Les États-Unis interdisent l’importation de coton en provenance du Xinjiang et d’autres produits fabriqués grâce au travail forcé

Par Cathy He
15 septembre 2020
Mis à jour: 15 septembre 2020

L’administration Trump a interdit l’importation de coton, de produits capillaires, de vêtements et d’autres produits fabriqués au moyen du travail forcé en provenance de la région chinoise du Xinjiang, où le régime a détenu plus d’un million de musulmans ouïghours et d’autres minorités musulmanes.

Le 14 septembre, le service américain des douanes et de la protection des frontières (CBP) a émis cinq ordonnances de suspension de l’importation de divers produits fabriqués dans le Xinjiang, réprimant les « pratiques illicites, inhumaines et d’exploitation du travail forcé » du régime.

« Ces actions envoient un message clair à la RPC[République populaire de Chine] qu’il est temps de mettre fin à sa pratique du travail forcé parrainé par l’État et de respecter les droits de l’homme de tous », a déclaré le secrétaire d’État américain Mike Pompeo dans un communiqué.

Ces ordres arrivent alors que les États-Unis prennent des mesures plus fermes contre le Parti communiste chinois (PCC) en raison de sa répression dans le Xinjiang, où les camps d’internement font partie de la prétendue répression des « extrémistes » par le régime.

Les survivants des camps d’internement ont raconté avoir été torturés, violés et forcés à subir un endoctrinement politique pendant leur détention. Les résidents du Xinjiang sont également soumis à un système de surveillance étendu grâce à un réseau de caméras de sécurité, de points de contrôle et de collecte de données biométriques.

En mars, des enquêteurs ont découvert que des dizaines de milliers d’Ouïghours ont été transférés dans des usines à travers la Chine dans des conditions suggérant le travail forcé. Ces usines fabriquaient des produits pour 83 marques mondiales.

Les ordonnances du CBP s’appliquent au coton produit et traité par Xinjiang Junggar Cotton and Linen Co. dans le Xinjiang ; aux vêtements produits par Yili Zhuowan Garment Manufacturing Co. et Baoding LYSZD Trade and Business Co. au Xinjiang ; des produits capillaires fabriqués dans le parc industriel de produits capillaires du comté de Lop au Xinjiang ; tous les produits fabriqués avec la main-d’œuvre du centre d’éducation et de formation professionnelle n° 4 du comté de Lop au Xinjiang ; et des pièces informatiques fabriquées par la société Hefei Bitland Information Technology Co. dans la province d’Anhui.

« L’administration Trump ne restera pas inactive et ne permettra pas aux entreprises étrangères de soumettre des travailleurs vulnérables au travail forcé tout en nuisant aux entreprises américaines qui respectent les droits de l’homme et l’État de droit », a déclaré le commissaire intérimaire de la CBP, Mark A. Morgan, dans un communiqué.

Au début de cette année, les États-Unis ont sanctionné plusieurs fonctionnaires chinois et un groupe paramilitaire pour leur rôle dans l’encadrement des abus au Xinjiang. Des dizaines d’entités et d’entreprises chinoises ont également été mises sur liste noire pour avoir fait des affaires avec des entreprises américaines.

En juin, le CBP a saisi 13 tonnes de produits capillaires humains du Xinjiang soupçonnés d’avoir été fabriqués grâce au travail forcé.

FOCUS SUR LA CHINE – Comment la Chine manipule l’opinion publique

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ