Les habitants de Wuhan décrivent la panique qui règne dans la ville alors que la deuxième vague de l’épidémie se manifeste

Par Nicole Hao
15 mai 2020
Mis à jour: 15 mai 2020

Alors que Wuhan, la ville du centre de la Chine où le virus du PCC* est apparu pour la première fois, connaît une nouvelle vague d’infections, les habitants ont déclaré à Epoch Times que les autorités minimisaient l’ampleur de l’épidémie actuelle, et ont exprimé leur crainte de contracter le virus.

Le 14 mai, la Commission nationale chinoise de la santé a annoncé trois nouvelles infections dans tout le pays, dont deux dans la ville de Shenyang, dans la province du Liaoning au nord-est, et une dans la ville de Jilin, dans la province de Jilin. Elle n’a pas communiqué de nouvelles données pour Wuhan.

Confinement total

Plus tôt dans la semaine, les autorités ont annoncé six nouvelles infections à Wuhan les 10 et 11 mai.

Ils étaient tous résidents du complexe résidentiel de Sanmin, dans le district de Dongxihu. Après les diagnostics, les autorités ont verrouillé la zone du complexe, limitant les déplacements et exigeant des tests d’acide nucléique pour tous les résidents.

Le 14 mai, les habitants de Wuhan ont partagé une vidéo sur les médias sociaux montrant plusieurs travailleurs installant un panneau en acier à l’entrée du complexe.

« Ils ont complètement scellé le complexe résidentiel [Sanmin] avec des panneaux d’acier. Les autorités sont très extrêmes ! Je ne peux pas comprendre », a déclaré un habitant de Wuhan à la version chinoise d’Epoch Times.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Un habitant du complexe résidentiel de Sanmin a déclaré à Epoch Times qu’aucune personne dans le complexe n’était autorisée à aller travailler. Tous doivent rester à l’intérieur.

« Treize autres patients nouvellement diagnostiqués proviennent de notre complexe résidentiel », a-t-il dit, ajoutant que les autorités n’avaient pas annoncé ces infections, mais que les résidents partageaient les informations par le bouche-à-oreille. « Plus de 300 autres sont isolés dans des centres de quarantaine. »

Un membre du personnel médical prélève un échantillon par écouvillonnage sur un résident pour le soumettre à un test de dépistage du coronavirus à Wuhan, en Chine, le 14 mai 2020. (STR/AFP via Getty Images)

À l’intérieur du complexe se trouvent des usines, des écoles et des magasins. Tous ont été contraints de fermer.

Un autre résident du complexe a déclaré à Epoch Times que les autorités locales ont exigé que tous les résidents soient mis en quarantaine à domicile pendant 14 jours.

Il a déclaré avoir vu les autorités installer plus de 10 tentes à l’intérieur du complexe le 10 mai, avec des employés des services publics, de l’hôpital local et de la police locale inspectant le complexe. Au cours des derniers jours, le personnel est venu chercher les échantillons d’environ 4 900 résidents pour les soumettre à des tests d’acide nucléique et d’anticorps sanguins.

Le résident a déclaré qu’il pensait que le nombre d’infections était sous-estimé.

La panique

Le 14 mai, la Ville de Wuhan a ordonné à tous les habitants de la ville de passer un test d’acide nucléique pour déterminer s’ils étaient infectés.

Epoch Times a reçu plusieurs vidéos de résidents de Wuhan, montrant de longues files d’attente dans les rues où les tests sont effectués, malgré les fortes pluies.

Le personnel médical prélève de la salive dans la gorge des gens. Ensuite, l’échantillon de salive est envoyé à un hôpital ou à un centre d’analyse pour obtenir des résultats.

Pour éviter toute contamination potentielle, le personnel médical doit changer de gants après chaque prélèvement.

Cependant, les habitants de Wuhan se sont plaints que le personnel médical ne changeait pas de gants, et ont exprimé leur crainte d’être infectés par inadvertance.

Un travailleur médical prélève un échantillon par frottis sur un résident pour le soumettre à un test de dépistage du coronavirus à Wuhan, en Chine, le 14 mai 2020. (STR/AFP via Getty Images)

L’internaute Miaomiao a relaté sur Weibo, une plateforme de type Twitter, que son employeur avait fait en sorte que le personnel soit testé le 14 mai. « Tous les employés ont été trempés après avoir attendu sous la pluie battante, ce qui peut nous donner un rhume », écrit-elle dans son post. « En fait, la plupart des gens ont eu des nausées lorsque le coton-tige a touché la gorge. Certains ont même toussé. Cependant, le personnel médical a prélevé les échantillons sans changer de gants. »

Liuyin Zhixia s’est plainte sur Weibo : « Mon voisin est allé faire un test ce matin. Il a dit que le gant du personnel médical avait touché sa cavité buccale. Il était très effrayé et s’est gargarisé avec de l’eau salée [quand il est rentré chez lui]. »

Comme les autorités utilisent des points de contrôle pour surveiller les mouvements des personnes, il est difficile pour un résident de Wuhan d’éviter de passer le test. Le personnel du gouvernement scanne un code de santé généré par un téléphone portable. Seuls ceux qui reçoivent un code de santé vert – ce qui signifie qu’ils n’ont jamais été en contact avec le virus – peuvent se déplacer librement.

Un homme voyage sur un ferry pour traverser le fleuve Yangtze à Wuhan, en Chine, le 14 mai 2020. (HECTOR RETAMAL/AFP via Getty Images)

Les résidents locaux ont également été inquiets après avoir remarqué que les détaillants en ligne avaient informé leurs clients qu’ils suspendraient l’expédition de marchandises à Wuhan en raison de la récente épidémie.

Le 12 mai, les internautes ont partagé un avis de la société de messagerie chinoise ZTO Express et de son partenaire Jinjun Logistics, informant les clients que son personnel ne ramasserait ni ne livrerait de colis dans plusieurs districts de Wuhan.

Quelques heures plus tard, les deux sociétés ont nié l’information contenue dans l’avis.

Cependant, de nombreux internautes chinois ont indiqué sur Weibo que les coursiers locaux n’enverraient pas leurs colis à Wuhan.

Ces derniers jours, les vidéos des médias sociaux ont également montré plusieurs personnes de Wuhan qui se sont soudainement effondrées dans la rue. Par crainte du virus, les passants n’ont pas osé s’approcher d’eux.

On ne sait pas ce qui les a rendues malades. Dans une vidéo, des secouristes vêtus d’une combinaison de protection ont tenté de réanimer un homme. Ils ont annoncé qu’il était décédé sur les lieux.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ