Les citoyens chinois ayant besoin de soins médicaux urgents sont négligés pendant les confinements très strictes

Par Olivia Li
15 février 2021
Mis à jour: 15 février 2021

Le 8 janvier, plusieurs villes de la province de Hebei, dans le nord de la Chine, ont été placées sous contrôle, dans un contexte de résurgence des cas de Covid-19. Puis, à la mi-janvier, les autorités locales de la ville de Xingtai, dans la province du Hebei, ont renforcé les contrôles lorsque les cas confirmés ont continué à augmenter.

Epoch Times a obtenu une série de documents classifiés du gouvernement municipal de Xingtai, révélant que de nombreux résidents qui n’étaient pas touchés par la Covid-19 avaient lutté désespérément pour obtenir un traitement contre les maladies cardiaques, les insuffisances rénales et les tumeurs en raison des mesures de confinement sévères et inhumaines qui ont été imposées.

Un décès lors d’un appel auprès de la permanence téléphonique du maire

Dans le document, intitulé Xingtai City’s Hotline Handling Records, un registre du 16 janvier indiquait qu’un résident avait dû appeler la permanence téléphonique du maire le soir parce qu’un résident âgé avait de la fièvre et que toutes les tentatives pour se faire soigner avaient échoué. Le patient est décédé pendant cet appel.

Un résident surnommé Qin, qui connaît bien la situation, a expliqué au journal Epoch Times que le patient était une personne âgée nommée Guo vivant dans la zone rurale de Xingtai. Il avait soudainement une forte fièvre et présentait des symptômes d’asthme, bien qu’il n’ait pas d’antécédents médicaux d’asthme et qu’il ait été en bonne santé. Cependant, sa famille n’a pas pu trouver un hôpital qui puisse l’accueillir pour le soigner.

« Il a laissé derrière lui son épouse et un petit-enfant de 6 ans. Ses enfants, qui vivent en dehors de la ville, voulaient revenir à la maison pour organiser des funérailles pour lui, mais les autorités du village ont refusé de l’aider », a déclaré M. Qin. « En outre, sa famille ne sait pas quelle maladie M. Guo a eue. Il pourrait s’agir du nouveau coronavirus, mais ils n’ont pas pu le vérifier. »

Le district de Guo était sous haute surveillance depuis le 16 janvier au soir. Les résidents ont reçu l’ordre de se mettre en quarantaine à domicile et tous les travailleurs essentiels de rester sur leur lieu de travail et de ne pas rentrer chez eux.

De nombreuses tragédies

Guo n’est pas le seul à avoir connu une situation désespérée en étant enfermé. Selon les documents internes, les familles d’un certain nombre de patients gravement malades ont également appelé la ligne d’assistance téléphonique du maire, cherchant désespérément de l’aide.

Un patient atteint d’un cancer, surnommé Yan, a dû se rendre à Pékin pour une troisième phase de chimiothérapie au début du mois de janvier. Cependant, le quartier de la ville de Xingtai où elle vit était un foyer de contamination. Elle a déclaré à Epoch Times qu’elle avait appelé à plusieurs reprises le bureau local de contrôle de la pandémie pour obtenir l’autorisation de se rendre à Pékin, mais qu’aucun de ses appels téléphoniques n’avait abouti.

Selon le document interne, un patient souffrant d’une maladie cardiaque, surnommé Feng, et qui vit dans un quartier rural de la ville de Xingtai, a eu une crise cardiaque vers le 20 janvier. Sa famille a appelé la ligne d’urgence 120 et les bureaux du gouvernement local, mais on lui a dit qu’il y avait une pénurie d’ambulances. Le jeune frère de Feng, qui a rappelé la ligne d’urgence de la ville le 23 janvier, a révélé que la maladie de son frère s’était aggravée au point qu’il était souvent à bout de souffle.

Un journal du 23 janvier du document interne du gouvernement municipal de Xingtai a montré que M. Feng, qui a eu une crise cardiaque, ne pouvait pas se rendre à l’hôpital en raison du manque d’ambulances. Le jeune frère de Feng a appelé la ligne d’aide de la ville, pour essayer d’obtenir de l’aide. (Document fourni à Epoch Times)

Un résident nommé Zhang a dû se rendre à l’hôpital de médecine chinoise pour y subir une chimiothérapie pour une tumeur maligne à l’estomac. Le 22 janvier, il avait été en contact avec la ligne d’urgence 120 tous les jours pendant une semaine, mais il était toujours sur liste d’attente.

La pénurie d’ambulances et de lits d’hôpitaux pourrait indiquer que la situation épidémique locale est bien pire que ce que montrent les chiffres officiels. La ville de Xingtai n’a signalé que quelques cas par jour et le nombre le plus élevé a été d’environ 24 en une seule journée.

Le 23 janvier, un résident du nom de Qi a demandé de l’aide à la ligne d’assistance téléphonique. Son frère souffre d’une insuffisance rénale et a besoin de toute urgence d’une dialyse. Les médecins de l’hôpital du comté ont déclaré qu’ils n’offraient pas un tel service, et l’hôpital local de médecine chinoise a refusé de prendre tout patient des villages qui avaient confirmé des patients atteints de Covid-19.

Une résidente appelée Yang a appelé la ligne d’assistance téléphonique le 22 janvier. Un parent âgé, qui a récemment subi une opération pour enlever une tumeur, souffrait de ballonnements. Lorsqu’elle a consulté les médecins d’un hôpital local, on lui a dit qu’il s’agissait d’une situation d’urgence et que la patiente devait se rendre à l’hôpital Great Wall de la ville voisine de Shijiazhuang pour y être soignée. Cependant, comme Xingtai était en quarantaine, Yang a dû appeler le bureau local de contrôle de la pandémie pour obtenir l’autorisation de quitter la ville. Personne au bureau n’a jamais décroché le téléphone, a déclaré Yang, en signalant le problème à la ligne d’assistance téléphonique de la ville.

Il y avait aussi un jeune homme, surnommé Wang, qui ne pouvait pas entrer à Xingtai, sa ville natale, alors que ses deux parents étaient dans le besoin.

Wang travaille à Shijiazhuang, la capitale de la province du Hebei, et ses parents vivent à Xingtai. Wang a déclaré à Epoch Times que le 20 janvier, sa mère a eu une hémorragie cérébrale et s’est évanouie. Elle a été emmenée à l’hôpital, ce qui a laissé le père de Wang, paralysé et alité pendant des années, à la maison sans surveillance.

Wang s’est rapidement arrangé pour passer un test d’acide nucléique pour la Covid-19 à Shijiazhuang, qui est requis pour les voyages. Dès qu’il a obtenu le résultat négatif du test deux jours plus tard, il a contacté les responsables du village de Xingtai à Xikang. Bien que tout le village n’ait pas eu de patients confirmés comme positifs à la Covid-19 et ait été désigné comme une zone à faible risque, les autorités locales lui ont quand même imposé des mesures de confinement strictes et lui ont interdit de rentrer chez lui. Comme tout le monde devait rester chez lui, Wang ne pouvait pas non plus s’arranger pour que l’un des voisins s’occupe de son père.

Les cas ci-dessus ne représentent qu’une fraction des cas de patients gravement malades signalés par la ligne d’assistance téléphonique de la ville de Xintai en janvier.

En outre, des dizaines de chauffeurs de camion qui essayaient de rentrer chez eux à Xingtai ont été bloqués sur la route, même si certains d’entre eux avaient présenté des résultats de tests négatifs pour prouver qu’ils étaient en bonne santé. La ligne d’assistance de la ville de Xingtai a enregistré plusieurs appels de ces conducteurs de camions longue distance, qui se sont plaints que le personnel de contrôle de la pandémie dans d’autres villes ne leur permettait pas de passer, et qu’ils étaient bloqués sans nourriture ni logement depuis des jours.

La propagande faisant état d’une « victoire »

Les autorités locales de Xingtai ont récemment ajusté le classement du niveau de risque de nombreux quartiers, abaissant toutes les zones à risque élevé et moyen à une désignation à faible risque. Cependant, les habitants ont déclaré à Epoch Times que ces désignations n’étaient qu’un spectacle politique avant le Nouvel An chinois, qui tombe le 12 février de cette année.

Un résident surnommé Wang de Nangong, une ville satellite de Xingtai, a révélé que de nombreux habitants de Nangong connaîtront un Nouvel An chinois bien misérable.

« Nous restons tous à la maison, et il y a des bandes de papier sur la porte pour nous enfermer à l’intérieur. Je ne parle pas des bandes de papier à l’entrée du bâtiment. Chaque ménage a une bande de papier sur sa porte », a déclaré M. Wang à la publication à la veille du Nouvel An lunaire.

Lui et ses voisins avaient fait plusieurs fois les tests d’acide nucléique, et tous les résultats étaient négatifs.

Selon Wang, le fait de ne pas savoir quand le confinement sera levé et de devoir passer le Nouvel An en « détention à domicile » a rendu les gens très tristes.

« Certains n’en peuvent plus », a déclaré Wang, « je connais des gens qui sont devenus dépressifs à cause du confinement. »

Alors que les résidents locaux ont pu constater par eux-mêmes la gravité de la situation, les médias publics chinois ont salué la victoire des autorités sur le traitement de la Covid-19 à l’occasion du Nouvel An chinois, assurant aux gens que le « confinement à la chinoise » est une méthode efficace qui permettrait certainement de vaincre la maladie en trois semaines.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ