Les agences de santé américaines signalent une augmentation de 51% des tentatives de suicide chez les adolescentes

Des données récemment publiées révèlent une augmentation des hospitalisations pour automutilation et troubles mentaux chez les adolescents en 2020
Par Brett Cooper
14 juillet 2021
Mis à jour: 16 juillet 2021

Beth Palmer avait 17 ans et rêvait de devenir chanteuse en mars 2020 lorsque le Royaume-Uni est entré en confinement à cause du Covid-19. Un mois plus tard, elle était morte.

« Elle était une fille merveilleuse, merveilleuse. Elle était juste drôle, elle illuminait la pièce », a déclaré Mike Palmer, le père de Beth. « Elle était aussi très affectueuse et aimante. Elle avait le monde à ses pieds. Elle avait tout, tout pour vivre. »

Beth n’est pas morte du Covid-19. Elle a pris sa propre vie.

Aspirante chanteuse et étudiante en chant à l’Access Creative College de Manchester, Beth a perdu son équilibre psychologique à cause de l’isolement forcé. Sa famille affirme qu’elle n’avait auparavant montré aucun signe de problème de santé mentale. Cependant, elle a affirmé que l’ordre de rester à la maison lui a fait semblé durer des siècles.

« Elle n’a pas pu terminer l’université, elle n’a pas pu sortir et voir ses amis. Elle avait l’impression que ce confinement de trois mois représentait pour elle 300 ans », a déclaré son père dans une vidéo devenue virale l’année dernière.

Incapable de terminer ses études, de voir ses amis ou de s’adonner à sa passion, Beth Palmer, habituellement vive et affectueuse, est devenue obsédée par la crainte que le confinement ne prenne jamais fin.

Dans les semaines qui ont suivi sa mort, la famille de Beth s’est exprimée sur les conséquences qu’a occasionnées l’ordre de rester à la maison et a mis en garde les parents contre les difficultés auxquelles leurs enfants pourraient être confrontés, affirmant que « personne ne devrait se sentir isolé au point de faire cela ».

Tragiquement, de nouvelles données gouvernementales montrent que la mort de Beth fait partie d’une tendance mondiale d’adolescents qui cherchent à échapper au poids du confinement gouvernemental.

Données troublantes des CDC

Des données récemment publiées par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies révèlent une augmentation de l’automutilation et des hospitalisations dues à une mauvaise santé mentale chez les adolescents en 2020.

Dans l’ensemble, le nombre de visites à l’hôpital liées à la psychiatrie chez les jeunes a augmenté de 31 % l’année dernière. Pour les jeunes femmes comme Beth Palmer, ce chiffre a été bien plus lourd. Les tentatives de suicide présumées chez les filles ont augmenté de 50,6 %, contre une hausse de 3,7 % chez les jeunes hommes.

Comme le conclut le rapport, les implications des confinements, telles que « l’éloignement physique, les obstacles aux traitements de santé mentale, l’augmentation de la consommation de substances et l’anxiété liée à la santé de la famille et aux problèmes économiques » ont toutes particulièrement affecté les enfants, contribuant à une augmentation généralisée des pensées suicidaires.

Un récent article du Wall Street Journal complète le tableau dressé par les CDC en révélant qu’en Californie, le suicide des adolescents a augmenté de 24 %, entraînant 134 décès en 2020. En revanche, seuls 23 mineurs californiens sont morts de la maladie du Covid-19.

Plus précisément, à Oakland, les hôpitaux ont constaté une augmentation de 66 % des adolescents identifiés comme ayant des idées suicidaires entre mars et octobre 2020.

À la lumière de ces chiffres alarmants, les responsables de la santé publique californienne commencent enfin à s’exprimer sur cette question.

Pendant plus d’un an, alors que les maladies mentales et les suicides montaient en flèche, ces mêmes politiciens et experts de la santé ont continuellement ignoré les préoccupations valables concernant les conséquences désastreuses des confinements.

Il est clair que même s’ils n’étaient pas généralement exposés au risque de Covid-19, les jeunes comme Beth Palmer constituaient un groupe à haut risque de suicide, et le gouvernement n’y a pas prêté attention.

Un professeur brutal

« L’expérience », a écrit un jour l’économiste français Frédéric Bastiat (1801-1850), « enseigne avec efficacité, mais avec brutalité. » Tragiquement, cela semble être le cas avec les conséquences involontaires des confinements de Covid-19.

L’augmentation du nombre de suicides d’adolescents n’est qu’un exemple des dommages collatéraux des confinements – d’autres incluent des poussées de pauvreté infantile, des surdoses de drogues et du chômage, ainsi qu’une forte baisse des dépistages du cancer – et ne devrait pas être une surprise.

En avril 2020, le JAMA Psychiatry a publié un rapport sur les conséquences possibles des ordres de quarantaine, affirmant que s’ils pouvaient contribuer à étouffer les nouvelles infections, « le potentiel de résultats négatifs sur le risque de suicide est élevé« .

Au milieu de ces avertissements, les responsables de la santé publique ont poursuivi leurs efforts, croyant que leurs politiques protégeraient les gens du Covid-19. Une abondance de preuves empiriques suggère cependant que ces efforts ont échoué.

Le chemin de l’enfer, dit-on, est pavé de bonnes intentions. Et pour cause. Le monde est complexe et les efforts pour le remodeler aboutissent souvent à des résultats autres que ceux escomptés. C’est précisément la raison pour laquelle Bastiat a enseigné l’importance de faire preuve de retenue et de prévoyance lors de la mise en œuvre d’une politique, afin de ne pas chercher à obtenir « un petit bienfait acquis dans le moment présent, qui serait suivi d’un grand mal à venir ».

C’est quelque chose que les gouvernements n’ont pas fait en 2020.

Beth Palmer avait une vie prometteuse devant elle. Elle et les autres adolescents qui ont lutté pour faire face à l’isolement imposé par l’État méritaient mieux. Alors apprenons au moins quelque chose de l’expérience brutale des confinements.

Brett Cooper est une actrice professionnelle et un écrivain libertarien-conservateur. Elle est ambassadrice pour PragerU et TurningPoint USA et responsable du contenu pour Unwoke Narrative. Cet article a été initialement publié sur FEE.org.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ