Les pages Facebook de Jordan Bardella et Marion Maréchal menacés de « dépublication » par le réseau social

Par Suzanne Durand
22 février 2021
Mis à jour: 22 février 2021

L’ancienne députée et le vice-président du Rassemblement National considèrent avoir fait l’objet de « censure » de la part du réseau social après le blocage temporaire de leur page.

Dimanche 21 février, la page Facebook du vice-président du Rassemblement national (RN) Jordan Bardella a été interrompue. Dans un tweet M. Bardella a partagé sa page accompagnée d’une capture d’écran. « Facebook s’arroge le droit de supprimer mes publications défendant la liberté d’expression et dénonçant la dérive liberticide du gouvernement ! Jusqu’à la censure pure et simple de ma page sans recours possible. »

« Je n’ai rien publié qui pouvait prêter à la polémique, explique Jordan Bardella au Figaro. « Les réseaux sociaux se sont octroyés le droit de contrôler la parole publique. Après avoir censuré le Président des États-Unis, ils n’ont plus de limite. Nous entrons dans un climat de mise sous tutelle des libertés d’expression. C’est très inquiétant ! », explique-t-il à nos confrères.

Marion Maréchal menacée de « dépublication »

Le même jour, Marion Maréchal, ancienne députée du RN, a vu sa page Facebook également bloquée. « Votre page est sur le point d’être dépubliée et fait l’objet d’une diffusion limitée et d’autres restrictions en raison d’infractions répétées aux Standards de la communauté ». 

Menacée de « dépublication », Marion Méréchal a dénoncé sur un tweet l’action du géant du numérique. « Facebook a bloqué ma page, je ne peux plus rien publier. Les GAFAM sont dans une démarche de censure idéologique et politique en dehors de tout cadre judiciaire ».

Le blocage temporaire a finalement été levé quelques heures plus tard. Contacté, le réseau social n’a pas donné d’explication.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ