Les législateurs européens se prononcent en faveur de l’admission de Taïwan à la réunion de l’OMS sur la santé

Par Frank Fang
4 novembre 2020
Mis à jour: 4 novembre 2020

TAIPEI, Taïwan – Plus de 100 législateurs et responsables européens demandent au chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’autoriser Taïwan à participer à une prochaine réunion internationale.

Le ministère des Affaires étrangères de Taïwan a exprimé sa gratitude pour le soutien qu’il a reçu des pays européens dans un communiqué de presse le 1er novembre. L’appel au directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, est arrivé quelques jours avant la reprise de la 73e Assemblée mondiale de la santé (AMS), l’organe décisionnel de l’OMS, se réunira de nouveau le 9 novembre La précédente réunion de l’AMS s’était tenue en mai.

Selon le communiqué de presse, quatre législateurs européens – Waldemar Andzel de Pologne, Istvan Tiba de Hongrie, Peter Osusky de Slovaquie et Marek Benda de la République tchèque – ont envoyé une lettre commune à M. Ghebreyesus le 22 octobre.

Des lettres conjointes ont également été cosignées par 102 législateurs et fonctionnaires d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie.

Dans ces lettres, les législateurs ont souligné le succès que Taïwan a connu pour contenir la propagation du virus du PCC* (virus du Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus, ce qui signifie qu’il est impératif que l’île adhère à l’OMS, ont déclaré les législateurs.

Exclure Taïwan et ses 23 millions d’habitants de l’organisation mondiale constituerait une violation des droits de l’homme et ne profiterait pas à l’effort mondial de lutte contre la pandémie, ont-ils écrit.

Taïwan n’est pas un État membre de l’OMS. Mais de 2009 à 2016, les ministres de la Santé de Taïwan ont été autorisés à participer à l’AMS en tant qu’observateurs.

Depuis 2017, Taïwan s’est vu interdire par Pékin de participer à l’assemblée et à ses réunions.

Pékin s’oppose à ce que Taïwan participe à toute réunion ou organisation internationale parce qu’il considère que l’île fait partie de son territoire, malgré le fait que l’île autogérée ait un gouvernement en exercice qui fonctionne, avec sa propre armée, sa monnaie et sa constitution.

Bien qu’elle ne soit qu’à 130 km de la Chine, Taïwan a largement empêché la propagation du virus sur l’île. Au 1er novembre, l’île comptait 558 cas d’infection confirmés et sept décès liés au virus. Son dernier cas de transmission locale a été signalé il y a plus de 200 jours, le 12 avril.

La réussite de Taïwan en 200 jours a été reconnue au niveau international. Le 29 octobre, le sénateur américain Bernie Sanders (Parti démocrate, Vermont) a estimé sur Twitter que le gouvernement américain devrait suivre l’exemple de Taïwan en matière de prévention de la propagation du Covid-19.

L’homme politique allemand Engine Eroglu, qui est également membre du Parlement européen, a posté sur Twitter : « Taïwan est l’un des rares pays à avoir bien géré la crise dès le début ! »

Avant la dernière réunion de l’AMS, qui s’est tenue pratiquement les 18 et 19 mai, les responsables de la Santé de 14 pays, dont les États-Unis, le Japon et le Nicaragua, avaient préconisé que Taïwan participe à l’AMS, selon l’agence de presse gouvernementale Central News Agency de Taïwan.

En fin de compte, Taïwan n’a pas été invitée.

Le 18 mai, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a publié une déclaration critiquant le chef de l’OMS et Pékin au sujet de l’exclusion de Taïwan.

« Le directeur général de l’OMS, Tedros, avait tous les pouvoirs et précédents juridiques pour inclure Taïwan dans les événements de l’AMS. Pourtant, il a choisi de ne pas inviter Taïwan sous la pression de la République populaire de Chine (RPC) », a souligné M. Pompeo.

Il a ajouté : « L’action malveillante de la RPC pour faire taire Taïwan révèle le vide de sens de ses prétentions à vouloir la transparence et la coopération internationale pour lutter contre la pandémie, et rend la différence entre la Chine et Taïwan encore plus flagrante. »

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

FOCUS SUR LA CHINE  – Un milliardaire chinois menace le monde par ses actes

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ