Les inspecteurs du New Hampshire ont découvert un problème : le scanner n’a compté que 28% des bulletins de vote destinés aux candidats du Parti républicain durant un test

Par Jack Phillips
25 mai 2021
Mis à jour: 25 mai 2021

Les vérificateurs qui examinent les votes à Windham, dans le New Hampshire, aux États-Unis, ont peut-être découvert pourquoi les résultats initiaux montraient un écart dans le décompte des voix pour un candidat démocrate.

Les républicains de Windham, New Hampshire, ont remporté les quatre sièges lors des élections législatives du 3 novembre, mais une candidate démocrate, Kristi St. Lauren, a demandé un recomptage, qui lui a été accordé car elle n’a perdu que de 24 voix.

Cependant, lors d’un recomptage manuel, il a été révélé qu’elle n’avait pas perdu par 24 voix. Au lieu de cela, l’effort a révélé que les candidats du GOP (Grand Old Party, surnom donné au Parti républicain) avaient en fait reçu 300 voix supplémentaires, tandis que Mme St. Laurent a perdu 99 voix.

Un audit a été effectué pour déterminer pourquoi il y avait un écart entre les résultats initiaux et le décompte du recomptage. Aujourd’hui, les inspecteurs impliqués dans le processus ont déclaré qu’ils avaient peut-être découvert la raison de cet écart.

« Nous avons maintenant la confirmation expérimentale qu’ […] un pli à travers l’endroit où les votes sont cochés peut créer un vote. Aucun des 65 bulletins [n’était] marqué pour Mme St. Laurent, mais les machines ont interprété 25 des plis comme des votes pour elle », a écrit le compte Twitter WindhamNHAuditors, qui est géré par les inspecteurs Harri Hursti, Mark Lindeman et Phillip Stark. Il a ensuite précisé qu’il s’agissait de 75 voix, et non de 65 voix.

Le compte-rendu comprenait une photo des lignes de pliage des bulletins de vote qui auraient amené la tabulatrice à interpréter les lignes de pliage comme des votes valides.

« Une chose que nous soupçonnons fortement à ce stade, sur la base de diverses preuves, est que dans certains cas, les lignes de pliage sont interprétées par les scanners comme des votes valides », a déclaré M. Lindeman, l’un des inspecteurs, à la chaîne WMUR-TV.

Dans un autre tweet, les inspecteurs ont constaté qu’une autre machine avait un « problème encore plus grave », ne comptant que 28 % des 75 votes pour chaque candidat républicain en lice.

« Parce que si quelqu’un a voté pour les quatre candidats républicains et que la ligne de pliage du bulletin de vote passe par la cible de Mme St. Laurent, cela pourrait être interprété par les machines comme un sur-vote, ce qui soustrairait des voix à chacun de ces quatre candidats républicains », a déclaré M. Stark, un inspecteur, à la chaîne. « Inversement, si l’électeur n’avait pas déjà voté pour quatre candidats, une ligne de pliage à travers cette cible aurait pu amener la machine à l’interpréter comme un vote pour Mme St. Laurent. »

Mme St. Laurent a déclaré à WMUR-TV qu’il semble que le pli passait fréquemment par son nom sur les bulletins de vote, suggérant que c’est la raison pour laquelle elle a reçu plus de votes lors du décompte initial.

« L’endroit où se trouvait le pli passait, je suppose, le plus souvent par mon nom », a déclaré la candidate démocrate.

L’un des vérificateurs a prévenu que leur travail d’évaluation de l’élection n’était pas encore terminé et que le pliage n’était peut-être pas la raison principale de l’écart.

Dans un tweet du 23 mai, M. Hursti a souligné que leur « travail n’est pas encore terminé ».

« Bien que le pliage semble être un fort contributeur, il n’est clairement pas le seul facteur », a-t-il écrit. « Par exemple : nous avons observé des taux d’erreur très différents sur deux machines traitant les mêmes bulletins de vote. »

Ni AccuVote, les machines impliquées dans l’audit et le vote, ni le bureau du secrétaire d’État du New Hampshire n’avaient répondu aux demandes de commentaires au moment de la publication de cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ