Les exemples de la Chine et de la Grèce montrent que la dette peut avoir des origines différentes

1 juillet 2015 Mis à jour: 26 octobre 2015

 

Si la Grèce était la Chine, la dette ne serait pas un problème. Les deux pays ont une dette totale équivalente à plusieurs fois leur PIB et seule la Grèce ne cesse de flirter avec le seuil du défaut de paiement. La différence entre le défaut de paiement grec et le fait de prétendre qu’il n’y a pas de dette (en Chine) réside dans l’étendue du contrôle que les deux pays ont sur leur système monétaire.

Alors que les tensions augmentent en Grèce, le pays a un atout supplémentaire dans sa manche.

La Grèce n’a virtuellement aucun contrôle sur sa situation. La plupart de la dette de son gouvernement est détenue par les institutions étrangères et son système bancaire dépend d’une banque centrale étrangère pour le soutenir. La Grèce ne peut rien faire sans obtenir le consentement de ses créditeurs ou de la Banque Centrale Européenne (BCE).

D’un autre coté, la Chine a un contrôle total sur son argent et de son système bancaire. Cela ne signifie pas que la dette que certains gouvernements locaux ont créé, pour être dépensée dans des projets d’infrastructures douteux, soit meilleure que la dette du gouvernement grec, ce n’est pas le cas.

Cependant, en contrôlant à la fois les banques et les gouvernements locaux, ainsi que la banque centrale, la Chine peut jouer de la planche à billets et simuler une bonne situation financière autant qu’elle le souhaite.

LIRE AUSSI

Exemple: l’arrangement actuel d’un échange de dette mené par les gouvernements locaux et les grandes banques publiques, pour inciter des prêts montant à 2,8 milliards de dollars (2,5 milliards d’euros) aux gouvernements locaux.

Selon le Wall Street Journal, les gouvernements locaux sont maintenant autorisés à émettre des obligations, à des rendements beaucoup plus faibles (par exemple, 3,41%) que les prêts de banque qu’ils avaient contracté auparavant (environ 7%). Selon le Livre Beige de la Chine, les rendements obligataires moyens pour le secteur privé sont de 7,44%.

En raison du faible rendement, personne ayant l’esprit clair n’achèterait ces obligations, parce que les gouvernements locaux ont peu de crédit depuis l’éclatement de la bulle immobilière.

« Nous devons encore acheter des obligations aux gouvernements locaux, parce que nous pensons que les rendements sont trop bas et, d’un point de vue commercial, ces obligations ne sont pas assez fluides, » a déclaré Wang Ming, partenaire de la Compagnie de Gestion des Actifs de Yaozhi de Shanghai, au Journal.

LIRE AUSSI

Les gouvernements locaux dépendent plus du marché immobilier que des taxes, pour les rentrées financières. Mais ce puits s’est tari maintenant

Cela ressemble à des investisseurs européens qui auraient vendu la dette du gouvernement grec en masse lors des premiers jours de la crise en la déplaçant vers le secteur public.

Cependant, puisque le régime chinois contrôle les banques et les gouvernements locaux, il peut obliger les banques à échanger des prêts existants à des hauts rendements contre des obligations à faible rendement et continuer ainsi indéfiniment de sorte qu’aucun gouvernement local ne puisse être en défaut de paiement.

Les banques pourraient ainsi ne jamais voir leur argent revenir, mais tant qu’ils n’auront pas à recouvrir leurs prêts, ils resteront dans la course. Grâce à la Banque Populaire de Chine, le risque de ces obligations et emprunts peut aussi transféré être à la banque centrale, parce qu’elle a des garanties admissibles lorsque les banques veulent obtenir de l’argent frais de la banque centrale, par la méthode de la planche à billets.

Comment les grecs pourraient-ils souhaiter négocier simplement avec eux-mêmes ?

Article original: China and Greece Show Not All Debt Is Created Equal

RECOMMANDÉ