Les démocrates américains vont obliger les écoles à laisser les hommes transgenres participer à des compétitions sportives féminines

Par The Daily Caller News Foundation
3 octobre 2019 Mis à jour: 4 octobre 2019

La Chambre des représentants sous contrôle démocratique a voté vendredi avec 236 voix pour et 173 voix contre une loi sur l’égalité qui exigerait que les écoles incluent des athlètes masculins qui s’identifient comme filles transgenres dans les équipes sportives féminines.

Huit républicains ont franchi les lignes de parti pour voter en faveur du projet de loi, qui avait l’appui unanime des démocrates.

Le projet de loi modifie la loi sur les droits civils de 1964 pour protéger les caractéristiques de l’ « orientation sexuelle et de l’identité de genre » en vertu de la loi fédérale anti-discrimination.

Entre autres, cela obligerait les écoles publiques à élargir les équipes sportives féminines pour inclure les hommes biologiques qui s’identifient comme transgenres.

Le républicain de Floride Greg Steube a présenté un amendement de dernière minute au projet de loi qui aurait préservé les protections du titre IX des équipes sportives féminines, mais les démocrates l’ont rejeté.

Tous les démocrates de la Chambre, sauf un, ont coparrainé le projet de loi. Le seul démocrate qui n’était pas co-commanditaire, le représentant de l’Illinois Dan Lipinski, a annoncé son soutien pour le projet de loi à la suite de pressions exercées par les militants socialistes.

« Les gens ont besoin de se réveiller. Ce projet de loi radical va totalement éliminer les sports pour les femmes et les filles », a averti Debbie Lesko, représentante républicaine de l’Arizona, dans un éditorial publié jeudi.

La républicaine du Missouri Vicky Hartzler et une demi-douzaine d’autres républicains de la Chambre des représentants ont tenu une conférence de presse jeudi en opposition à ce que Vicky Hartzler a surnommé le « Inequality Act » (ou « Loi sur l’inégalité »).

« Le Congrès a promulgué le Titre IX pour assurer l’égalité des chances aux femmes dans l’éducation et le sport. Tout cela est effacé sous H.R. 5 », a déclaré Vicky Hartzler lors de la conférence de presse.

Vous pouvez regarder la vidéo :

Trois anciennes athlètes féminines d’élite, Doriane Coleman, Martina Navratilova et Sanya Richards-Ross, ont averti que la loi sur l’égalité allait faire des ravages sur le sport féminin dans un article du 29 avril du Washington Post.

« La législation rendrait illégale la différenciation des filles et femmes dans le sport sur la base du sexe à quelque fin que ce soit. Par exemple, une équipe sportive ne pourrait pas traiter différemment une femme transgenre d’une femme qui n’est pas transgenre au motif que la première est de sexe masculin », ont écrit les anciennes athlètes.

« Pourtant, la réalité est que mettre ensemble des athlètes masculins et féminins devient un sport mixte ou ouvert. Et dans le sport ouvert, les femmes perdent », préviennent les trois femmes.

Jerry Nadler, un démocrate de New York, président de la Commission judiciaire de la Chambre des représentants, a insisté sur le fait que le projet de loi ne désavantagerait pas les athlètes féminines.

Jerry Nadler (D-NY), président de la Commission judiciaire de la Chambre des représentants, assiste à une conférence de presse à Washington le 9 avril 2019. (Zach Gibson/Getty Images)

« De nombreux États ont des lois sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre non discriminatoires, et tous ont encore des lois sur le sport féminin. Les arguments sur le fait que les athlètes transgenres qui participent à des sports en fonction de leur identité de genre ont des avantages compétitifs n’ont pas été confirmés », a déclaré Jerry Nadler lors d’une audition sur le projet de loi le 2 avril dernier.

Dans le Connecticut, l’un des États auxquels Jerry Nadler faisait référence, deux coureurs masculins ont dominé l’athlétisme des filles au secondaire. Une compétitrice a qualifié l’avantage des coureurs masculins de « démoralisant ».

Le contenu créé par la Daily Caller News Foundation est offert gratuitement à tout éditeur de nouvelles admissible qui peut fournir un vaste auditoire. Pour les possibilités de licence de notre contenu original, veuillez contacter licensing@dailycallernewsfoundation.org.

RECOMMANDÉ