Les progressistes écrivent les cours de sciences sociales de vos enfants

Par Betsy McCaughey
21 juin 2021
Mis à jour: 21 juin 2021

Il est difficile de savoir ce qui est le plus grave : laver le cerveau des enfants ou mentir à ce sujet.

Les parents qui s’inquiètent que leurs enfants soient endoctrinés par la théorie critique de la race ne peuvent pas obtenir de réponses claires. Les commissions scolaires locales et les directeurs d’école leur mentent, affirmant que les enfants sont simplement formés à la « pensée critique ».

Samedi, la vérité a éclaté. Des syndicats d’enseignants et des militants ont organisé des rassemblements dans 22 villes pour soutenir la théorie critique de la race. Ce qu’ils ont dit était stupéfiant. Ils ont déclaré sans ambages que leur objectif était d’endoctriner les élèves pour des causes d’extrême gauche.

Le Zinn Education Project, qui a organisé les événements de samedi, produit du matériel centré sur la race pour les collèges et les lycées du pays. Les plans de cours sont proposés gratuitement aux enseignants qui peuvent les télécharger. Les parents qui se demandent d’où vient la théorie critique de la race que reçoivent leurs enfants peuvent se rendre sur le site Web. Ils seront bouleversés.

Zinn [Zinn Education Project] a été fondé par feu Howard Zinn, un historien marxiste qui disait que l’enseignement des sciences sociales ne devait pas porter sur les dates et les événements. Il s’agissait de donner aux élèves l’envie de changer le monde, de renverser le statu quo.

Une leçon de Zinn intitulée « Les élèves conçoivent un projet de loi sur les réparations » explique que les élèves seront invités à améliorer les projets de loi sur les réparations « peu convaincants » actuellement au Congrès. La pensée critique n’est pas encouragée. Il ne s’agit pas d’un débat sur l’opportunité des réparations. C’est un endoctrinement unilatéral. « En tant que militants pour la justice raciale, les étudiants sont tous du ‘même côté’ dans ce jeu de rôle », peut-on lire sur le site Web de Zinn.

D’autres groupes d’extrême gauche fournissent du matériel d’études sociales aux écoles, notamment le Southern Poverty Law Center (SPLC) et Black Lives Matter at School. Le SPLC demande aux éducateurs de tenir tête aux parents « et de résister vigoureusement aux efforts visant à maintenir le statu quo ». Pas étonnant que les parents se fassent rouler dans la farine.

Il n’y a pas que les familles blanches qui protestent. Keisha King, une mère noire du comté de Duval, en Floride, a averti le Conseil de l’éducation de Floride que dire à un enfant qu’il est victime d’oppression est « essentiellement un frein pour un enfant ».

Michael Rivera, originaire de Virginie, explique qu’il a « épousé une femme merveilleuse qui se trouve être blanche. Mon fils est blanc ». Il objecte que « selon la théorie critique de la race, mon fils devrait avoir une culpabilité blanche et un privilège blanc ».

Plus de 500 personnes ont signé une pétition réclamant un programme scolaire permettant aux élèves d’apprendre « sans les titres de raciste et de victime » à Guilford, Connecticut, une petite ville située à l’extérieur de New Haven. Pourtant, le directeur de l’école de Guilford insiste sur le fait que les écoles n’enseignent pas la théorie critique de la race. Pense-t-il que les parents mentent à propos des devoirs dans les sacs à dos de leurs enfants ?

À Greenwich, dans le Connecticut, des parents ont pris le micro lors d’une réunion du conseil d’administration de l’école, le 20 mai, pour citer des documents que leurs enfants avaient apportés à la maison, notamment un sondage sur les « préjugés des Blancs » destiné aux élèves de cinquième. Les membres du conseil scolaire et le directeur de l’école sont restés silencieux. La semaine dernière, le directeur de l’école a envoyé un courriel aux parents expliquant que Greenwich veut que les élèves soient des « penseurs critiques », mais nie habilement que la théorie critique de la race fasse partie du programme.

C’est peut-être techniquement vrai. La théorie critique de la race est née dans les écoles de droit. Mais ce qui est enseigné dans les écoles primaires et secondaires du pays est une version simplifiée.

Étant donné que les administrateurs des écoles sont prêts à mentir et à dissimuler les faits pour faire avancer la théorie critique de la race, les parents n’ont qu’un seul choix. Ils doivent s’organiser et présenter des candidats pour remplacer les conseils scolaires locaux. Les élections des conseils scolaires sont généralement calmes, car les syndicats et autres initiés aiment qu’il en soit ainsi. Il est temps pour les parents de prendre le contrôle.

Vingt États à majorité législative républicaine tentent d’interdire la théorie critique de la race. Ils n’appellent pas à blanchir l’histoire américaine, comme le prétendent certains militants, mais ils exigent la diversité des points de vue et interdisent les leçons qui humiliraient les élèves pour leurs « privilèges ».

Malgré tout, les interdictions des États ne sont pas idéales. Elles peuvent aller à l’encontre du premier amendement. Et il est difficile de savoir ce qui se passe dans chaque école. C’est à cela que servent les conseils scolaires locaux.

Même dans les États bleus (démocrates), les candidats républicains qui s’opposent aux conseils scolaires locaux feront des percées et gagneront des convertis au GOP (Grand Old Party, surnom donné au Parti républicain). C’est une question gagnante.

Les parents – qu’ils soient démocrates ou républicains, noirs ou blancs – veulent que leurs enfants soient éduqués, pas endoctrinés.

Betsy McCaughey, Ph.D., est commentatrice politique, expert constitutionnel, chroniqueur syndiqué et auteur de plusieurs livres, dont The Obama Health Law : What It Says and How to Overturn et The Next Pandemic. Elle a également été lieutenant-gouverneur de l’État de New York.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ