Le régime chinois aurait des liens étroits avec les manifestations violentes aux États-Unis

Par Ella Kietlinska
11 octobre 2020
Mis à jour: 12 octobre 2020

La plupart des émeutes ayant secoué les États-Unis ces derniers mois ont été organisées par deux organisations socialistes qui ont des liens étroits avec le Parti communiste chinois (PCC), selon Trevor Loudon, auteur et cinéaste ayant étudié pour plus de 30 ans les groupes radicaux et terroristes et leur influence secrète sur la politique générale.

L’organisation Freedom Road Socialist Organization (FRSO), qui est basée à Minneapolis et qui soutient ouvertement le Parti communiste chinois (PCC), ainsi que la Bay Area-based Liberation Road, qui entretient des liens très étroits avec le consulat chinois local et la Chinese Progressive Association (CPA), sont toutes deux à l’origine des récentes maniestations violentes, d’après les déclarations de M. Loudon dans une récente interview accordée au programme Crossroads d’Epoch Times.

L’interview en anglais avec Trevor Loudon commence à 11 min 40.

Le mouvement Liberation Road

Liberation Road est « essentiellement un mouvement dirigé par les Chinois », a déclaré M. Loudon. C’est une organisation socialiste, s’inspirant de l’idéologie marxiste, « avec un objectif clair de construire une résistance à D. Trump », selon son site web.

Liberation Road, dont les habitants ont « brûlé Ferguson, Missouri, en 2014 », s’est séparé du FRSO il y a plusieurs années sur la question de savoir s’il fallait travailler avec le Parti démocrate « et c’est l’organisme parent de Black Lives Matter [BLM] », indique M. Loudon.

Un homme tient une pancarte « Black Lives Matter » alors qu’une voiture de police brûle devant lui lors d’une manifestation devant le centre CNN le 29 mai 2020 à Atlanta, en Géorgie. (Elijah Nouvelage/Getty Images)

Alicia Garza, co-fondatrice du mouvement Black Lives Matter, est également la directrice du projet Black Future Labs qui est « un projet financé par l’Association progressiste chinoise », peut-on lire sur la page des dons des Black Futures Labs.

Certains médias ont nié l’allégation concernant les liens des Black Future Labs avec le régime communiste chinois, car il existe deux organisations appelées « Chinese Progressive Association », l’une à San Francisco et l’autre à Boston. Selon le New York Times, Black Future Labs ne travaille qu’avec la Chinese Progressive Association de San Francisco, qui est une entité différente de son homonyme de Boston.

Cependant, les deux organisations nommées Chinese Progressive Association (CPA) « sont contrôlées par Liberation Road », a déclaré M. Loudon. « Elles sont toutes deux contrôlées par des communistes maoïstes qui font partie des mêmes groupes depuis 50 ans maintenant. Ils sont peut-être autonomes sur le plan organisationnel, mais ils font partie du même mouvement. »

La CPA de Boston a des liens très étroits et travaille officiellement pour le consulat chinois de New York, a spécifié M. Loudon, mais la CPA de San Francisco est aussi très liée au consulat chinois de cette ville. Ce sont « deux groupes de façade pour la même organisation communiste », même s’ils sont régis par des conseils d’administration distincts, a-t-il ajouté.

En outre, Alicia Garza et deux autres cofondateurs du BLM sont « directement affiliés à Liberation Road », a déclaré M. Loudon.

M. Loudon a également expliqué que Black Lives Matter a des liens avec le PCC par le biais de son organisation alliée, Asians for Black Lives. Deux des principaux fondateurs d’Asians for Black Lives, Alex Tom et Eric Mar, étaient d’anciens dirigeants de la CPA, a-t-il dit.

M. Tom a ouvertement parlé de ses contacts avec l’ambassade de Chine ou du consulat chinois, et M. Mar était « un allié très proche » de Russell Lowe, un espion identifié du PCC qui a travaillé au bureau de la sénatrice Dianne Feinstein (Parti démocrate, Californie) pendant environ 20 ans, a rapporté M. Loudon.

On voit un drapeau chinois placé sur un mannequin portant une tenue de basket-ball américaine dans le magasin de détail phare de la NBA à Pékin le 9 octobre 2019. (Kevin Frayer/Getty Images)

La Freedom Road Socialist Organization (FRSO)

La FRSO est basée sur l’idéologie marxiste et a pour mission de lutter en faveur du socialisme aux États-Unis, et cherche à établir un nouveau parti communiste, selon son site web.

L’organisation déclare ouvertement sur son site web être en faveur de la Chine, a déclaré M. Loudon, et elle fait partie du mouvement maoïste depuis 40 ans. Elle a également des contacts étroits avec la Chine communiste et suit la propagande du Parti communiste chinois, certains de ses cadres vivent même en Chine.

Les manifestations violentes à Minneapolis ont été déclenchées par la FRSO, plus précisément par l’une de ses membres Jess Sundin, qui est également une leader du mouvement appelé Twin Cities Coalition for Justice 4 Jamar, et l’épouse de la secrétaire politique du FRSO, selon ce que déclare M. Loudon.

M. Loudon a produit une vidéo qui comprend un podcast montrant J. Sundin « admettant qu’elle était la principale organisatrice des émeutes » et parlant de la joie qu’elle a ressentie quand elle a vu un commissariat de police « être réduit en cendres ».

Elle a également admis que la violence, les pillages et les incendies criminels faisaient « intrinsèquement partie du mouvement », selon M. Loudon, « ce n’était pas une manifestation pacifique qui a été détournée. »

Les manifestations violentes et les troubles dans d’autres villes, dont Kenosha, Dallas, Houston, Tallahassee, Jacksonville, Miami, Tampa, Salt Lake City et Los Angeles, ont été organisées et coordonnées par le même groupe, a déclaré M. Loudon.

M. Loudon a écrit que la secrétaire politique de la FRSO, Steff Yorek, a déclaré le jour de l’investiture du président Donald Trump : « Nous devons rester dans les rues pendant les quatre années entières à nous opposer à Trump et à rendre le pays ingouvernable. »

Écrit à partir de l’entrevue de Joshua Philipp.

RECOMMANDÉ