Les Nord-Coréens ne font plus confiance aux aliments importés de Chine

Par Olivia Li
17 octobre 2019 Mis à jour: 17 octobre 2019

Les aliments contaminés exportés de Chine vers la Corée du Nord ruinent les relations entre les deux pays communistes. Une source d’information de Pyongyang a révélé que les Nord-Coréens ne font plus confiance aux aliments ou ingrédients alimentaires produits en Chine.

La source a révélé à Daily NK le 8 octobre que la majorité de l’huile de soja sur le marché nord-coréen provient de Chine. Les consommateurs ont appris récemment que l’huile de soja produite en Chine est en fait de l’huile de récupération, c’est-à-dire de l’huile de cuisson sale recyclée à partir de déchets de restaurants.

Daily NK est un journal en ligne basé en Corée du Sud qui se concentre sur les questions relatives à la Corée du Nord. Les histoires qu’il rapporte seraient obtenues de l’intérieur de la Corée du Nord par l’intermédiaire d’un réseau d’informateurs.

« Maintenant, les consommateurs nord-coréens sont prêts à dépenser plus pour acheter de l’huile de soja dans les pays d’Asie du Sud-Est. » Selon la source, « le prix d’une bouteille de 5 litres d’huile de soja chinoise est de 4 à 4,5 €, alors que l’huile de soja produite en Asie du Sud-Est est d’environ 5,4 € ».

Il a également expliqué que les Nord-Coréens pensaient autrefois que les aliments fabriqués en Corée du Nord étaient propres et sûrs, mais ils savent maintenant que de nombreux ingrédients alimentaires sont importés de Chine, un pays réputé pour ses produits alimentaires contaminés.

« De plus en plus de consommateurs, en particulier les femmes soucieuses de la santé de leurs enfants, ont cessé d’acheter des aliments contenant des ingrédients d’origine chinoise, comme les saucisses », a-t-il dit.

Une autre source d’information chinoise a confirmé que l’huile de soja chinoise exportée vers la Corée du Nord est bien de l’huile de récupération, ajoutant que la société commerciale nord-coréenne qui a acheté l’huile chinoise a délibérément spécifié qu’elle voulait de l’huile de récupération bon marché.

« Le patron de la société de négoce nord-coréenne a demandé de l’huile de récupération, et la société vend ensuite l’huile à des usines de transformation alimentaire. En fait, certains employés de la société de négoce ont déclaré ouvertement qu’ils ne mangeraient pas d’aliments produits en Corée du Nord », a déclaré la source chinoise.

La pratique illégale du recyclage de l’huile récupérée et de sa vente aux restaurants et aux consommateurs a été largement exposée vers 2010.

He Dongping, professeur à la Wuhan Polytechnic University, a déclaré aux médias d’État chinois en 2010 que la Chine consomme environ 22,5 millions de tonnes d’huile de cuisson par an, alors que la production annuelle d’huile de cuisson dans le pays est inférieure à 20 millions de tonnes. Il estime donc que les Chinois consomment environ 2,5 millions de tonnes d’huile de récupération chaque année. L’huile de récupération est très préoccupante pour la santé, car elle est habituellement contaminée par des bactéries, des champignons, des toxines comme le plomb et des agents cancérigènes comme le benzopyrène et les aflatoxines.

La Russie s’en prend aux crevettes nuisibles en provenance de Chine

Les Chinois appellent généralement la Corée du Nord le « petit frère communiste » de la Chine, tandis que la Russie est appelée le « grand frère communiste » de la Chine. Ces deux termes sont encore utilisés aujourd’hui, près de deux décennies après la dissolution de l’Union soviétique, parce que le régime chinois traite toujours la Russie comme un allié proche quand il s’agit d’éviter la condamnation de la société internationale.

Contrairement aux Nord-Coréens, qui font preuve de discrétion pour traiter la question des aliments contaminés en provenance de Chine, les autorités russes se sont ouvertement acharnées sur les crevettes congelées importées de Chine.

L’Agence fédérale des pêches de Russie a annoncé en septembre de l’année dernière qu’elle avait effectué 25 inspections de crevettes congelées sur le marché et qu’aucune ne satisfaisait aux normes de sécurité alimentaire. En Russie, les crevettes congelées sont principalement importées de Chine et un faible pourcentage du Vietnam.

L’agence a affirmé que les crevettes en provenance de Chine contenaient des produits chimiques nocifs provenant d’un environnement de pêche odieux ainsi que des surdoses d’antibiotiques et d’hormones de croissance.

« [Ces produits de la mer] sont infectes et toxiques, les aliments que les pisciculteurs chinois et vietnamiens utilisent contiennent même des déchets répugnants comme le fumier de porc », a déclaré Alexander Savelyev, directeur de l’Agence d’information des pêches. « Ils utilisent également de grandes quantités d’antibiotiques et d’hormones de croissance dans les élevages de poissons et de crevettes. Nous dépensons de l’argent pour leur acheter des produits alimentaires dégoûtants, produits avec cupidité. »

En tant que pays communiste, la Chine a très peu d’amis au sein de la communauté internationale. Cependant, même les relations de fraternité communistes sont aujourd’hui menacées, car les scandales des produits alimentaires contaminés érodent « l’amitié forgée dans le sang » du pays avec la Corée du Nord et son amitié de longue date avec la Russie.

RECOMMANDÉ