Les craintes s’intensifient au sujet de la deuxième vague d’infections au milieu des incohérences des données chinoises

Par Eva Fu
22 mai 2020
Mis à jour: 22 mai 2020

Des millions de citoyens chinois pourraient être contraints de refermer leurs portes, car les divergences dans la communication des données et la recrudescence des cas de Covid-19 dans le nord-est de la Chine montrent qu’une deuxième vague d’épidémie du virus du PCC* est en train de se produire.

Déjà, le régime chinois a déclaré le statut de « temps de guerre » dans au moins deux villes, dont la capitale Pékin, où les autorités ont récemment signalé des dizaines de patients fiévreux, dont elles ont insisté pour qu’ils soient diagnostiqués avec une infection bactérienne et non avec le virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus.

Les autorités du nord-est de la Chine ont mis en quarantaine environ 8 000 personnes après qu’elles ont été exposées à des patients confirmés. Six fonctionnaires locaux ont été licenciés pour n’avoir pas réussi à contenir l’épidémie.

Entre-temps, à Wuhan, où le virus s’est d’abord déclaré, les autorités ont imposé des tests de diagnostic aux 11 millions d’habitants après que plusieurs cas ont été signalés. La ville avait levé les mesures de confinement plusieurs semaines auparavant après avoir proclamé que le virus avait été contenu.

Alors que le régime chinois continue à repousser les critiques internationales sur sa gestion de la crise, tout en faisant l’éloge de son système communiste comme modèle de lutte contre l’épidémie, des scènes chaotiques sur les sites de test et une dissimulation systématique ont jeté le doute sur les données du virus chinois.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

« Ils ne signalent rien, ne le savez-vous pas ? Rapporter les vrais chiffres va créer une panique publique », a déclaré Mme Yang, propriétaire d’une petite entreprise dans la ville de Jilin, au nord-est du pays, au journal Epoch Times. « Maintenant, nous savons tous combien cette affaire est sérieuse, parce qu’elle se déroule à côté de nous. »

Divergences

Depuis la première propagation du virus, les chiffres contradictoires communiqués par les autorités chinoises ont déconcerté les chercheurs internationaux et les citoyens chinois. Les données internes du gouvernement obtenues par le journal Epoch Times ont également révélé que les autorités locales sous-estiment régulièrement le nombre d’infections.

La confusion est revenue le 18 mai lorsque les responsables de la santé de la province de Jilin, au nord-est de la Chine, ont signalé cinq nouveaux cas alors que la Commission nationale de la santé du pays n’a signalé que deux cas dans la région.

Les autorités de Jilin ont ensuite réduit leurs chiffres dans une mise à jour, disant que les trois autres sont apparus après le 18 mai à minuit et ont donc été pris en compte dans les données du lendemain.

Le même jour, Shanghai n’a enregistré aucun nouveau cas, ce qui contredit le rapport de la Commission nationale de la santé faisant état d’une nouvelle infection provenant de la municipalité. Le gouvernement n’a pas donné d’explication pour ces chiffres contradictoires.

À Wuhan, la municipalité a rapidement licencié un responsable local du Parti après l’apparition d’un groupe de six infections, rompant ainsi une période de plus d’un mois pendant laquelle les autorités n’ont signalé aucune nouvelle infection.

Le manque de transparence des autorités concernant l’épidémie a rendu difficile la compréhension de la véritable ampleur de l’épidémie en Chine.

« On dirait que le virus suit leurs ordres », a déclaré Ge Bidong, un commentateur politique basé en Californie, à NTD, une filiale d’Epoch Times. « Il y a un tel écart entre leurs données et le nombre d’infections et de décès dans le monde au cours des trois derniers mois ». Il a noté que même le nombre de décès dans les petits pays a dépassé celui de la Chine. « Alors comment pouvez-vous les croire ? »

Zhong Nanshan, un expert chinois des maladies respiratoires qui s’est fait connaître au cours de cette épidémie, a lancé des mises en garde contre les défis à venir.

« La majorité des Chinois sont actuellement susceptibles d’être infectés par le Covid-19 en raison de leur manque d’immunité », a déclaré M. Zhong dans une interview accordée à CNN le 16 mai. « Nous sommes confrontés à un grand défi ; ce n’est pas mieux que les pays étrangers, je pense, pour le moment. »

Chine du Nord

La région du nord-est a d’abord signalé une chaîne d’infections qui a commencé avec une agente de nettoyage de 45 ans à Shulan, une petite municipalité sous l’administration de la ville de Jilin, dans la province de Jilin. Par ses déplacements dans la ville et ses interactions avec des contacts proches, la préposée à l’entretien ménager, qui travaille au bureau de police local, a rapidement propagé le virus aux personnes vivant dans d’autres villes.

Depuis, Shulan a déclaré un « statut de temps de guerre » et a bouclé les quartiers locaux, ne permettant qu’à une personne de chaque foyer de sortir une fois tous les deux jours pour les achats essentiels. Chaque sortie est limitée à deux heures. Plus de 1 100 immeubles résidentiels, 1 200 villages et neuf communautés de quartier sont désormais totalement isolés en raison d’éventuelles infections.

Un résident d’un complexe maintenant en confinement dans le district de Changyi, à Jilin city, a déclaré que près de 100 policiers étaient venus apposer des scellés sur chaque porte d’appartement pour empêcher les gens de quitter leur foyer.

Les mesures de confinement pèsent sur les populations locales qui luttent pour leur survie. « Vous ne pouvez aller nulle part », a déclaré dans une interview une assistante sociale qui a demandé à rester anonyme. « Il n’y a personne dans la rue. Pas une âme autour de mon immeuble. »

M. Li, propriétaire d’un supermarché dans le quartier Fengman de la ville de Jilin, l’une des deux zones désignées comme « à haut risque » par les autorités, avec la ville de Shulan, a placé des barrières autour de l’entrée pour minimiser les contacts avec les clients. « Dites-moi ce que vous voulez, je vous l’apporterai à l’extérieur », a-t-il déclaré. Le personnel d’un autre supermarché de Shulan a déclaré qu’il notait les commandes des gens et les laissait dehors en attendant de pouvoir récupérer leurs achats.

« Le gouvernement vous dit qu’il y a un ou deux cas […] que ce n’est pas grave, mais la façon dont il gère cela est tout de même impressionnant », a déclaré M. Lü, qui travaille au premier hôpital de l’Université médicale de Chine à Shenyang, dans la province voisine de Liaoning, au journal Epoch Times.

Les craintes ont également alimenté la stigmatisation des habitants de Shulan. « Aucun taxi ne voudra vous prendre si vous êtes de Shulan », a déclaré Mme Zhang, de Shulan, lors d’une interview. « Ils ne veulent pas être en contact avec les gens de Shulan. »

Qiu Haibo, un expert de la Commission nationale de la santé, a déclaré que les patients des groupes du nord-est de la Chine semblent porter le virus pendant une période plus longue que les cas plus anciens de Wuhan, alors que leur rétablissement a également pris plus de temps, selon une interview avec le télédiffuseur d’État CCTV le 19 mai.

Les tests de masse remis en question

Les habitants de Wuhan qui subissent des tests en masse se sont également plaints du manque de rigueur des procédures qui pourrait rendre les tests inutiles et entraîner des risques pour la sécurité.

Dans le complexe résidentiel de Shengshi Dongfang, les gens ont expliqué que leurs prélèvements de gorge étaient jetés dans la même boîte ou bouteille sans étiquette – parfois des dizaines à la fois, selon une vidéo récente filmée par les habitants. Les médecins semblent également mal équipés ; bien qu’environ 6 000 résidents vivent dans le complexe, les agents n’ont apporté qu’environ 600 kits de dépistage, selon les résidents.

« Que pensez-vous qu’ils sont en train de faire là ? » s’est écriée une femme dans la vidéo. « Vous ne pouvez même pas dire à qui appartient tel test, alors à quoi ça sert de faire ça ? »

Le 15 mai 2020, un professionnel de la santé prélève un échantillon par prélèvement sur un membre du personnel de l’usine de moniteurs informatiques AOC afin de le tester pour le coronavirus Covid-19 à Wuhan, dans la province centrale du Hubei, en Chine. (STR/AFP via Getty Images)

Beaucoup accusent également les autorités de tirer profit du processus. Les tests coûtent environ 260 yuans (environ 37 dollars) pour chaque personne, selon M. Li, qui vit dans une autre enceinte à Wuhan. Son complexe a organisé des tests pour les résidents, bâtiment par bâtiment.

Le résident local M. Wang a affirmé que toute sa famille avait refusé de passer le test. « Ils nous traitent comme des cobayes », a-t-il déclaré lors d’une interview. Chaque fois que les agents locaux l’ont pressé de passer le test, il les a interrogés sur la précision du test. « Si ce test n’est pas précis, je ne le ferai pas », a-t-il déclaré.

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ