Les États-Unis ont effectué plus de tests COVID-19 en 8 jours que la Corée du Sud en 8 semaines, selon la Maison-Blanche

Par Zachary Stieber
25 mars 2020
Mis à jour: 25 mars 2020

Les États-Unis ont effectué plus de tests pour le nouveau virus du PCC* au cours des huit derniers jours que la Corée du Sud, largement félicitée pour son vaste réseau de tests, n’en a effectué en huit semaines, a déclaré mardi la coordinatrice du groupe de travail de la Maison-Blanche sur le coronavirus, le Dr Deborah Birx.

Un problème avec le premier test développé aux États-Unis, par le gouvernement fédéral, a causé un retard de plusieurs semaines dans la réalisation de tests plus larges, mais l’administration Trump a rapidement augmenté la capacité à faire des tests ces dernières semaines avec l’aide du secteur privé.

Le Dr Birx a déclaré lors d’une réunion publique virtuelle sur Fox News que la Corée du Sud, qui compte 51,4 millions d’habitants, a testé environ 290 000 personnes. Les États-Unis, a-t-elle dit, qui comptent environ 372 millions d’habitants, ont effectué plus de 300 000 tests.

« Au cours des huit derniers jours, nous avons fait plus de tests que la Corée du Sud », a déclaré le Dr Birx.

Les États-Unis effectuent 50 000 à 70 000 tests par jour, selon le Dr Birx.

Le président Donald Trump, qui était également présent à la mairie, a déclaré que c’était la première fois qu’il avait connaissance de ces statistiques.

Selon l’American Enterprise Institute, qui a lancé un suivi de la capacité de test des États-Unis, le pays pouvait effectuer 36 810 tests par jour à partir du 16 mars. Ce total devrait augmenter jusqu’à atteindre 100 000 ou plus par jour à partir du 27 mars.

Des médecins testent le personnel hospitalier présentant les symptômes du virus du PCC dans des tentes installées pour trier les éventuels patients COVID-19 à l’extérieur avant qu’ils n’entrent dans la zone principale du service des urgences de l’hôpital St. Barnabas dans le Bronx à New York City le 24 mars 2020. (Misha Friedman/Getty Images)

Selon un suivi mondial des cas de l’Université Johns Hopkins, les États-Unis comptent 50 206 cas confirmés de ce nouveau virus.

Les responsables s’inquiètent toujours du manque de kits de dépistage et exhortent les personnes ne présentant pas de symptômes à ne pas se faire tester, comme ils l’ont déjà fait auparavant.

« Nous ne voulons pas que les gens qui sont juste inquiets aillent se faire tester. Si vous n’avez pas de fièvre persistante, si vous ne toussez pas, si vous ne faites pas partie du groupe à risque, si vous n’êtes pas infirmière ou médecin, nous voulons vraiment que les tests […] soient toujours axés sur les personnes qui en ont besoin », a-t-elle déclaré. « Parce que le nombre est limité. »

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie COVID-19, de virus du Parti communiste chinois (PCC), car la dissimulation et la mauvaise gestion du régime communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et d’engendrer une pandémie mondiale.

Le nouveau virus est à l’origine de la maladie COVID-19, qui tue actuellement environ 1,3 % des patients dont la maladie a été confirmée aux États-Unis. Les personnes âgées et les personnes présentant des problèmes de santé sous-jacents sont les plus exposées au risque de contracter des cas graves de COVID-19.

Les moyens d’éviter de contracter la maladie comprennent le lavage fréquent des mains, en particulier après avoir visité des lieux publics ou toussé ou éternué, l’évitement des personnes malades et le nettoyage régulier des objets et des surfaces à la maison, au travail et à l’école.

RECOMMANDÉ