Les scientifiques découvrent 69 médicaments et composés potentiellement efficaces contre le COVID-19

Par Tom Ozimek
26 mars 2020
Mis à jour: 27 mars 2020

Les chercheurs ont identifié des dizaines de médicaments et de composés, certains expérimentaux et d’autres déjà approuvés par les autorités sanitaires, qui pourraient être efficaces dans la lutte contre le virus du PCC*.

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, également appelé SRAS-CoV-2, comme le virus du PCC parce que la dissimulation et la gestion déplorable du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de déclencher une pandémie mondiale.

Dans une étude préliminaire non encore revue par des pairs, publiée le 22 mars sur bioRxiv, l’équipe de recherche a indiqué qu’elle avait trouvé des centaines d’interactions d’un « haut degré de fiabilité » entre les protéines du virus du SRAS-CoV-2 et les protéines humaines médicamenteuses.

Cette image obtenue au microscope électronique à balayage, publiée le 13 février 2020, montre le SRAS-CoV-2 (jaune) – que le journal Epoch Times appelle simplement le virus PCC – l’agent pathogène qui cause le COVID-19. Le virus a été isolé chez un patient aux États-Unis et on le voit émerger de la surface des cellules (bleu/rose) cultivées en laboratoire. (Avec l’aimable autorisation de NIAID-RML)

Près de 70 substances, dont des médicaments en cours d’essais cliniques et ceux déjà approuvés par la Food and Drug Administration (FDA – l’organisation de sécurité alimentaire et des médicaments des États-Unis), ainsi que des composés précliniques, ont le potentiel d’avoir un impact sur le virus, a constaté l’équipe.

« Parmi celles-ci, nous identifions 66 protéines humaines médicamenteuses ou facteurs hôtes ciblés par 69 médicaments existants approuvés par la FDA, des médicaments en cours d’essais cliniques et/ou des composés précliniques, dont nous évaluons actuellement l’efficacité dans des essais d’infection vivante par le CoV-2 du SRAS », a écrit l’équipe.

Le fait que les protéines humaines, ou les facteurs hôtes, soient affectés par les médicaments existants et les composés expérimentaux rend plus probable l’identification de « cibles moléculaires efficaces » susceptibles d’être attaquées par des thérapies antivirales futures basées sur ces médicaments ou composés.

« L’identification des facteurs de dépendance de l’hôte, médiateurs de l’infection virale, peut fournir des informations clés sur les cibles moléculaires efficaces pour le développement de thérapies antivirales à large action contre le SRAS-CoV-2 et d’autres souches mortelles de coronavirus », ont conclu les chercheurs.

La liste comprend la chloroquine, qui tue un parasite responsable du paludisme. Le médicament peut également interagir avec une protéine humaine appelée récepteur sigma-1, la même que celle que le virus du PCC attaque.

Impression en 3D d’une protéine de pointe du SARS-CoV-2 – qu’Epoch Times appelle simplement le virus du PCC et qui est l’agent pathogène qui cause le COVID-19 – devant une impression en 3D d’une particule du virus du SARS-CoV-2. La protéine de spicule (au premier plan) permet au virus de pénétrer et d’infecter les cellules humaines. Sur le modèle du virus, la surface du virus (en bleu) est couverte de protéines de spicule (en rouge) qui permettent au virus de pénétrer et d’infecter les cellules humaines. (Avec l’aimable autorisation de NIAID/RML)

Chloroquine

Le président américain Donald Trump a parlé de la chloroquine avec optimisme en termes d’efficacité potentielle contre le virus.

La chloroquine, ou hydroxychloroquine, est approuvée par la FDA pour le traitement de la malaria (paludisme), du lupus et de l’arthrite rhumatoïde, mais pas pour COVID-19, la maladie causée par le virus du PCC.

La semaine dernière, la FDA a approuvé la chloroquine et le remdesivir pour traiter les patients atteints de COVID-19 dans le cadre de l’« usage compassionnel ».

Cela permet aux médecins d’utiliser des traitements expérimentaux ou des médicaments qui ont été approuvés pour d’autres affections pour traiter les patients atteints de COVID-19. Dans le cadre de ce modèle, les médecins sont tenus de partager toutes les informations concernant l’administration du médicament et la réaction au médicament, contribuant ainsi à informer les essais en cours et les initiatives réglementaires.

Le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a déclaré que l’efficacité potentielle du médicament contre le virus reposait sur des preuves anecdotiques et que des essais cliniques étaient nécessaires pour confirmer cette hypothèse.

L’ancien commissaire de la FDA, le Dr Scott Gottlieb, a déclaré à CBS News que l’étude sur la chloroquine portait sur une vingtaine de patients, et que seuls six cas en ont tiré profit.

« Et le bénéfice qu’ils ont montré est qu’ils diminuent la quantité de virus dans leur nez lorsque vous faites des prélèvements nasaux chez ces patients », a déclaré le Dr Gottlieb. « Il se pourrait donc que le médicament réduise l’excrétion virale, mais qu’il n’ait aucun impact sur l’évolution clinique de ces patients. Les données à ce sujet sont donc très préliminaires. »

Pourtant, le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a annoncé dimanche que l’État avait obtenu une grande quantité de chloroquine et qu’il allait procéder à un essai de ce médicament.

S’exprimant lors d’un briefing au Javits Center de New York mardi, Andrew Cuomo a déclaré que le COVID-19 se répandait dans la région comme un « train à grande vitesse ».

« New York est le canari dans la mine de charbon, New York est la première ville a être touchée, ce qui arrive à New York arrivera à la Californie et à l’Illinois, c’est juste une question de temps », a déclaré M. Cuomo.

Il a également déclaré que New York allait expérimenter des ventilateurs très rapides. L’État a donc besoin d’au moins 30 000 ventilateurs supplémentaires qui, pour certains patients, « feront la différence entre la vie et la mort ».

« Nous n’avons pas aplati la courbe », a-t-il déclaré. « Le sommet est plus haut que nous le pensions et le sommet est plus tôt que nous le pensions. C’est une mauvaise combinaison de faits. »

RECOMMANDÉ