Les craintes s’intensifient alors que Pékin annonce qu’il pourrait déployer des agences de sécurité à Hong Kong

Par Eva Fu
24 mai 2020
Mis à jour: 28 mai 2020

Les agences de renseignement du régime chinois pourraient officiellement opérer à Hong Kong en vertu du nouveau projet de loi qui, selon les critiques, pourrait mettre fin à l’autonomie de la ville.

La loi de sécurité nationale, dévoilée vendredi à l’Assemblée populaire nationale (APN), la principale assemblée législative du régime chinois, qui vise à lutter contre ce que le régime considère comme une sécession, une subversion ou une influence étrangère, a alimenté les craintes pour l’avenir de l’ancienne colonie britannique qui a jusqu’à présent bénéficié d’un niveau élevé de liberté politique sans précédent en Chine continentale.

Wang Chen, vice-président du Comité permanent de l’APN, a clairement fait savoir ce vendredi que Pékin ne tolérerait pas les activités qui remettent en cause l’autorité du régime, notamment la promotion d’élections démocratiques, les actions législatives de gouvernements étrangers et les groupes de défense qui expriment leur soutien aux manifestants pro-démocratie.

Selon le projet de loi, « les agences de sécurité nationale compétentes du gouvernement central établiront des bases dans la Région administrative spéciale de Hong Kong si nécessaire », selon le média d’État Xinhua.

La police anti-émeute monte la garde près d’un groupe de manifestants pro-démocratie à Hong Kong le 22 mai 2020. (Anthony Wallace/AFP via Getty Images)

Kennedy Wong, délégué à la Conférence consultative politique du peuple chinois, le principal organe consultatif politique de Pékin, a déclaré que la loi pourrait habiliter le ministère chinois de la Sécurité d’État à créer des succursales à Hong Kong. En plus de la collecte de renseignements, l’agence devrait avoir « un certain degré de pouvoir direct d’application de la loi à Hong Kong », a-t-il déclaré au journal d’État Global Times.

M. Wong a déclaré que Hong Kong n’avait pas mis en place de département dédié à la collecte de renseignements depuis les années 1990. « Comme les questions de sécurité nationale exigent une grande compétence, les fonctionnaires de la police ou du gouvernement de Hong Kong peuvent manquer de compétences spécifiques pour mener des enquêtes », a-t-il ajouté. Il a précisé que le projet est pour l’essentiel complet et qu’il définira des règles spécifiques, telles que des peines d’emprisonnement et des amendes pour chaque situation particulière.

Le « glas de la mort »

La proposition de loi a provoqué une onde de choc à Hong Kong et a été largement rejetée par des pays tels que les États-Unis, l’Australie, le Canada, le Royaume-Uni et Taïwan.

Vendredi, le secrétaire d’État Mike Pompeo a exhorté Pékin à « reconsidérer sa proposition désastreuse », qualifiant ce geste de « glas » pour la liberté politique et civile de Hong Kong qui a été garantie dans le cadre « un pays, deux systèmes » jusqu’en 2047.

Les législateurs locaux pro-démocratie, qui ont récemment affronté le camp pro-establishment par crainte d’un élargissement du contrôle de Pékin, ont vu la loi comme un tremplin pour une campagne de répression de plus en plus intense.

« Avec une nouvelle loi sur la sécurité nationale introduite par Pékin, nous pourrions bientôt avoir une Gestapo chinoise. La persécution politique a rendu les choses tellement plus faciles », a écrit Alvin Yueng, législateur de Hong Kong et leader du Parti civique local, sur Twitter ce vendredi.

« Le pire cauchemar est en train de se dérouler sous nos yeux », a déclaré vendredi Dennis Kwok, législateur local pro-démocratie, lors d’un événement en ligne organisé par le groupe de réflexion The Heritage Foundation, basé à Washington.

L’homme politique pan-démocratique Lam Cheuk-ting (C) est renvoyé par la sécurité après avoir jeté des papiers déchirés du règlement Legco lors d’une échauffourée entre les législateurs pro-démocratie et pro-Pékin, lors de l’élection des présidents des commissions de la Chambre des représentants, au Conseil législatif de Hong Kong le 18 mai 2020. (Anthony Wallace/AFP via Getty Images)

Le plan de Pékin a suscité un sentiment de colère et de désespoir accablant au sein de la population locale, qui est encore ébranlée par le mouvement démocratique de masse de l’année dernière contre un projet de loi d’extradition désormais abandonné, a déclaré M. Kwok.

« C’est comme s’ils n’avaient rien appris », a-t-il ajouté.

L’indignation suscitée par le nouveau projet de loi a incité des dizaines de membres du Parti démocratique à protester devant le Bureau de liaison de Pékin.

Le réseau allemand NordVPN, qui permet aux utilisateurs de contourner la censure du web, a vu 120 fois plus de téléchargements à Hong Kong jeudi, en réponse au plan de Pékin.

Le législateur a déclaré que le régime utilise la pandémie comme une « couverture » en agissant à un moment où les pays du monde entier s’efforcent de combattre l’épidémie du virus du PCC* sur leur territoire.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

« Ils agissent maintenant alors que le monde ne regarde pas », a déclaré M. Kwok. « Ils pensent qu’ils peuvent utiliser cette opportunité pour réaliser un projet aussi scandaleux. »

Il a ajouté que le régime n’hésitera pas à introduire encore plus de lois en contournant la législation de Hong Kong maintenant qu’il a créé ce précédent.

M. Kwok s’attend à ce qu’il y ait de « grands affrontements » entre les manifestants et la police la semaine prochaine, alors que des manifestations contre une nouvelle loi qui criminalise le non-respect de l’hymne national chinois sont prévues.

Martin Lee, ancien législateur et militant pro-démocratie, a comparé l’emprise toujours plus forte du régime communiste sur la ville à un virus, en le baptisant « virus du Parti communiste chinois ».

« Ce ‘virus’ de Parti communiste chinois […] s’est déjà propagé à Hong Kong et anéantira nos libertés », a déclaré M. Lee lors de ce même événement.

La suppression des libertés par le régime ne s’arrêtera probablement pas à Hong Kong, a-t-il averti.

« La nature d’un virus est de se propager vers un autre pays, un autre territoire. »

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ