Les exercices d’étirement peuvent augmenter votre tolérance à la douleur

L'inconfort causé par les étirements pourrait déclencher une réaction qui atténue le mal de dos, selon une étude
Par The Conversation
7 juin 2021
Mis à jour: 7 juin 2021

S’étirer ou ne pas s’étirer ? 

Faut-il le faire avant ou après l’exercice ? Cela permet-il de prévenir ou de guérir les blessures ? Les exercices d’étirement sont toujours un sujet d’actualité. Alors qu’ils permettent d’améliorer la souplesse, on leur a aussi soupçonné d’être utiles pour réduire la douleur.

Le mal de dos est l’un des problèmes de santé les plus répandus dans notre société. Jusqu’à 80 % de la population peut en souffrir au moins une fois dans sa vie. De nombreuses personnes qui en souffrent ne voient pas leur état s’améliorer après un traitement. Qu’est-ce qui fait que les traitements fonctionnent ou non ? Répondre à cette question pourrait améliorer la qualité de vie de millions de personnes.

Les professionnels de la santé, y compris les physiothérapeutes, prescrivent souvent des exercices, tels que des étirements, pour réduire la douleur. Il est admis depuis longtemps que les étirements soulagent la douleur en augmentant l’amplitude des mouvements et en diminuant le tonus ou la tension musculaire, ce qui donne l’impression que la douleur est moindre.

Cependant, il est rare que ce soulagement perçu de la douleur soit directement associé à une réduction de la douleur. En fait, une étude récente a montré que l’augmentation de la souplesse était en fait associée à une plus grande tolérance à la douleur, et ce phénomène serait amené par la douleur qui survient pendant les exercices d’étirements. Il est possible que les étirements aient un impact sur la perception de la douleur en activant les zones de notre système nerveux central qui modulent la douleur.

Je suis professeur au programme de physiothérapie de l’Université Laval et chercheur au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRSI) de l’université. Avec des étudiants de l’Université Laval et de l’Université McGill, je viens de publier une nouvelle recherche sur l’effet des exercices d’étirements sur la sensibilité à la douleur intitulée hypoalgésie induite par les étirements : une étude pilote (« Stretch-induced hypoalgesia : a pilot study ») dans la revue scientifique Scandinavian Journal of Pain. L’hypoalgésie est une diminution de la sensibilité aux stimuli douloureux. L’hypoalgésie peut être induite par des médicaments ou par quelque chose d’aussi faible que de frotter un orteil écrasé pour atténuer la douleur.

Pour l’étude, nous avons recruté 22 adultes en bonne santé qui ne souffraient pas de mal de dos. Chaque participant a été invité à effectuer un étirement de la région lombaire (bas du dos), suivi d’un étirement des muscles de l’avant-bras. Les participants ont reçu pour instruction de maintenir chaque étirement pendant trois minutes afin de produire une sensation d’étirement modérée.

Les étirements produisent une hypoalgésie

Avant et après chaque exercice, nous avons mesuré le seuil de sensibilité à la douleur d’un muscle du bas du dos (érecteurs de la colonne lombaire) et d’un muscle de l’avant-bras (fléchisseurs du poignet) à l’aide d’un algomètre.

Un algomètre est un instrument de mesure équipé d’un capteur qui calcule la pression nécessaire pour produire une sensation que nous appelons seuil de douleur. De cette façon, nous pouvons mesurer la modulation de la sensibilité à la douleur, c’est-à-dire la modification que l’étirement apporte au seuil de la douleur.

Nous avons calculé la modulation pour chaque étirement sur la zone étendue et sur une zone éloignée des muscles étirés. Un changement enregistré dans une zone éloignée de l’étirement suggérerait que les régions du système nerveux central qui impliquent le contrôle de la douleur ont été activées, et donc que l’étirement a eu un effet systémique.

Nous avons observé que les deux étirements ont produit une hypoalgésie. Par conséquent, les participants pouvaient tolérer davantage de pression avant d’atteindre le seuil de sensibilité à la douleur. En d’autres termes, après que les participants ont effectué les étirements, l’expérimentateur a dû appliquer une plus grande pression pour produire de la douleur.

Après l’extension du poignet, l’hypoalgésie induite par l’étirement était limitée à la zone étirée elle-même, tandis qu’après la flexion du dos, l’hypoalgésie était également présente à une certaine distance de la zone étirée (l’avant-bras).

Le cerveau joue-t-il un rôle ?

Les étirements ne sont pas le seul type d’exercice qui produit une hypoalgésie. Plusieurs études ont montré que les exercices d’aérobie et les exercices impliquant des contractions musculaires soutenues induisent également une hypoalgésie.

Ces formes d’exercice ont reçu beaucoup plus d’attention de la part de la communauté scientifique que les étirements, et certains groupes de chercheurs ont tenté de déterminer les mécanismes en jeu. Par exemple, il a été suggéré que l’hypoalgésie induite par l’exercice implique l’activation – et l’interaction – du système opioïde (qui comprend trois récepteurs opioïdes dans le cerveau) et des systèmes endocannabinoïdes, qui contrôlent la douleur.

Dans une récente revue de la recherche publiée dans The Journal of Pain, les auteurs ont suggéré que l’hypoalgésie induite par l’exercice pourrait s’expliquer par l’effet désagréable et même parfois douloureux de ces exercices. En effet, on sait que l’activation des nocicepteurs (récepteurs de la douleur) induit une hypoalgésie en déclenchant des systèmes qui modulent la douleur, dont les opioïdes.

Par exemple, tenir une main dans un seau rempli d’eau froide produit une douleur intense qui induit une hypoalgésie systémique. Il est possible que des mécanismes similaires puissent également expliquer nos résultats, puisque l’étirement produit une sensation parfois désagréable, voire douloureuse.

Les effets à distance, et donc potentiellement systémiques, n’étaient présents qu’après un étirement du dos. Nous pensons que l’étirement du dos pourrait impliquer l’étirement d’une plus grande masse de structures (muscles, ligaments, tendons, peau) que l’étirement du poignet, et pourrait donc produire un effet plus important. Ces hypothèses devraient être testées dans de futures études.

Les étirements ne sont pas une panacée

Les bénéfices immédiats des étirements chez les personnes souffrant de douleurs dorsales pourraient s’expliquer par le fait que les régions du corps impliquées dans la modulation de la douleur ont été stimulées. L’exercice peut également induire une hypoalgésie. Cependant, de nombreuses personnes souffrant de douleurs dorsales chroniques bénéficient moins de l’hypoalgésie habituellement induite par l’exercice. Cela pourrait s’expliquer par des différences dans le fonctionnement des régions du système nerveux central qui sont impliquées dans le contrôle de la douleur.

Les étirements du dos ne sont pas forcément bénéfiques à toutes les personnes souffrant de douleurs dorsales. Un mal de dos sévère qui persiste dans le temps est généralement multifactoriel, de sorte qu’une prise en charge générale par un professionnel de la santé, tel qu’un physiothérapeute, peut être nécessaire pour réduire ou contrôler la douleur. Les étirements ne sont qu’un des outils de traitement disponibles pour améliorer son état de santé, et ne sont pas une panacée.

Hugo Massé-Alarie est professeur adjoint de physiothérapie à l’Université Laval au Canada. Cet article a été publié pour la première fois sur The Conversation.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ