Les pratiquants de Falun Gong s’expriment et dénoncent 21 ans de persécution (Photos)

Le 20 juillet marque le sombre anniversaire de la brutale campagne de persécution contre la pratique spirituelle du Falun Gong.
Par Epoch Times
19 juillet 2020
Mis à jour: 20 juillet 2020

L’interdiction de pratiquer la méditation pacifique du Falun Gong en Chine, le 20 juillet 1999, a entraîné la mort d’innombrables pratiquants au cours de cette persécution qui a duré 21 ans. Malgré la pandémie, le Parti communiste chinois (PCC) a intensifié la persécution de ce groupe spirituel au cours du premier semestre 2020, soumettant les pratiquants à une diffamation extrême, au harcèlement, à la torture et au prélèvement forcé d’organes.

De janvier à juin 2020, 2 654 pratiquants ont été arrêtés et 2 659 ont été harcelés pour leur foi, selon un rapport de juillet 2020 de Minghui, un site web américain qui fournit des informations de première main sur la pratique spirituelle et sa persécution. Le rapport ajoute que 1 687 de ces pratiquants de Falun Gong ont vu leurs maisons saccagées.

« De nombreux pratiquants âgés ont également été ciblés. Plus précisément, 540 (10,1 %) des 5 313 pratiquants concernés étaient âgés de 65 ans ou plus, dont 116 entre 65 et 70 ans, 278 septuagénaires, 140 octogénaires et 6 nonagénaires », indique le rapport.

Les pratiquants de Falun Gong participent à une veillée aux chandelles commémorant le 20e anniversaire de la persécution du Falun Gong en Chine, sur la pelouse ouest du Capitole, le 18 juillet 2019. (Samira Bouaou/The Epoch Times)

Le PCC a commencé à persécuter le Falun Gong (également connu sous le nom de Falun Dafa) parce que cette méthode ancestrale de cultivation-pratique pour l’amélioration de soi – avec ses trois principes « Authenticité-Bienveillance-Tolérance » – a connu une énorme popularité et a rassemblé un grand nombre de pratiquants en Chine à la fin des années 1990. Le régime autoritaire a considéré ces citoyens respectueux des lois et ayant la foi comme une menace pour son idéologie communiste de lutte et de haine.

Chaque année, le 20 juillet, les pratiquants de Falun Gong du monde entier organisent des veillées aux chandelles, des rassemblements et des défilés, et distribuent du matériel d’information pour marquer le sombre anniversaire et sensibiliser le public au génocide en cours. Cette année, alors que de nombreux pratiquants de cet ancien système de cultivation bravent le virus du PCC, communément appelé coronavirus, pour attirer l’attention sur les graves atrocités commises dans l’espoir de mettre un terme à la persécution, d’autres organisent des rassemblements en ligne sur cette cause. Les pratiquants du Canada et de l’Australie ont prévu deux rassemblements en ligne distincts pour le 20 juillet, avec des intervenants de tous horizons, des sénateurs, des législateurs et des avocats spécialisés dans la défense des droits de l’homme, selon Event Brite.

Vous trouverez ci-dessous une sélection de photos illustrant les activités organisées le 20 juillet pour le Falun Dafa, au cours des dernières années.

Les veillées solennelles

Les pratiquants de Falun Gong de la région du grand Vancouver se sont réunis devant le consulat chinois à Vancouver le 10 juillet 2020, pour dénoncer la persécution de leur croyance  en Chine. Lors de leur rassemblement pacifique, les pratiquants ont formé deux rangées de plus de 100 mètres de long de chaque côté de l’entrée du consulat chinois, tenant des pancartes écrites en anglais et en chinois, pour demander de mettre fin à cette persécution brutale.

La veillée aux chandelles devant le consulat chinois à Vancouver le 10 juillet 2020. (Minghui)
La veillée aux chandelles devant le consulat chinois à Vancouver le 10 juillet 2020. (Minghui)
Des pratiquants de Falun Gong tiennent une bannière sur laquelle est écrit « Stop à la persécution du Falun Gong en Chine », en chinois et en anglais, devant le consulat chinois à Vancouver le 10 juillet 2020. (Minghui)

« Rejeter le PCC revient à rejeter le virus »

Lorsqu’un homme portant un masque fait sur mesure avec le logo « virus du PCC » a vu la bannière sur laquelle on pouvait lire « Restez loin du PCC et du virus du PCC », il s’est approché des pratiquants de Falun Gong pour leur donner un coup de pouce, a rapporté Minghui.

Il leur a affirmé qu’il connaissait « dans les moindres détails les crimes commis par le PCC, tels que le prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants, le génocide des Ouïgours et la répression des résidents de Hong Kong ». Il a déclaré qu’il était récemment revenu de Hong Kong et qu’il « détestait ce que le PCC avait fait au peuple » de Hong Kong.

(Minghui)

« Le seul espoir pour l’humanité est d’améliorer sa moralité »

Pour attirer l’attention sur les violations des droits de l’homme commises par le parti communiste en Chine pendant les 21 ans de persécution, les pratiquants du groupe spirituel ont organisé un rassemblement dans le centre d’Auckland le 20 juin 2020. Des passants ont été bouleversés d’apprendre que la Chine autorisait le prélèvement d’organes sur des êtres humains vivants.

(Minghui)

Pendant ce temps, en Australie, un rassemblement a été organisé pour célébrer le fait que 350 millions de citoyens chinois ont quitté le PCC, devant les bureaux des douanes de Sydney, le 31 janvier 2020. Lors de ce rassemblement, Riccardo Bossi, leader du Parti unique australien, auteur, conférencier, consultant international en affaires et ancien lieutenant-colonel des forces spéciales de l’armée australienne, a félicité les Chinois qui ont décidé de quitter le PCC.

M. Bossi a déclaré : « Le PCC corrompt les cercles politiques australiens. Ils ont beaucoup investi dans le pays. L’Australie, qui était autrefois économiquement forte et autonome, est devenue le vassal du PCC. Si le régime ne s’effondre pas, la Chine et l’Australie seront également détruites. Si les Australiens veulent sauver l’Australie, ils doivent aider les Chinois à quitter le PCC et à sauver la Chine. »

Riccardo Bossi, leader du Parti unique australien, lors du rassemblement. (Minghui)

Démonstration des exercices

Lors des récents événements destinés à exposer la persécution et à sensibiliser les gens, les pratiquants ont également fait des démonstrations des exercices méditatifs du Falun Gong dans les parcs et ont parlé aux passants des bienfaits de cette pratique pour la santé.

Démonstration des exercices au centre commercial national (National Mall) à Washington le 4 juillet 2020. (Minghui)
Les pratiquants de Falun Gong ont effectué les exercices de méditation et ont raconté aux passants comment la persécution se poursuivait, au Santa Monica Pier, à Los Angeles, le 12 juillet 2020. (Minghui)
Plus de 200 pratiquants de Falun Gong à Chiayi City, à Taïwan, se sont réunis au parc Wenhua le 11 juillet 2020. (Minghui)
Démonstration des exercices de Falun Gong devant le bâtiment historique des douanes dans le centre de Sydney le 31 janvier 2020. (Minghui)

« Merci de m’en avoir parlé »

Les pratiquants paisibles, plongés dans la méditation, ont impressionné de nombreux spectateurs ; certains ont même remercié ces bénévoles pour les avoir sensibilisés aux violations des droits de l’homme commises en Chine.

« Merci de m’en avoir parlé, car je ne savais pas que la situation en Chine était si terrible », a déclaré un touriste. « La liberté de croyance est importante pour notre société, et elle doit être protégée. »

Un pratiquant de Falun Gong en train de parler à des passants à Milan, en Italie, le 4 juillet 2020. (Minghui)
Un pratiquant de Falun Gong en train de parler à des passants à Milan, en Italie, le 4 juillet 2020. (Minghui)
Informer les gens sur la persécution le 12 juillet 2020 à Los Angeles. (Minghui)
Communication d’informations sur la persécution à un automobiliste de la ville de Chiayi, à Taïwan, le 11 juillet 2020. (Minghui)
Une pratiquante âgée de Falun Gong parle de la persécution au centre commercial national de Washington le 4 juillet 2020. (Minghui)

« Que pouvons-nous faire pour vous aider ? »

Dans les premiers mois de l’année 2020, alors que la pandémie atteignait son point culminant, la plupart des provinces chinoises ont été mises en quarantaine, mais le harcèlement exercé sur cet ancien système de cultivation-pratique, n’a pas cessé. « Davantage de pratiquants ont également été arrêtés durant les mois de février, mars, mai et juin 2020 par rapport à l’année dernière », indique le rapport Minghui.

Les passants qui apprennent les atrocités auxquelles sont confrontées ces personnes croyantes en Chine se demandent souvent comment elles peuvent contribuer à mettre fin à la persécution. Les pratiquants leur suggèrent de partager des informations avec leurs amis et leurs familles pour permettre à un plus grand nombre de personnes de prendre conscience de ce génocide et de signer une pétition pour demander aux sénateurs et aux autorités de prendre des mesures contre le PCC.

(Minghui)
Les touristes s’informent sur la persécution sur la place des droits de l’homme à Paris le 28 juin 2020. (Minghui)
Des passants signent une pétition pour arrêter la persécution contre le Falun Gong en Chine, sur la place de la ville de Melbourne, le 6 juin 2020. (Minghui)
Des passants signent une pétition pour arrêter la persécution contre le Falun Gong en Chine, sur la place de la ville de Melbourne, le 6 juin 2020. (Minghui)

Les efforts persistants des pratiquants de Falun Gong pour exposer la persécution d’une manière aussi pacifique sont admirés par les passants. Cependant, certains peuvent se demander à quoi bon signer des pétitions et manifester dans les rues, surtout si la persécution n’a pas cessé depuis 21 ans. La citation suivante d’Abraham Lincoln, le 16e président des États-Unis, en dit peut-être long sur leur noble cause : « La probabilité d’échouer dans notre lutte ne doit pas nous dissuader de soutenir la cause que nous estimons juste. »

Pour signer la pétition en ligne qui demande la fin de la persécution du Falun Gong et du prélèvement forcé d’organes, cliquez ici.

Regardez la vidéo sur la persécution du Falun Gong :

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ