Les démocrates et les médias se liguent pour frauder l’élection présidentielle américaine

Par Michael Walsh
10 novembre 2020
Mis à jour: 12 novembre 2020

Nous voici donc à près de quatre ans jour pour jour après l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis et à près de quatre ans du complot visant à le démettre de ses fonctions par tous les moyens nécessaires. Et, au moment où nous écrivons ces lignes, il semble qu’il pourrait finalement réussir.

Avec les médias corrompus et partisans qui s’apprêtent à déclarer Joe Biden président élu – vous pouvez quasiment les entendre saliver – la longue marche des démocrates à travers les institutions du système électoral américain est presque terminée. Écrit avec autant de soin et de prévisibilité qu’un thriller hollywoodien ordinaire, les démocrates ont joué toutes les cartes et ont tendu tous les pièges sur leur chemin pour obtenir une victoire sur leur ennemi détesté.

Après leur défaite surprise de 2016, l’alliance entre les démocrates et les média a réappris l’importance du Collège électoral, un jeu à somme nulle dans lequel le vainqueur doit atteindre 270 voix. Malgré toutes leurs plaintes sur la façon dont Hillary Clinton avait pourtant « gagné » le vote populaire – ce qui n’a pas d’importance – cette année, ils ont réexaminé les cartes et ont réalisé que la clé de la victoire se trouvait exactement là où elle se trouvait pour Trump : en Pennsylvanie et dans l’Upper Midwest.

Sous le couvert de l’« équité » et de l’« inclusion », les démocrates ont repoussé les limites de la loi électorale, facilitant l’inscription (loi sur l’enregistrement national des électeurs), le vote « anticipé », l’évitement des files d’attente le jour du scrutin (envoi par la poste) et le vote après la fermeture des bureaux de vote pour des bulletins postaux arrivés en retard, incluant ceux (comme en Pennsylvanie) sans cachet de la poste et avec d’autres irrégularités.

Chacune de ces « réformes » était une opportunité – et une invitation – à la fraude. Et une fois que le chimérique Covid-19 a frappé et que les gouverneurs des États, pour la plupart démocrates, ont découvert à quel point les protections constitutionnelles (liberté d’expression, de rassemblement, de pratique religieuse) pouvaient être facilement supprimées sans aucun problème, la voie était toute tracée pour utiliser le virus du PCC comme excuse passe-partout qui allait servir à la démolition des lois qui protègent les élections.

Disparition des pistes

Il n’est donc pas surprenant d’avoir vu Trump dominer fortement en Pennsylvanie, au Wisconsin, au Michigan et en Géorgie mardi soir, pour se réveiller mercredi matin et apprendre que des centaines de milliers de votes pour Biden s’étaient mystérieusement matérialisés pendant la nuit. Et, à la fin de la semaine, les médias n’ont pas non plus parlé de la façon dont ce moins que rien somnolent du Delaware « comble l’écart » sur Trump, comme un cheval de course qui arrive à la fin pour rattraper le champion à la ligne d’arrivée.

Le mécanisme était simple : inonder l’électorat de bulletins de vote spontanés, arrivés en retard « en raison de la pandémie », établir des points de collecte d’où ils pouvaient être ramassés et surveillés, s’asseoir pour regarder les électeurs honnêtes se présenter aux bureaux de votes – absorbés dans leur préoccupation de maintenir la distanciation sociale et croyant à tort que le jour du scrutin avait encore un sens -, compter jusqu’aux petites heures, interrompre soudainement le dépouillement le temps de déterminer exactement combien de votes seraient nécessaires pour dépasser l’avance de Trump au fil du temps, puis déclarer Biden vainqueur.

Et c’est ainsi que les choses se sont déroulées. Au moment où tous les « votes » auront été « comptés », Trump aura perdu non seulement le Michigan et le Wisconsin, mais aussi la Pennsylvanie et – pour ajouter l’insulte à la blessure – la Géorgie, où l’ombre de Stacey Abrams sera enfin vengée pour sa perte dans la course au poste de gouverneur il y a deux ans.

Mais il n’y a aucune preuve de fraude électorale, s’écrie la gauche, prétendant ne pas remarquer les preuves circonstancielles évidentes à la vue de tous : la disparité numérique entre les votes présidentiels et les votes négatifs dans la course, la fermeture du bureau de vote aux observateurs du Parti républicain, les mystérieuses pannes, l’apparition opportune de votes supplémentaires pour Biden.

Il y a aussi la collusion répréhensible des médias, qui ont refusé de donner les résultats de Trump toute la soirée, le gardant ainsi toujours en retrait dans le décompte, même quand il était en fait bien en avance. Les sondeurs ont également joué leur rôle, en menant constamment le public en bateau avec des prédictions absurdes de victoire écrasante pour Biden – ce qu’ils savaient être faux – afin d’influencer l’opinion publique et de décourager la participation pour le Parti républicain.

Assécher le marais

L’équipe juridique du président est déjà en train d’intenter des poursuites et d’explorer d’autres voies juridiques. Si cela s’avère être un moyen de convaincre enfin le public de la malhonnêteté fondamentale des élections à la Tammany[une organisation du Parti démocrate jadis fortement lié à a pègre et qui a disparu – ndlt], tant mieux. Mais l’image est terrible : « Vous voyez ! » s’exclament les démocrates, « on vous avait dit qu’il ne partirait pas en douceur ! »

Le juge en chef John Roberts n’a pas rendu service à son pays en empêchant la Cour suprême d’examiner la légalité de l’extension arbitraire de la période électorale en Pennsylvanie lorsque son vote a bloqué la Cour en octobre. Peut-être que maintenant, quelque temps après la prochaine inauguration, ils se prononceront sur l’illégalité de celle-ci, Amy Coney Barrett étant enfin autorisée à avoir son mot à dire, mais d’ici là, il sera trop tard.

Ah, mais l’« intégrité » de la Cour aura été préservée.

Par ailleurs, où est le procureur général Bill Barr, le procureur général qui ne fait rien et qui commence à donner une bonne image du malheureux Jeff Sessions ? Il est vrai qu’en vertu de notre constitution, les États sont chargés d’organiser leurs propres élections nationales.

Mais la direction molle de Barr à la Justice a été une honte, tout comme la prétendue enquête du procureur américain John Durham sur les origines du canular de la « collusion russe ». Où sont les résultats ? Le peuple américain avait le droit de savoir si des crimes avaient été commis par des individus de l’État profond il y a quatre ans – mais non. Dans l’intérêt de « l’obtention de condamnations », Durham ne pouvait se résoudre ni à porter des accusations ni à écarter les spéculations avant les élections, alors que cela aurait pu faire une différence.

Aujourd’hui, Trump devrait les virer tous les deux. Si c’est bien les trois derniers mois de son administration, le licenciement immédiat et massif des personnes nommées pour des raisons politiques devrait être à l’ordre du jour : Christopher Wray au FBI, qui préfère enquêter sur les nœuds fantômes dans les garages de la NASCAR plutôt que de faire le ménage chez lui ; Gina Haspel à la CIA, ou direction de l’État profond et agence qui a grand besoin d’une réforme du haut vers le bas, voire d’une véritable liquidation.

Après tout, c’est sur cette question que le président a été élu. Il lui reste encore beaucoup de temps pour tenir sa promesse. De haut en bas du gouvernement fédéral, des changements significatifs peuvent encore être apportés, et un atout nouvellement libéré pourrait et devrait enfin agir sur ses désirs d’assécher le plus possible le marais avant de céder le pouvoir.

Le pouvoir des médias

Quoi qu’il arrive, un changement doit être opéré : le pouvoir des médias d’annoncer les résultats doit être brisé. Qui est mort et a fait de l’Associated Press et des réseaux câblés les arbitres de l’élection ? Qui leur a donné le pouvoir de « déclarer » les gagnants dans les États ? Il n’y a rien de légal ou de constitutionnel dans tout cela.

Avec des journalistes ayant abandonné toute prétention d’équité dans la couverture de ce président, pourquoi devrait-on croire une chose qu’ils disent ? Pendant quatre ans, nous avons lu dans le New York Times – la Pravda d’aujourd’hui – que le président avait fait une autre déclaration « fausse », « sans fondement » ou « sans preuve » avec laquelle ils n’étaient pas d’accord, puis une autre, puis une autre. Si le Times et d’autres publications ont unilatéralement abandonné leurs promesses d’équité et d’objectivité (et c’est le cas), pourquoi ne pouvons-nous pas leur rendre la pareille ?

Avec le premier amendement déjà abrogé – ce que les journalistes ont applaudi tant qu’il ne s’appliquait pas à eux – il est peut-être temps de repenser toute l’affaire de la « liberté de la presse » en même temps que la liberté d’expression, et autres. Tenir les médias pour responsables de la diffamation en renversant la décision Sullivan – ce à quoi le juge Clarence Thomas a signalé qu’il serait ouvert – serait un bon début.

En bref, faire souffrir les médias pour ce qu’ils ont fait subir au pays. Ce serait là un « changement » auquel le pays pourrait croire.

Michael Walsh est l’éditeur de The-Pipeline.org et l’auteur de The Devil’s Pleasure Palace et The Fiery Angel, tous deux publiés par Encounter Books. Son dernier livre, Last Stands, une étude culturelle de l’histoire militaire, des Grecs à la guerre de Corée, sera publié en décembre par St Martin’s Press.

NOUVEL HORIZON – Les révoltés du confinement défient le pouvoir

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ