Les États-Unis accusent Huawei de conspiration de vol de secrets commerciaux et de racket

Par Cathy He
14 février 2020 Mis à jour: 14 février 2020

Les procureurs fédéraux des États-Unis ont accusé le géant chinois de la technologie Huawei et plusieurs de ses filiales de conspiration pour voler des secrets commerciaux et violer les lois contre le racket, a annoncé le ministère de la Justice des États-Unis le 13 février.

Ces accusations s’ajoutent aux précédentes accusations portées contre Huawei concernant des violations des sanctions américaines contre l’Iran dans un acte d’accusation existant.

La dernière accusation de vol de secrets commerciaux concerne les prétendus « efforts déployés depuis des décennies » par la société et ses filiales basées aux États-Unis et en Chine pour détourner la propriété intellectuelle (PI) d’autres sociétés – dont six sociétés technologiques américaines – et l’utiliser pour développer les propres activités de Huawei, a déclaré le ministère. De telles pratiques constituent également une conspiration visant à violer la loi sur les organisations influencées par le racket et la corruption (RICO), a-t-il ajouté.

L’acte d’accusation, qui remplace les 16 chefs d’accusation, allègue également que la société a été impliquée dans des projets commerciaux et technologiques dans des pays sanctionnés, tels que la Corée du Nord et l’Iran.

Elle prétend que l’une des filiales non officielles de la société, Skycom, a aidé le gouvernement iranien à effectuer une surveillance intérieure.

Un acte d’accusation précédemment dévoilé en janvier 2019 accusait Huawei et ses filiales d’avoir commis des fraudes bancaires liées à des violations des sanctions contre l’Iran, en présentant de manière inexacte Skycom comme une entreprise avec laquelle elle faisait des affaires.

Un deuxième acte d’accusation distinct, également dévoilé en janvier 2019, a accusé la société de vol de secrets commerciaux dans le cadre d’un projet présumé de vol de technologie relative à un robot de test mobile de la société de télécommunications américaine T-Mobile.

Ces nouvelles accusations s’ajoutent à la surveillance croissante des États-Unis sur les pratiques commerciales du géant chinois des télécommunications et les risques pour la sécurité nationale. L’entreprise a été mise sur la liste noire en 2019 pour avoir fait des affaires avec des entreprises américaines en invoquant des raisons de sécurité nationale.

Vol présumé de secrets commerciaux

L’acte d’accusation allègue que Huawei a volé la propriété intellectuelle de six entreprises technologiques américaines, notamment le code source et les manuels d’utilisation des routeurs Internet, la technologie des antennes et la technologie de test des robots.

Les procureurs ont déclaré que la société a utilisé divers moyens de « fraude et de tromperie » pour y parvenir, notamment en concluant des accords de confidentialité avec les détenteurs de PI, puis en violant ces accords en utilisant la PI pour son propre usage commercial ; en recrutant d’anciens employés des sociétés cibles pour avoir accès à la PI de ces sociétés ; et en utilisant des mandataires tels que des professeurs travaillant dans les instituts de recherche ou les sociétés cibles pour obtenir la PI.

Dans le cadre de ce programme, l’entreprise disposait d’un programme de primes pour récompenser le personnel qui obtenait des informations confidentielles des concurrents, allègue l’acte d’accusation.

La société a réussi dans ses tentatives de voler des secrets commerciaux et d’autres technologies américaines sophistiquées, a déclaré le ministère de la Justice. Huawei, ainsi que ses filiales, Huawei USA et Futurewei, ont ensuite accepté de réinvestir les recettes de cette prétendue activité de racket dans ses activités mondiales, y compris aux États-Unis, a-t-il ajouté.

« À la suite de son opération visant à récupérer cette technologie et la propriété intellectuelle, Huawei a pu réduire de manière drastique ses coûts de recherche et développement et les délais associés, donnant ainsi à l’entreprise un avantage concurrentiel important et déloyal. »

La société a également cherché à cacher ces pratiques de vol de propriété intellectuelle aux forces de l’ordre, selon les procureurs. Par exemple, un manuel de l’entreprise intitulé Top Secret demandait à certains employés de dissimuler leur emploi chez Huawei lors de leurs interactions avec des représentants étrangers des forces de l’ordre, indique l’acte d’accusation.

Commerce avec la Corée du Nord et l’Iran

L’acte d’accusation allègue également que la société a fait des affaires dans des pays sanctionnés par les États-Unis, les Nations unies et l’UE, y compris l’Iran et la Corée du Nord. Par exemple, elle a utilisé des filiales locales dans les pays sanctionnés pour expédier des biens et des services de Huawei à des clients dans ces pays.

Les procureurs affirment que la société a cherché à dissimuler cette activité en utilisant des mots de code dans des documents internes pour faire référence à ces pays – par exemple, « A2 » pour l’Iran, et « A9 » pour la Corée du Nord.

L’acte d’accusation allègue également que la société, par l’intermédiaire de Skycom, a fourni au gouvernement iranien une technologie de surveillance qui a été utilisée pour surveiller, identifier et détenir des manifestants lors de manifestations antigouvernementales à Téhéran en 2009. Cela contredit les déclarations précédentes des responsables de Huawei selon lesquelles la société n’a jamais fourni d’équipement au gouvernement iranien, et que ses activités en Iran n’ont pas violé les sanctions américaines relatives à l’Iran, ont déclaré les procureurs.

Un porte-parole de Huawei, dans une déclaration envoyée par e-mail au journal Epoch Times, a déclaré que les nouvelles accusations faisaient partie de la tentative du ministère de la Justice de « nuire à la réputation de Huawei et à ses affaires pour des raisons liées à la concurrence plutôt qu’à l’application de la loi ».

« L’entreprise de racket que le gouvernement a accusé aujourd’hui n’est rien d’autre qu’un réaménagement artificiel d’une poignée d’allégations civiles qui datent de près de 20 ans et qui n’ont jamais été à la base d’un jugement financier significatif contre Huawei », indique la déclaration.

Le sénateur Ben Sasse (républicain-Nebraska), membre de la commission du Sénat américain sur le renseignement, a applaudi les nouvelles accusations portées contre le géant chinois des télécommunications.

« Ces crimes – racket, conspiration pour voler des secrets commerciaux et contournement des sanctions – font partie de la stratégie du leader chinois Xi Jinping pour faire de la Chine la superpuissance mondiale prééminente », a déclaré M. Sasse dans un communiqué du 13 février. « Les États-Unis et nos alliés ont l’obligation de les arrêter. »

L’administration américaine a examiné Huawei au cours des derniers mois. Elle a cherché à convaincre les alliés des États-Unis d’interdire à la société le déploiement de la 5G, arguant que ses produits peuvent être exploités par le régime chinois à des fins d’espionnage ou pour perturber les réseaux de communication.

Un grand jury fédéral a retourné l’acte d’accusation qui le remplace le 12 février dans un tribunal fédéral à Brooklyn, New York.

RECOMMANDÉ