Les Harlem Hellfighters : l’incroyable histoire du régiment américain le plus décoré de la Première Guerre mondiale

Par Lawrence W. Reed
17 février 2021
Mis à jour: 17 février 2021

Dans son discours d’ouverture à l’université Howard de Washington, D.C., en juin 1924, presque six ans après la fin de la Première Guerre mondiale, le président Calvin Coolidge a rendu hommage aux Afro-Américains qui y avaient combattu :

Les gens de couleur ont prouvé à maintes reprises leur dévouement aux grands idéaux de notre pays. Ils ont offert leurs services dans la guerre avec le même patriotisme et la même disponibilité que les autres citoyens. Les registres du recrutement sélectif montrent qu’un peu plus de 2 250 000 hommes de couleur ont été enregistrés. Les registres prouvent en outre que, loin de chercher à éviter de participer à la défense nationale, ils ont montré qu’ils souhaitaient s’engager avant la mise en œuvre de la loi sur le service sélectif et qu’ils n’ont pas tenté de se soustraire à cette loi par la suite.

L’implication américaine dans cette calamité européenne reste controversée jusqu’à ce jour. Personnellement, je la considère comme l’une des deux plus grandes erreurs de politique étrangère depuis l’aube du XXe siècle (l’autre étant la guerre en Irak en 2003). Cependant, on peut s’opposer aux décisions des hommes politiques et admirer la valeur sur le champ de bataille de ceux qui les ont exécutées.

Lorsque Woodrow Wilson et le Congrès ont engagé l’Amérique dans la guerre en avril 1917, les citoyens noirs du pays pouvaient légitimement se demander (et certains l’ont fait) : « Qu’est-ce que cela nous rapporte ? » M. Wilson disait que l’Amérique devait « rendre le monde sûr pour la démocratie » mais ici, chez nous, la démocratie était trop souvent refusée aux Noirs. M. Wilson lui-même les considérait comme des citoyens de seconde classe. Il encourageait la ségrégation dans tout le gouvernement fédéral et fermait les yeux sur la discrimination pratiquée par les gouvernements des États et les gouvernements locaux.

Néanmoins, les Afro-Américains sont allés à la guerre, beaucoup d’entre eux en espérant qu’ils pourraient vaincre à la fois les Allemands à l’étranger et le racisme chez eux s’ils faisaient leurs preuves au combat. Les louanges du président Coolidge ont été largement méritées et aucun groupe d’Afro-Américains ne le méritait plus que la 369e infanterie de l’armée américaine, un régiment de volontaires connu sous le nom de Harlem Hellfighters.

D’où vient leur surnom ? Harlem (dans la ville de New York) était le quartier d’origine de nombreux soldats. Personne ne semble en être sûr, mais ce sont les Français ou les Allemands qui les ont appelés pour la première fois Hellfighters en raison de leur ardeur dans les combats. Et aucun n’a combattu avec plus d’ardeur qu’Henry Johnson. En une nuit, dans la forêt d’Argonne, M. Johnson a subi 21 blessures alors qu’il tuait quatre Allemands au corps à corps et sauvait un compatriote américain, le tout en quelques minutes. Un peloton entier de 28 soldats allemands s’est dispersé et a fui à la vue des prouesses de M. Johnson.

Formés par une unité de la Garde nationale de New York, les hommes du 369e ont appris les pratiques militaires de base au Camp Whitman à New York, avant d’être envoyés au Camp Wadsworth à Spartanburg en Caroline du Sud pour un entraînement au combat. La plupart des habitants de la région ne les ont pas bien accueillis et certains ont fait l’objet de discrimination et de vils sarcasmes en raison de leur couleur. En décembre 1917, ils ont été envoyés en France où ils s’attendaient à voir de l’action sur les lignes de front.

Ils ont rapidement été déçus lorsqu’il est devenu évident que l’armée ne voulait les déployer que pour du travail manuel, loin des combats. Même les fusils qu’ils avaient apportés avec eux leur ont été confisqués par les responsables de l’armée américaine.

Le général John J. Pershing, commandant du Corps expéditionnaire américain, hésitait à engager des troupes américaines au front tant qu’il ne pensait pas les avoir rassemblées en nombre suffisant pour assurer la victoire. Les Français, quant à eux, avaient désespérément besoin d’effectifs. Finalement, cédant à la pression française, le général Pershing leur a donné le 369e. Si certains considéraient les troupes noires comme des éléments qu’on peut sacrifier, ces troupes se sont révélées finalement indispensables.

Considérez cet incroyable record des Harlem Hellfighters : Aucune unité américaine n’a passé plus de temps au combat qu’eux, pas moins de 191 jours sous le tir. Ces unités n’ont jamais perdu un centimètre de terrain. L’ennemi n’a jamais capturé un seul d’entre eux. Ils ont subi le taux de pertes le plus élevé de tous les régiments américains. Aucun n’a déserté. Les Français reconnaissants ont accordé à l’ensemble du régiment, leur plus haute distinction militaire, la Croix de Guerre. Plusieurs soldats du régiment ont reçu la deuxième plus haute distinction de l’armée américaine, la Distinguished Service Cross. À titre posthume, Henry Johnson a reçu la médaille d’honneur de l’Amérique en 2015. Le 369e a fini par être le régiment américain le plus décoré de la guerre.

Un autre trait distinctif des Harlem Hellfighters était leur groupe, le plus grand et le plus connu de tous les régiments. Son chef était James Reese Europe, dont l’enrôlement en 1917 s’est révélé être une aubaine pour le recrutement. Il était l’un des musiciens noirs les plus connus d’Amérique et d’autres, comme Noble Sissle, qui est devenu son lieutenant et chanteur principal, étaient impatients de servir avec lui.

La fanfare du 369e régiment d’infanterie joue du jazz pour les blessés américains dans la cour d’un hôpital parisien en 1918. (Bibliothèque du Congrès)

Le groupe musical de James Reese Europe était extrêmement populaire auprès des Français, même lorsque M. Europe a présenté son propre arrangement de l’hymne national français « La Marseillaise ». Le groupe des Hellfighters a apporté en France le jazz et le ragtime que personne n’avait entendus auparavant.

James Reese Europe a été tragiquement assassiné en mai 1919 par un membre mécontent du groupe. M. Sissle, quant à lui, est devenu célèbre dans le monde de la musique et de la scène. Il a formé un partenariat à vie avec le musicien noir Eubie Blake. Shuffle Along, la comédie musicale qu’ils ont produite tous les deux en 1921, a été jouée plus de 500 fois à Broadway et est à l’origine de l’épanouissement de la culture que nous connaissons sous le nom de « Harlem Renaissance ».

Aucune histoire des Harlem Hellfighters, ne serait complète sans la mention d’un homme blanc, le colonel William Hayward, originaire du Nebraska. M. Hayward était le commandant du régiment dès sa création. Il était un promoteur des soldats noirs en qui il n’a jamais perdu confiance et ses hommes aimaient leur commandant en retour. Il était un défenseur inébranlable de l’égalité des droits pour toutes les couleurs. Lorsque le 369e régiment est revenu à New York en 1919, c’est M. Hayward (et non pas M. Wilson ou M. Pershing) qui s’est assuré qu’il y aurait un grand défilé pour les accueillir. Cet accueil par des foules enthousiastes dans les rues de New York a été un glorieux moment d’harmonie raciale. J’encourage les lecteurs à explorer davantage cette histoire avec liens ci-dessous.

Peu importe ce que vous pensez de l’entrée de l’Amérique dans la Première Guerre mondiale et peu importe la couleur de votre peau, vous pouvez célébrer les héroïques Harlem Hellfighters. Ils étaient parmi les meilleurs.

Pour plus d’information, regardez :

James Reece Europe and the Hellfighters (vidéo) de la 2e partie de Ken Burns’ “Jazz”

The Harlem Hellfighters (vidéo) de History Channel

The Harlem Hellfighters’ Great War (vidéo) de IMDb TV

Harlem Hellfighters 369th Infantry (vidéo) de A&E

The Harlem Hellfighters: When Pride Met Courage de Walter Dean Myers et Bill Miles

The Hellfighters of Harlem de Bill Harris

Harlem’s Hellifighters: The African-American 369th Infantry in World War I de Stephen L. Harris

The Harlem Hellfighters (roman) de Max Brooks

One Hundred Years Ago, the Harlem Hellfighters Bravely Led the U.S. Into World War I de Erick Trickey

Lawrence W. Reed est le président émérite de la FEE (Foundation for Economic Education), membre senior de la famille Humphreys et ambassadeur mondial de la liberté Ron Manners, ayant servi pendant près de 11 ans comme président de la FEE (2008-2019). Il est l’auteur du livre Was Jesus a Socialist?, publié en 2020, ainsi que de Real Heroes : Incredible True Stories of Courage, Character, and Conviction et Excuse Me, Professor: Challenging the Myths of Progressivism. Suivez-le sur LinkedIn et Twitter et sa page de personnage public sur Facebook. Son site web est LawrenceWReed.com.

Cet article a été publié originalement sur FEE.org

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ