Les États-Unis ont investi des milliards dans des entreprises ayant des liens avec l’armée chinoise

Par Fan Yu
25 novembre 2020
Mis à jour: 25 novembre 2020

Le dernier décret du président américain Donald Trump interdit aux investisseurs américains de détenir des participations dans 31 entreprises chinoises qui ont été désignées comme ayant des liens avec des appareils militaires du Parti communiste chinois (PCC).

Ce décret, bien que d’une portée quelque peu limitée, prend au piège plusieurs sociétés chinoises bien connues, y compris des sociétés non publiques comme Huawei et des sociétés cotées en bourse comme China Mobile et Hangzhou Hikvision. Ces 31 sociétés étaient auparavant désignées par le Pentagone comme étant« détenues ou contrôlées » par l’Armée populaire de libération (APL), le nom officiel de l’armée chinoise. (La liste des sociétés peut être consultée ici et ici).

Cette action pourrait être un signe des choses à venir pour les entreprises chinoises ayant des liens étroits avec le PCC ; les capitaux américains pourraient s’avérer de plus en plus difficiles à obtenir. En outre, l’examen de la base de propriété étrangère de ces entreprises révèle qu’un certain nombre d’entre elles sont partiellement détenues par des sociétés d’investissement, des compagnies d’assurance et des fonds de pension américains de premier plan.

La dernière mesure de Trump visant à restreindre les entreprises chinoises empêcherait les capitaux américains de financer les agences militaires et de renseignement chinois qui pourraient nuire aux intérêts américains. Elle interdit aux citoyens et aux sociétés américaines d’acheter de nouvelles actions des sociétés cotées en bourse à partir du 11 janvier 2021. Les investisseurs actuels qui détiennent des actions de ces sociétés ont environ un an, jusqu’en novembre 2021, pour se retirer de leurs investissements.

Le sénateur américain Marco Rubio (Parti républicain, Floride), un éminent faucon chinois, a applaudi cette décision, déclarant le 12 novembre que « l’exploitation par la Chine des marchés de capitaux américains est un risque clair et permanent pour la sécurité économique et nationale des États-Unis ».

Plonger dans l’actionnariat des investisseurs américains

Une analyse par Epoch Times de la propriété de ces 31 entreprises chinoises révèle que des milliards de capitaux américains ont déjà été injectés dans les actions de ces entreprises, qui auraient toutes des liens avec les agences militaires ou de renseignement du PCC.

Sur les 16 sociétés cotées en bourse figurant sur la liste ou qui sont des filiales et des parties liées de sociétés figurant sur la liste, les entités américaines détiennent actuellement des actions d’une valeur d’environ 14,9 milliards de dollars, sur la base des cours de clôture au 20 novembre et des dernières données disponibles sur les dépôts publics compilées par Bloomberg.

La grande majorité des quelque 15 milliards de dollars est investie dans deux des plus importants géants chinois des télécommunications. Le premier est China Mobile Ltd, avec 8,1 milliards de dollars investis via des certificats de dépôt américains cotés à New York et des actions cotées à Hong Kong. La deuxième société en importance aux États-Unis est China Telecom Corp., cotée à New York, avec 2,3 milliards de dollars d’investissements. Selon le ministère américain de la Défense, les deux entreprises auraient des liens avec l’APL.

Le troisième sur la liste est le fabricant de matériel de surveillance Hangzhou Hikvision Digital Technology Co. Ltée, avec 1,7 milliard de dollars d’investissements provenant de sources américaines. Hikvision a été critiquée en Occident pour avoir produit des équipements utilisés pour surveiller les musulmans ouïghours dans la région du Xinjiang, au nord-ouest du pays.

Il n’est pas surprenant que les conseillers en investissement et les sociétés de gestion de fonds constituent le plus grand groupe investissant dans ces entreprises chinoises – avec 13,5 milliards de dollars investis – par le biais de leurs fonds communs de placement gérés activement ou de leurs fonds négociés en bourse (FNB) gérés passivement. Ils sont suivis par le gouvernement et les fonds de pension, avec 466 millions de dollars investis, et par les fonds spéculatifs, avec 406 millions de dollars investis. Parmi les autres catégories d’investisseurs ayant des participations importantes, on trouve les compagnies d’assurance (pour leur propre compte) et les banques et courtiers (probablement pour le compte de clients).

Parmi les conseillers en investissement, les gestionnaires passifs BlackRock et Vanguard sont en tête, avec plus de 2 milliards de dollars chacun d’actifs détenus sous ces noms.

La grande majorité des montants détenus dans des fonds de pension ou des fonds souverains américains proviennent du California Public Employees Retirement Systems (CalPERS), qui, selon les estimations, a investi environ 400 millions de dollars dans plusieurs entreprises contrôlées par l’État, telles que China Mobile, China Telecom, China Unicom, ainsi que dans diverses participations de moindre importance dans d’autres entreprises de la liste, notamment le fabricant de matériel ferroviaire CRRC Corp, China Communications Construction Co. Ltd. et China Railway Construction Corp. Ltée.

L’Alaska Permanent Fund Corp. est un fonds souverain qui vient en deuxième position avec environ 37 millions de dollars investis dans plusieurs entreprises.

Ces montants sont des estimations, car certains dépôts pourraient être périmés et les entités pourraient s’être retirées de leurs participations depuis les dépôts.

Un autre défi pour les entreprises chinoises

À l’avenir, les équipes de conformité des banques et des sociétés de courtage devront mettre à jour leurs listes d’interdictions au nom de leurs clients. Il sera interdit aux entreprises d’investissement d’acquérir de nouvelles positions dans ces sociétés, mais elles disposeront d’un certain temps pour se défaire de leurs participations actuelles.

Relativement parlant, ces investissements ne représentent qu’une infime partie des fonds, pensions et compagnies d’assurance américains. Même BlackRock, dont les fonds détiennent 2,4 milliards de dollars d’actions dans les 16 sociétés sur lesquelles a enquêté Epoch Times, gère au total 7 500 milliards de dollars d’actifs. Ce montant représente 0,03 % des investissements des fonds de BlackRock.

CalPERS, le système de retraite d’État américain qui a été le plus surpondéré dans les investissements chinois, possède également environ 350 milliards de dollars d’actifs financiers au total.

Mais dans un sens absolu, 15 milliards de dollars de fonds américains représentent une somme énorme. Il est très probable que l’administration Trump ait déjà réduit la liste à 31 entités afin de ne pas perturber les intérêts des entreprises et des investissements américains. En élargissant même légèrement la portée de cette liste, il est probable que les montants des investissements des entités américaines seraient bien plus importants.

Les actions de China Telecom et China Mobile ont chuté de 9 % et 6 % respectivement le 13 novembre, immédiatement après l’annonce de l’administration Trump, avant de rebondir.

Cette action représente le dernier défi en date pour les entreprises chinoises, dont certaines sont déjà confrontées aux contraintes du marché des capitaux alors que les autorités de Pékin tentent de freiner la spéculation sur le marché, de promouvoir la responsabilité fiscale et de réduire le levier financier.

Une série de récents défauts de paiement de dettes d’entreprises d’État a remis en question la solvabilité des gouvernements locaux et provinciaux et leur capacité à faire face aux défauts de paiement. Parmi les défaillances les plus médiatisées, citons celles du fabricant chinois de puces Tsinghua Unigroup et du groupe automobile Huachen, qui ont entraîné une plus grande vente d’obligations chinoises pendant la semaine du 16 novembre.

Jusqu’à présent, la contagion a été confinée à certains secteurs et provinces. Mais ce pourrait être une question de temps que les spreads des entreprises chez les champions nationaux soient touchés. L’interdiction faite aux investisseurs américains de participer aux transactions de certaines entreprises chinoises sur les marchés des capitaux supprime une source de financement importante pour ces entreprises à court de liquidités. Il reste à voir à quel moment Pékin interviendra directement.

« Bien que les autorités souhaitent une discipline de marché pour les entreprises plus risquées, elles [la Chine] ne peuvent pas savoir à quel point le risque de crédit pourrait créer une contagion plus large », a écrit le groupe Rhodium dans une récente note aux clients.

« Personne ne peut connaître clairement cette ligne, étant donné qu’il n’y a pas de précédent pour ce risque dans le système financier chinois. »

FOCUS SUR LA CHINE – Un riche entrepreneur chinois condamné à 20 ans de prison


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ