Les cinq éléments et les cinq tonalités de la musique chinoise

24 avril 2015 Mis à jour: 12 décembre 2016

 

Le concept des cinq éléments est profondément enraciné dans la culture traditionnelle chinoise et notamment dans la musique.La musique chinoise est basée sur l’ancien système musical pentatonique. Les cinq tons sont classifiés comme: Kung, Shang, Chiao, Chih et Yue.

Selon la théorie chinoise des cinq éléments, liée à la musique chinoise, les tonalités sont connectées à une myriade de concepts cosmologiques, ainsi qu’aux fonctionnements internes de l’homme.

Les Chinois ne considèrent pas comme une coïncidence le fait que les êtres humains aient cinq organes internes – le cœur, le foie, les poumons, les reins et la rate, cinq organes des sens – la bouche, le nez, les yeux, les oreilles et la langue et cinq doigts à chaque main.

La tradition et les cinq tonalités

Selon la tradition chinoise, n’importe laquelle de ces cinq tonalités peut influer sur les organes internes d’un être humain et pourrait agir comme un mécanisme régulateur. La musique peut augmenter le métabolisme, ouvrir les processus de pensée et réguler le cœur. La constitution de chacun étant différente, les organes internes d’une personne peuvent varier d’une personne à l’autre ; et la musique touche les gens de façons différentes.

Selon les cinq tonalités de base, on peut détecter différentes influences dans le corps humain. Par exemple, les mélodies basées sur Kung sont classifiées comme nobles, liées à la terre et influent sur la rate. Écouter souvent de telles musiques rend tolérant et aimable.

Les mélodies Shang sont lourdes, comme le métal, inflexibles. Cette musique influe sur les poumons et l’écouter fréquemment rend droit et amical.

La musique basée sur Chueh annonce l’arrivée du printemps et éveille à nouveau toute vie. Ce genre de musique agit sur le foie. L’écouter donne bon coeur et rend conciliant.

La musique Chih est extrêmement émotionnelle, comme le feu. Elle influe sur le coeur et l’écouter rend généreux.

Les airs basés sur Yue sont mélancoliques, comme l’eau qui coule avec sérénité. Ils influent sur les reins. Écouter de tels airs rend psychologiquement équilibrés et doux, «triste mais pas blessé» et «content mais pas à l’excès», comme le dit l’ancien adage. C’est ce que la culture de la musique chinoise essaie de communiquer.

Quelles que soient les émotions  qu’elle exprime, trop de musique peut perturber l’équilibre du corps et le flux de l’énergie.

D’origine taiwanaise, Dr Chen a pratiqué les médecines traditionnelles et alternatives chinoises ainsi que l’acupuncture pendant plus de dix ans. Depuis 2004, elle donne des conférences sur la relation entre la musique et la santé.

RECOMMANDÉ