Les médias américains retirent après coup leur article affirmant à tort que l’administration Trump a détenu 100.000 enfants pour des motifs liés à l’immigration

Par Isabel van Brugen
21 novembre 2019 Mis à jour: 21 novembre 2019

Plusieurs organes de presse ont été contraints de se rétracter le 19 novembre après avoir faussement attribué les statistiques sur les détentions d’enfants liées aux migrations de l’ère Obama au président Donald Trump, d’après un rapport des Nations unies (ONU).

L’Agence France-Presse (AFP), Reuters, NPR et The Associated Press figuraient parmi les médias qui ont retiré leurs articles selon lesquels plus de 100 000 enfants étaient en détention aux États-Unis pour des motifs liés aux migrations.

Les médias ont tiré leurs chiffres d’un rapport de l’ONU publié le 18 novembre, dont l’auteur a depuis admis que les chiffres proviennent d’un rapport d’une agence des Nations unies pour les réfugiés citant des données de 2015, lorsque Barack Obama était président. Dans son rapport, Manfred Nowak, un expert de l’étude mondiale de l’ONU sur les enfants privés de liberté, affirme qu’il s’agit du « taux le plus élevé au monde » d’enfants détenus.

M. Nowak a également déclaré que les statistiques faisaient référence au nombre cumulé d’enfants migrants détenus à n’importe quel moment de l’année, que ce soit « pendant deux jours, huit mois ou toute l’année », et pas tous simultanément.

Citant le rapport, l’AFP avait publié à l’origine un article qui déclarait : « Plus de 100 000 enfants sont actuellement détenus dans des centres de détention liés aux migrations aux États-Unis, souvent en violation du droit international, a déclaré lundi l’ONU », liant cette information avec l’administration Trump.

Toutefois, l’AFP a publié une correction sur Twitter indiquant qu’elle retirait l’article.

« L’AFP retire cette histoire. L’auteur du rapport a précisé que ses chiffres ne représentent pas le nombre d’enfants actuellement détenus aux États-Unis en raison de la migration, mais le nombre total d’enfants détenus aux États-Unis en 2015. Nous allons supprimer cette histoire », a tweeté l’AFP le 19 novembre.

L’AFP avait précédemment tweeté son article avec les gros titres, citant l’ONU, « Plus de 100 000 enfants en détention aux États-Unis liés à la migration ».

L’agence a ensuite été moquée par des partisans de Trump sur Twitter pour son erreur : « Une fois qu’ils ont découvert que plus de 100 000 enfants étaient en détention aux États-Unis alors que Joe Biden était vice-président, ils n’ont plus voulu rapporter cette histoire. Circulez, il n’y a plus rien à voir ici ! »

Reuters a entre-temps retiré sa version de l’histoire, après avoir réalisé que les chiffres avaient été faussement attribués et publiés sur leur site, via un article intitulé « Les États-Unis ont le taux le plus élevé au monde d’enfants en détention – Une étude de l’ONU est retirée. »

« Le 19 novembre, les Nations unies ont publié une déclaration indiquant que ces chiffres n’était pas ceux mis à jour, mais qu’il s’agissait de l’année 2015. Aucun article de remplacement ne sera publié. »

Le Comité national démocrate, qui a décrit les chiffres du rapport de l’ONU comme « Notre honte nationale », et le sénateur Bernie Sanders (I-Vt.), qui a tweeté l’article de Reuters à ses millions de lecteurs avec la légende : « Sous l’égide de Trump, l’Amérique est en tête du classement mondial pour l’enfermement des petits enfants, y compris 100 000 enfants à la frontière. C’est immoral », ont rapidement pris le train en marche pour supprimer leur message.

Entre-temps, la représentante Ilhan Omar (Démocrate-Minn.) a écrit sur Twitter que « ces nombres élevés de détentions proviennent directement de l’administration Trump », en lien avec un article de l’Associated Press qui a été publié par NBC News.

Puis dans une déclaration écrite, l’agence de presse a déclaré que son article « citait les propos d’un expert indépendant travaillant avec le Bureau des droits de l’homme de l’ONU, selon lesquels plus de 100 000 enfants sont actuellement détenus », « Mais ces chiffres font référence au nombre total de détentions d’enfants aux États-Unis pour l’année 2015, selon l’agence des Nations unies pour les réfugiés », a-t-elle ajouté.

AP a également mis à jour son article, indiquant que les données récemment publiées par le gouvernement américain ce mois-ci montrent que 69 550 enfants migrants ont été détenus au cours de l’année écoulée.

RECOMMANDÉ