives, la récupération accélérée des blessures, l’augmentation de la force, et bien plus encore.

« Vous obtenez des améliorations dans les adaptations forcées, des améliorations dans la synthèse des protéines musculaires et la quantité de muscles gagnés, une amplification de la perte de graisse, une sensibilité accrue à l’insuline – tout cela lorsqu’il est combiné avec l’exercice, par rapport à l’exercice seul », explique Whitten.

« Des recherches menées sur des personnes souffrant d’hypothyroïdie de Hashimoto ont également montré de profondes réductions des anticorps thyroïdiens, ainsi que des niveaux d’hormones thyroïdiennes. Il existe également des centaines d’études sur des sujets de niche aléatoires, comme l’aide aux personnes souffrant d’ulcères diabétiques, la lutte contre les douleurs arthritiques et les douleurs chroniques, la santé des articulations, la cicatrisation des tissus et des os, etc.

« Il existe au moins des dizaines, voire des centaines d’études sur l’utilisation de la thérapie par la lumière rouge dans le contexte de la chimiothérapie pour combattre la mucosite buccale, c’est-à-dire l’inflammation de la muqueuse buccale qui est un effet secondaire de certains médicaments de chimiothérapie. L’un des traitements les plus efficaces, si ce n’est le plus efficace, est la thérapie par la lumière rouge. »

Plus n’est pas nécessairement mieux

Une erreur courante est de penser que si quelque chose est bénéfique, alors plus il y en a, mieux c’est. Mais cette hypothèse peut s’avérer dangereuse. Comme l’explique Whitten, il existe une réponse biphasique de la dose à la luminothérapie rouge et infrarouge proche. En gros, il faut en faire suffisamment pour en ressentir les effets, mais si vous en faites trop, vous risquez de provoquer des effets négatifs. Il s’agit donc de trouver le juste équilibre.

Cela dit, en règle générale, le risque de dépasser la dose bénéfique avec la luminothérapie est plus faible qu’avec quelque chose comme l’exercice. En d’autres termes, il est beaucoup plus facile de faire trop d’exercice et d’endommager les tissus que d’abuser de la luminothérapie rouge et infrarouge proche.

Cela dit, Whitten prévient que certaines personnes ont une réaction particulière.

« D’après ce que j’ai constaté dans mon groupe d’environ 10 000 personnes qui ont suivi mon programme, qui comptait beaucoup de personnes souffrant de fatigue chronique sévère ou de syndrome de fatigue chronique débilitante, il semble y avoir un petit sous-groupe de personnes, je dirais entre 1 et 5 % de personnes, qui ont une réaction vraiment négative à cette thérapie, même à très, très petites doses, disons deux minutes de thérapie par la lumière rouge […]

« Il semble donc y avoir ce petit sous-ensemble de personnes qui sont vraiment hypersensibles et sujettes à des effets négatifs. D’après mon expérience, ces personnes sont généralement en très mauvaise santé. »

L’une des raisons potentielles de ce phénomène est que, comme l’exercice et le jeûne, la luminothérapie est un type de stress hormétique, qui agit en partie en augmentant transitoirement les radicaux libres ou les espèces réactives de l’oxygène.

Les personnes dont la santé mitochondriale est extrêmement faible auront un seuil de résilience très bas, de sorte que leur capacité à tolérer cette poussée d’espèces réactives de l’oxygène sera faible. À ce stade, elles ne font que créer des dommages, et leur organisme n’a pas la résilience nécessaire pour s’en remettre efficacement.

Mécanismes d’action

Comme l’a noté Whitten, il existe plusieurs mécanismes d’action reconnus, et d’autres plus spéculatifs. L’un des mécanismes les plus connus est la cytochrome c oxydase (ou complexe IV), un photorécepteur situé sur votre mitochondrie qui capture littéralement les photons de lumière rouge et proche infrarouge.

Les longueurs d’onde les plus efficaces qui activent ce système se situent dans la gamme des 600 à 700 nanomètres, et dans celle des 800 à 1 000 nanomètres. En réponse à ces photons lumineux, vos mitochondries vont produire de l’énergie plus efficacement. « En général, les cellules – qu’il s’agisse des cellules de la peau, de la glande thyroïde ou des cellules musculaires – fonctionnent mieux si les mitochondries produisent plus d’énergie », explique M. Whitten.

Il s’agit là d’un principe général qui explique comment la luminothérapie peut contribuer à la guérison d’un éventail aussi diversifié de tissus et d’affections. Un autre mécanisme est lié aux avantages de l’hormèse et au pic transitoire d’espèces réactives de l’oxygène. Ce pic d’espèces réactives de l’oxygène crée une cascade d’effets de signalisation qui stimulent la voie NRF2 et les protéines de choc thermique, par exemple.

En conséquence, votre système de réponse antioxydant intracellulaire est renforcé et vos mitochondries sont stimulées pour devenir plus grandes et plus fortes. Il stimule également la biogenèse mitochondriale, c’est-à-dire la création de nouvelles mitochondries. Au final, tout cela augmente votre résistance à un large éventail de facteurs de stress environnementaux.

« Si l’hormèse est dosée correctement, elle ne devrait pas créer de dommages durables. Elle devrait stresser le système temporairement et stimuler des mécanismes d’adaptation qui, au final, rendent l’ensemble du système plus résistant à tout type de dommages », explique Whitten. « Mais vous ne devriez pas faire de l’hormèse à une dose qui crée réellement des dommages ».

La luminothérapie module l’expression génétique

Un troisième mécanisme d’action implique la signalisation rétrograde et la modulation de l’expression génétique. Vos mitochondries jouent ici aussi un rôle clé. Comme l’explique Whitten :

« Les mitochondries ne sont pas seulement des générateurs d’énergie sans cervelle, mais aussi des capteurs environnementaux qui détectent ce qui se passe dans l’environnement. Y a-t-il des toxines présentes, un agent pathogène présent ? Y a-t-il une augmentation des cellules inflammatoires ?

« Elles captent ces signaux. Elles captent également les signaux lumineux […] et les espèces réactives de l’oxygène provenant du stress hormonal. Et elles relaient ces signaux à la mitochondrie d’une manière qui module l’expression des gènes. »

Il y a un ensemble spécifique de gènes qui sont exprimés en réponse à la thérapie par la lumière rouge et presque infrarouge. En résumé, c’est une thérapie qui active les gènes impliqués dans la réparation cellulaire, la régénération cellulaire et la croissance cellulaire, en fonction du tissu.

Par exemple, dans votre cerveau, cette thérapie active le facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) ; dans votre peau, elle augmente l’expression des fibroblastes qui synthétisent le collagène ; dans vos muscles, elle augmente localement l’expression de l’IGF1 et des facteurs impliqués dans la synthèse des protéines musculaires.

« Ainsi, vous obtenez ces effets locaux dans ces tissus spécifiques qui régulent à la hausse les gènes impliqués dans la guérison, la croissance et la réparation des cellules », explique Whitten.

L’exposition aux UVA, à la lumière rouge et à la lumière infrarouge proche augmente également la libération d’oxyde nitrique (NO) qui, tout en étant un radical libre, présente également de nombreux avantages métaboliques à des concentrations optimales. De nombreux bienfaits de l’exposition au soleil ne peuvent pas être expliqués uniquement par la production de vitamine D, et l’influence du NO peut être une partie de la réponse.

Il existe également une ligne de recherche spéculative suggérant que la lumière rouge et infrarouge proche interagit avec les métabolites de la chlorophylle d’une manière qui aide à recycler l’ubiquinol à partir de l’ubiquinone (la version réduite du CoQ10).

Ces longueurs d’onde spécifiques de la lumière peuvent aider à recycler le CoQ10 réduit, ce qui améliore également la production d’énergie. « Il pourrait donc y avoir une synergie très intéressante entre votre régime alimentaire et la thérapie par la lumière rouge et infrarouge proche, la consommation de composés plus riches en chlorophylle pouvant renforcer cet effet », déclare Whitten.

Plus d’informations

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous procurer un exemplaire du livre de Whitten, The Ultimate Guide to Red Light Therapy. Sur son site Web, TheEnergyBlueprint.com, vous pouvez également accéder à son podcast Energy Blueprint, à des articles, à des programmes et à des témoignages.

Dans son livre, Whitten fournit des recommandations spécifiques pour les appareils thérapeutiques à lumière rouge et infrarouge proche, ce qui peut vous faire gagner beaucoup de temps de recherche si vous envisagez ce type de thérapie. Comme le note Whitten :

« Il existe quelques marques de qualité. Le choix de l’appareil importe vraiment. Je tiens à vous mettre en garde car il existe beaucoup d’appareils de mauvaise qualité. Il y a beaucoup d’appareils dont la puissance de sortie est un cinquantième de celle des appareils que je recommande, et quelqu’un qui n’y est pas informé, qui ne sait pas pourquoi la puissance de sortie de ces appareils est importante, pourrait simplement aller sur Amazon et acheter un appareil à 30 $.

« Si vous achetez un appareil de faible puissance, vous n’obtiendrez pas la même thérapie par la lumière rouge ou par la lumière infrarouge proche qu’avec un appareil de forte puissance. Il est donc très important de procéder de la bonne manière, de se procurer un appareil de bonne qualité et de le doser de la bonne manière. »

Le Dr Joseph Mercola est le fondateur de Mercola.com. Médecin ostéopathe, auteur de best-sellers et lauréat de plusieurs prix dans le domaine de la santé naturelle, sa vision première est de changer le paradigme de la santé moderne en fournissant aux gens une ressource précieuse pour les aider à prendre le contrôle de leur santé. Cet article a été initialement publié sur Mercola.com.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ