Les hauts responsables de la santé en Chine ont du mal à répondre aux questions sur le coronavirus, alors qu’une autre ville est totalement fermée

Par Nicole Hao
2 février 2020 Mis à jour: 3 février 2020

Plusieurs responsables chinois ont récemment eu des entretiens avec les médias au cours desquels leur manque de connaissances sur les mesures à prendre pour contenir le coronavirus a été mis en évidence.

L’épidémie a été signalée pour la première fois par les autorités chinoises le 31 décembre 2019, mais la maladie est apparue pour la première fois dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, au début du mois de décembre. Wuhan est la capitale de la province du Hubei.

Elle s’est depuis propagée à toutes les provinces et régions chinoises, ainsi qu’à environ 24 pays dans le monde.

Entre-temps, la ville de Huanggang, à l’est de Wuhan, a décidé d’interdire aux véhicules d’entrer et de sortir de la ville, ce qui laisse entendre que l’ampleur de l’épidémie y est bien pire que ce que les autorités signalent.

Fonctionnaires de Huanggang

Le 29 janvier, le gouvernement central de Pékin a envoyé une équipe de travail à Huanggang. L’équipe a rencontré Tang Zhihong, chef de la commission de la Santé de la ville, et Chen Mingxing, directeur du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de la ville.

La chaîne publique China Central Television (CCTV) a accompagné l’équipe de travail et a enregistré la rencontre.

Lorsque les experts de Pékin lui ont posé des questions, Mme Tang n’a pas pu répondre.

Dans la vidéo de la CCTV, les experts de Pékin ont demandé quelle était la capacité actuelle des hôpitaux de la ville. Mme Tang a gardé le silence. Lorsqu’on lui a demandé de nouveau, Mme Tang a répondu : « Nous avons un fonctionnaire qui est en charge de cette question. »

Les experts ont demandé quel était le nombre actuel de cas confirmés à Huanggang. Mme Tang a d’abord répondu « plus de 200 », mais Chen est intervenu et a répondu “118.”

Ils ont également demandé : « Combien de patients sont traités dans les hôpitaux ? » Mme Tang et M. Chen n’ont pas répondu.

Cela a provoqué la colère des internautes chinois, qui ont commenté la séquence d’information sur les médias sociaux.

Le lendemain, le gouvernement de Huanggang a annoncé que Mme Tang avait été démise de ses fonctions.

Auparavant, le 23 janvier, Sheng Wenjun, le secrétaire du Parti communiste chinois de la ville-district Chibi mise en quarantaine, avait inspecté les mesures prises par la région pour lutter contre le coronavirus. Il portait un masque chirurgical, mais le masque ne couvrait que sa bouche. Son nez était exposé directement à l’air.

Sheng Wenjun, secrétaire du Parti de la ville de Chibi, mise en quarantaine, porte un masque mais celui-ci ne couvre pas son nez, à Chibi, en Chine, le 23 janvier 2020. (Capture d’écran)

Lors d’une récente conférence de presse, certains fonctionnaires ont également révélé qu’ils ne pouvaient pas porter leur masque correctement.

Lors d’une conférence de presse tenue le 26 janvier, le gouverneur de la province de Hubei, Wang Xiaodong, ne portait pas de masque, mais le secrétaire de Hubei, Bie Bixiong, en portait un. Cependant, son masque ne lui couvrait pas non plus le nez. Le maire de Wuhan, Zhou Xianwang, portait un masque, mais le portait à l’envers.

Le gouverneur de Hubei, Wang Xiaodong (au centre), ne porte pas de masque ; le secrétaire de Hubei, Bie Bixiong (à gauche), porte un masque, mais celui-ci ne couvre pas son nez ; le maire de Wuhan, Zhou Xianwang (à droite), porte un masque à l’envers lors de la conférence de presse à Wuhan, en Chine, le 26 janvier 2020. (Capture d’écran)

Nouvelles mesures de blocage

Le gouvernement Huanggang a annoncé le 30 janvier de nouvelles mesures de confinement.

Selon la nouvelle règle, toutes les routes de la zone municipale de Huanggang seront fermées à minuit le 31 janvier, avec des barrières physiques et des points de contrôle.

Aucun véhicule ne pourra emprunter les routes, sauf « celles destinées à la prévention et au contrôle des épidémies, au secours médical, aux besoins de base et aux secours d’urgence », peut-on lire dans l’annonce.

Les taxis ne seront autorisés que pour les femmes enceintes, les patients atteints de maladies graves, etc. Seul un certain nombre de taxis est attribué à chaque quartier.

Le gouverneur du Hubei, M. Wang, a déclaré lors d’une conférence de presse le 29 janvier que le nombre de cas confirmés augmentait rapidement à Huanggang et dans trois autres villes voisines – Xiaogang, Jingmen et Xianning. Il a déclaré qu’il craignait que Huanggang ne devienne un autre Wuhan.

Selon les statistiques officielles, en janvier 2019, Huanggang compte 6,34 millions d’habitants.

Fausses données

Les autorités chinoises n’ont commencé à mettre à jour le bilan des victimes de l’épidémie que depuis le 22 janvier. Mais les experts du Royaume-Uni et de Hong Kong ont estimé que le chiffre réel des infections pourrait atteindre 250 000 personnes dans la seule ville de Wuhan d’ici le 4 février.

Ces derniers jours, certains responsables chinois ont fait des allusions indirectes à la véritable ampleur de l’épidémie.

Liu Yingzi, directeur de la commission de la santé du Hubei, a déclaré le 29 janvier que plus de 170 000 membres du personnel médical travaillaient en première ligne pour traiter les patients atteints de coronavirus.

Pendant ce temps, les médecins des hôpitaux du Hubei ont dit aux médias publics qu’ils manquaient de ressources humaines pour traiter les patients. Certains d’entre eux ont travaillé pendant plus de 24 heures d’affilée.

Le 22 janvier, la télévision publique Jiangsu a rapporté qu’un médecin de Wuhan avait été infecté par le coronavirus après avoir traité des patients pendant 11 jours. Il était en auto-quarantaine et a dit aux membres de sa famille qu’il avait travaillé 26 heures d’affilée, car il y avait trop de patients à l’hôpital.

Et lors d’une conférence de presse tenue le 30 janvier, Zhang Wenhong, chef de l’équipe d’intervention en cas d’épidémie à Shanghai, a déclaré : « Compte tenu de la situation actuelle, ce coronavirus va se propager plus largement. Je suis responsable de mes paroles ici et je peux vous dire que les estimations des experts étrangers sont correctes », a-t-il déclaré, sans nommer les experts auxquels il faisait référence.

Les chiffres officiels font état de moins de cinq mille infections dans le Hubei.

Le 29 janvier, Zeng Guang, le scientifique en chef de l’épidémiologie au CDC chinois, a fait un aveu d’une rare franchise sur les raisons pour lesquelles les fonctionnaires chinois ne peuvent pas dire la vérité aux gens, dans un entretien avec le tabloïd d’État Global Times.

« Ils [les fonctionnaires] doivent réfléchir aux répercussions politiques et à la stabilité sociale [afin de garder leurs postes] », a déclaré Zeng Guang.

RECOMMANDÉ