Des recherches suggèrent que les cas bénins de Covid-19 apportent une protection durable grâce aux anticorps

Par Meiling Lee
3 juin 2021
Mis à jour: 3 juin 2021

Les personnes ayant connu un cas bénin de Covid-19 ont une protection durable par anticorps, selon une étude menée par des chercheurs de la faculté de médecine de l’université Washington de Saint-Louis.

Les scientifiques ont découvert que les personnes qui se sont remises d’un cas bénin de Covid-19 ont des plasmocytes à longue durée de vie dans leur moelle osseuse qui sécrètent de faibles niveaux d’anticorps contre le virus du PCC (Parti communiste chinois) pendant peut-être toute une vie.

Les plasmocytes sont un type de globules blancs développés à partir des cellules B (ou lymphocytes B) et proviennent de la moelle osseuse. Ils sont chargés de produire et de sécréter des anticorps contre un antigène spécifique.

« L’automne dernier, il a été signalé que les anticorps s’affaiblissaient rapidement après une infection par le virus responsable du Covid-19, et les médias grand public ont interprété cela comme signifiant que l’immunité n’était pas de longue durée », a déclaré Ali Ellebedy, auteur principal de l’étude et professeur associé de pathologie et d’immunologie à l’université de Washington.

« Mais c’est une mauvaise interprétation des données. Il est normal que les taux d’anticorps diminuent après une infection aiguë, mais ils ne tombent pas à zéro, ils se stabilisent. Ici, nous avons trouvé des cellules productrices d’anticorps chez des personnes 11 mois après les premiers symptômes. Ces cellules vivront et produiront des anticorps pour le reste de la vie des gens. C’est une preuve solide d’une immunité durable », a-t-il ajouté.

L’étude (pdf), publiée dans la revue médicale Nature le 24 mai, a porté sur 77 participants qui ont fourni des échantillons de sérum à intervalles de trois mois, en commençant environ un mois après l’apparition des symptômes. La plupart des participants, à l’exception de six, présentaient des cas légers de Covid-19, une maladie causée par le virus du PCC, également connu sous le nom de SRAS-CoV-2.

Les chercheurs ont constaté que les taux d’anticorps diminuaient rapidement au cours des quatre premiers mois suivant l’infection, puis se stabilisaient, les anticorps étant toujours détectés 11 mois après l’infection initiale.

En outre, des échantillons de moelle osseuse ont été prélevés chez 19 des 77 participants sept à huit mois après l’infection afin de confirmer la source des anticorps. Dans 15 des échantillons, des plasmocytes produisant des anticorps ont été détectés. Ces plasmocytes étaient encore présents chez cinq participants qui ont fourni un deuxième échantillon de moelle osseuse quatre mois plus tard. Aucune cellule de ce type n’a été trouvée dans les échantillons de moelle osseuse de 11 personnes en bonne santé « sans antécédents de SRAS-CoV-2 ou de vaccination ».

Ces résultats remettent en question la nécessité pour les personnes qui se sont remises du Covid-19 de continuer à se faire vacciner, alors que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont déclaré à Epoch Times en février 2021 que les gens devraient se faire vacciner, qu’ils aient ou non eu la maladie.

Événement de collecte de tests d’anticorps Covid-19 au Miami International Mall à Doral, Floride, le 18 juin 2020. (Jason Koerner/Getty Images for BioReference Laboratories)

Dans une note scientifique mise à jour (pdf) le 10 mai, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que la plupart des personnes développent « une forte réponse immunitaire protectrice après une infection naturelle par le SRAS-CoV-2 » et que cette réponse reste « fiable et protectrice contre une réinfection pendant au moins 6 à 8 mois après l’infection ». En outre, environ 90 à 99 % des personnes qui se remettent de la maladie développent des anticorps neutralisants détectables.

La mise à jour de l’OMS fait écho à un rapport antérieur des National Institutes of Health (NIH), datant de janvier de cette année, qui indiquait que « le système immunitaire de plus de 95 % des personnes qui se sont remises du Covid-19 avait une mémoire durable du virus jusqu’à huit mois après l’infection ».

Le rapport était basé sur une étude qui a examiné les anticorps et les cellules immunitaires d’environ 200 personnes qui s’étaient rétablies du Covid-19 et a constaté que divers composants du système immunitaire composés d’anticorps, de différents types de cellules T, ainsi que des cellules B fournissaient la protection immunitaire à long terme.

« Il y a plusieurs mois, nos études ont montré que l’infection naturelle induisait une forte réponse, et cette étude montre maintenant que les réponses durent », a déclaré Daniela Weiskopf, auteur de l’étude et professeur adjoint de recherche à l’institut d’immunologie de La Jolla.

Les scientifiques affirment que les réponses des anticorps et des lymphocytes T sont nécessaires pour obtenir une immunité contre le virus du PCC.

De multiples études suggèrent que les personnes qui se sont remises du Covid-19 développent un groupe de cellules immunitaires, appelées lymphocytes T, ou cellules T, qui jouent un rôle important dans le maintien d’une immunité durable contre le virus, car ces cellules ciblent et détruisent les cellules infectées par le virus, tout en stimulant la production d’anticorps.

En septembre 2020, les scientifiques ont constaté que la plupart des personnes ayant déjà reçu Covid-19 présentaient des réponses cellulaires T qui sont fortes et qui couvrent un large éventail de variantes du virus du PCC. Alors que dans une autre étude financée par l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, les chercheurs ont constaté que l’efficacité des cellules T n’avait pas diminué face aux variantes du Royaume-Uni, de l’Afrique du Sud et du Brésil, car elles « sont restées largement intactes et pouvaient reconnaître pratiquement toutes les mutations des variantes étudiées ».

Traitement par plasma de convalescence

On trouve des taux élevés d’anticorps dans le plasma des convalescents qui est utilisé pour traiter les patients hospitalisés atteints de Covid-19. La Food and Drug Administration (FDA) a accordé une autorisation d’utilisation d’urgence pour la thérapie par plasma de convalescence en août 2020.

Le plasma en phase de convalescence est différent du plasma qu’on donne couramment, car il utilise le sang de personnes qui se sont remises du Covid-19.

Cependant, dans son guide de février 2021, la FDA indique que le plasma provenant de patients convalescents provenant d’individus ayant reçu l’un des vaccins expérimentaux Covid-19 ne doit pas être collecté, sauf si les conditions suivantes sont remplies : les donneurs : « 1) ont présenté des symptômes de Covid-19 et un résultat positif à un test de diagnostic approuvé, dégagé ou autorisé par la FDA […] 2) ont reçu le vaccin Covid-19 après le diagnostic de Covid-19, ET 3) sont dans une période de 6 mois après la résolution complète des symptômes de Covid-19 ».

Ceci est fait pour « garantir que le plasma des convalescents du Covid-19 collecté auprès des donneurs contient des anticorps directement liés à leurs réponses immunitaires à l’infection par le SRAS-CoV-2 », a expliqué le régulateur fédéral.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ