Les États-Unis sont « profondément préoccupés » par la détention en Chine de 12 militants de Hong Kong

Par Eva Fu
14 septembre 2020
Mis à jour: 14 septembre 2020

L’administration des États-Unis est « profondément préoccupée » par la douzaine de militants de Hong Kong détenus en Chine depuis des semaines, depuis qu’ils ont été pris en train de fuir vers Taïwan, a déclaré le secrétaire d’État Mike Pompeo dans un communiqué le 11 septembre.

Les 12 Hongkongais ont été arrêtés par les gardes-côtes chinois il y a environ trois semaines dans les eaux chinoises au large des côtes de la province méridionale de Guangdong. Ils se trouvaient sur un bateau apparemment en route pour Taïwan où ils allaient demander l’asile.

Au moins un des militants avait déjà été arrêté pour avoir violé la nouvelle loi de sécurité nationale de la ville, imposée par Pékin. Les politiciens locaux pro-démocratie et leurs proches ont critiqué le manque de protection juridique en Chine continentale et ont lancé un appel à l’aide pour améliorer leur situation.

M. Pompeo, le premier fonctionnaire américain à prendre publiquement position sur la question, s’est dit troublé d’apprendre que les militants sont privés d’accès à des avocats.

« Nous mettons en doute l’engagement déclaré du chef de l’exécutif Lam à protéger les droits des résidents de Hong Kong, et nous demandons aux autorités de garantir une procédure régulière », a déclaré M. Pompeo vendredi, en référence à la dirigeante de la ville, Carrie Lam. Il a ajouté qu’il y a eu peu d’informations sur leur affaire et les accusations officielles portées contre eux.

Un porte-parole du bureau du ministère chinois des Affaires étrangères à Hong Kong, sans nommer M. Pompeo, a répondu avec « une forte désapprobation » dans une déclaration samedi et a demandé que les politiciens américains « cessent immédiatement de s’immiscer dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine ».

À Hong Kong, les familles des militants détenus ont participé samedi à une conférence de presse dans le cadre de leur premier appel public. Revêtus de chapeaux et de masques pour protéger leur identité, certains pleurant et sanglotant, ils ont plaidé pour que leurs proches détenus puissent consulter les avocats de leur choix et aient la possibilité de s’entretenir avec eux.

Le plus jeune détenu a 16 ans. Plusieurs d’entre eux ont également besoin de médicaments, dont un qui souffre d’asthme et d’allergies cutanées, ont déclaré les parents.

« Ces 20 derniers jours ont été très durs pour nous », a déclaré la mère de Li Tsz-yin, 29 ans, qui a été arrêtée. « Je ne sais pas s’il est en sécurité ou vivant », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle espérait que les autorités pourraient bientôt fournir plus d’informations sur ce qui se passe et permettre aux militants de retourner à Hong Kong.

Interrogée en début de semaine par les journalistes sur la question de savoir si le gouvernement cherchera à ramener les détenus du continent, Mme Lam a déclaré que s’ils « ont été arrêtés pour avoir enfreint les lois du continent, ils doivent être traités conformément aux lois du continent ».

Les avocats menacés

Un certain nombre d’avocats de Chine continentale engagés par les familles des militants ont déclaré que les autorités chinoises les avaient avertis de ne pas s’occuper de l’affaire.

Ren Quanniu, un avocat des droits de l’homme de la province centrale du Henan, a déclaré que le bureau judiciaire du district de Zhongyuan à Zhengzhou, la capitale provinciale, l’a appelé deux fois le 9 septembre pour lui demander de se retirer de l’affaire, allant jusqu’à l’accuser de « ne pas être patriote ».

« C’était comme si nos vies étaient en jeu. Ils ont donné l’impression que c’était vraiment effrayant », a déclaré Me Ren, selon les reportages de Hong Kong. Il n’a pas cédé à la pression du fonctionnaire.

Me Ren a déclaré que les Hongkongais risquaient d’être inculpés pour avoir franchi illégalement la frontière, mais a ajouté que les allégations pouvaient changer.

Un autre avocat engagé par les familles, Lu Siwei, de la province du sud-ouest du Sichuan, a déclaré qu’il s’était vu refuser un rendez-vous avec son client parce que les autorités avaient choisi deux autres avocats pour le militant détenu.

Un fonctionnaire du bureau judiciaire du Sichuan a dit à Me Lu que c’était une affaire importante pour « le maintien de la stabilité sociale » et qu’elle était supervisée par le gouvernement central, a déclaré M. Lu aux médias de Hong Kong.

Le centre de détention de Yantian, dans la ville de Shenzhen, dans le sud du pays, où les militants sont détenus, a également refusé à l’avocat Ji Zhongjiu, de la province du Zhejiang, dans l’est de la Chine, de rendre visite à Li Tsz-yin. Un responsable du centre a affirmé au téléphone que le jeune Li avait désigné deux avocats de son propre chef, et a raccroché au nez de Me Ji lorsqu’il a essayé de chercher des informations complémentaires.

Au moins trois avocats basés à Shenzhen et engagés par les familles ont été contraints par les autorités de se retirer des affaires, ont rapporté les médias de Hong Kong.

James To, un avocat de Hong Kong et législateur local du parti de l’Alliance démocratique, a déclaré que le droit de ces militants détenus à être représentés par un avocat a été sapé.

« Il est très inhabituel que les avocats du continent désignés par leurs proches, les membres de leurs familles, soient persuadés de se retirer de ces affaires », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse où les proches ont comparu.

FOCUS SUR LA CHINE – 3 typhons détruisent les cultures dans le Nord-Est, en 2 semaines



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ