Les États-Unis et le Royaume-Uni annoncent un partenariat sur la 5G après s’être détournés de Huawei

Par Frank Fang
18 juillet 2020
Mis à jour: 19 juillet 2020

Les États-Unis et le Royaume-Uni vont faire équipe pour développer des solutions pour la prochaine génération de technologie sans fil, après la récente décision du Royaume-Uni de purger complètement de son déploiement 5G tout équipement fabriqué par le géant de la technologie chinois Huawei.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a discuté avec le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab le 16 juillet de la décision du Royaume-Uni de « se garder contre l’utilisation de technologies non sécurisées de son réseau 5G », selon un bref communiqué publié par la porte-parole du département d’État Morgan Ortagus.

La décision du Royaume-Uni de renoncer à faire affaire avec Huawei a été annoncée par le Premier ministre Boris Johnson mardi, lorsqu’il a ordonné que les équipements de la société chinoise soient retirés des réseaux 5G britanniques d’ici la fin de 2027.

Le gouvernement britannique avait autorisé Huawei à construire des parties « non essentielles » de son réseau 5G en avril 2019.

La restriction a été élargie en janvier de cette année, lorsque le gouvernement britannique a limité Huawei à fournir 35 % du réseau 5G non essentiel du Royamue-Uni.

Avant l’échéance de 2027, les sociétés de télécommunications britanniques se verront également interdire d’acheter des équipements Huawei à partir de la fin de 2020 et au-delà.

« Le secrétaire et le secrétaire des Affaires étrangères ont convenu de travailler ensemble pour promouvoir le développement de solutions 5G supplémentaires de confiance », a déclaré Mme Ortagus. La déclaration n’a pas fourni d’autres détails.

Mercredi, le président américain Donald Trump a déclaré aux journalistes qu’il était responsable de la décision de Boris Johnson d’interdire Huawei.

« Nous avons convaincu de nombreux pays, beaucoup de pays – je l’ai fait moi-même pour la plupart – de ne pas utiliser Huawei, parce que nous pensons que c’est un risque de sécurité dangereux, c’est un grand risque de sécurité », a déclaré M. Trump.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que la Chine « prendra toutes les mesures nécessaires » en réponse à la décision britannique, tout en accusant le gouvernement britannique de « discriminer » une entreprise chinoise, lors d’un briefing quotidien mercredi.

Le Global Times, un média public chinois, a publié jeudi un article d’opinion dans lequel il énumère plusieurs contre-mesures possibles que la Chine pourrait prendre à l’encontre du Royaume-Uni. Parmi les mesures suggérées, les entreprises d’État chinoises pourraient vendre leurs actifs britanniques.

Le gouvernement américain a déjà exclu Huawei de ses réseaux 5G pour des raisons de sécurité.

La décision du Royaume-Uni a depuis été saluée par de nombreux législateurs, tant aux États-Unis qu’en Grande-Bretagne.

Le représentant Michael McCaul (républicain, Texas) a déclaré dans un communiqué de presse publié mardi : « La détermination du Parti communiste chinois à contrôler l’avenir de la 5G par le biais de sa société mandataire Huawei constitue une menace importante. Aucune donnée d’un pays n’est à l’abri si Huawei ou une société liée au PCC en a le contrôle. »

M. McCaul a conclu : « J’encourage vivement tous les pays européens et les autres à suivre l’exemple du Royaume-Uni. »

Le sénateur Jim Risch (républicain, Idaho) a également publié un communiqué de presse mardi, disant qu’il était soulagé d’entendre cette décision.

« Alors que la Chine continue de faire connaître clairement ses intentions internationales malveillantes, je suis encouragé par la détermination des alliés occidentaux à faire face à ces nouveaux défis de manière claire et unifiée », a déclaré M. Risch.

Le député britannique Tom Tugendhat s’est rendu sur son compte Twitter pour dire : « Notre stratégie pour la Chine ne doit pas se limiter à Huawei, mais la décision d’écarter cette dernière de la 5G est un début important. »

Un autre député britannique, Bob Seely, a écrit un article pour le magazine en ligne Spectator, avertissant que « Huawei est en baisse, mais il n’est pas encore complètement hors jeu ».

« Le pire scénario est que Huawei vende autant de kits que possible au cours des six prochains mois au Royaume-Uni et cherche ensuite à annuler l’interdiction après les prochaines élections pour des raisons de coût, de commodité et de géopolitique », a écrit M. Seely.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ