Les scientifiques du changement climatique prennent plus de vols que leurs homologues

Par Mary Clark
26 octobre 2020
Mis à jour: 26 octobre 2020

Les scientifiques spécialisés dans le changement climatique prennent « considérablement » plus de vols que tout autre chercheur, alors que cela consiste en une activité qui, selon eux, contribue au réchauffement de la planète, selon une nouvelle étude.

Les chercheurs sur le changement climatique prennent l’avion cinq fois par an alors que leurs homologues ne prennent l’avion que quatre fois par an, a constaté une étude, réalisée par un centre de recherche basé à l’université de Cardiff.

Même en tenant compte du fait que les chercheurs sur le changement climatique ont fait plus de travail de terrain, ils ont quand même pris davantage l’avion que les autres. Plus ils étaient expérimentés dans leur domaine, plus ils volaient, selon le Centre for Climate Change and Social Transformations (CAST).

Les chercheurs étaient cependant plus susceptibles que leurs pairs de « compenser » les vols qu’ils avaient effectués, notamment en utilisant des méthodes alternatives pour se rendre au travail ou en évitant de voyager, a constaté l’étude, publiée dans la revue Global Environmental Change.

Par exemple, 29 % des chercheurs sur le climat choisiraient de ne pas se rendre à un événement professionnel en raison de l’empreinte carbone associée au voyage, contre 5 % des chercheurs d’autres disciplines.

Des résultats « inattendus »

En 2017, CAST a d’abord interrogé 1 400 chercheurs universitaires sur leurs déplacements liés au travail. Elle a ensuite réalisé une autre étude auprès de 350 chercheurs, la même année, sur les aspects pratiques des options de voyage à faible émission de carbone.

La directrice de CAST, Lorraine Whitmarsh, professeur de psychologie environnementale qui a dirigé l’étude, a déclaré dans un communiqué que les résultats étaient « inattendus » et montraient qu’il était difficile pour les gens de respecter leurs engagements environnementaux.

« Nos conclusions soulignent que les climatologues, comme beaucoup d’autres professionnels, peuvent avoir du mal à concilier leurs engagements environnementaux avec des exigences professionnelles et personnelles concurrentes et que le monde universitaire lui-même ne fait pas assez pour changer cette culture », a-t-elle déclaré.

Mme Whitmarsh a déclaré que les conclusions montraient la nécessité de politiques visant à encourager les choix à faible teneur en carbone et que la pandémie du virus du Parti communiste chinois avait présenté des « options virtuelles » comme les conférences en ligne comme alternative aux déplacements physiques.

Selon Mme Whitmarsh, bien que les données aient été recueillies il y a deux ans, elles étaient toujours pertinentes, car « peu de choses avaient changé dans le monde universitaire jusqu’à la pandémie mondiale de cette année ».

« Il est vital que les nouvelles méthodes de travail adoptées pendant le confinement soient adoptées à long terme, non seulement pour les universités, mais aussi pour de nombreuses autres organisations et entreprises qui ont tendance à avoir une forte empreinte carbone due aux voyages », a-t-elle ajouté.

Une croissance neutre en carbone

Les voyages aériens ont été sévèrement touchés en 2020 en raison des restrictions imposées pour limiter la propagation du virus du PCC (virus du Parti communiste chinois), cela pourrait revenir au nombre de passagers d’avant Covid-19 d’ici 2024, selon l’Association internationale du transport aérien (IATA), et de là, continuer à augmenter.

Avant la pandémie, l’industrie de l’aviation contribuait à environ 2 % de toutes les émissions mondiales de carbone d’origine humaine et à 12 % de toutes les émissions liées au transport, selon l’organisme du secteur, le Groupe d’action sur le transport aérien.

Bien qu’elle ne soit pas couverte par l’accord de Paris, l’industrie s’est engagée à se développer de manière « neutre en carbone » à partir de 2020, et vise également à réduire les émissions nettes de CO² de moitié d’ici 2050, par rapport au niveau de 2005. Cet objectif serait atteint grâce à des améliorations technologiques, à un meilleur rendement énergétique et à des modifications des infrastructures.

Michael Shellenberger, militant de longue date pour une « planète plus verte », dans son livre de 2020, Apocalypse Never: Why Environmental Alarmism Hurts Us All (jamais l’apocalypse : pourquoi l’alarmisme nous nuit à tous), il affirme que les émissions de carbone sont déjà en baisse à l’échelle mondiale.

« Les émissions de carbone ont atteint un pic et ont diminué dans la plupart des pays développés depuis plus d’une décennie », a-t-il écrit.

Il est un défenseur du gaz naturel et de l’énergie nucléaire, qui, selon lui, réduisent tous deux considérablement les émissions de carbone, mais restent des sources d’énergie fiables et efficaces par rapport aux énergies renouvelables.

« Le gaz naturel a réduit les émissions 11 fois plus que l’énergie solaire et 50 % plus que l’énergie éolienne aux États-Unis », a expliqué M. Shellenberger dans un article de février 2020 dans Forbes, ajoutant que « le gaz naturel a été le principal moteur de la baisse des émissions en Grande-Bretagne. »

FOCUS SUR LA CHINE – Les acteurs cachés derrière des sociétés-écrans de Hong Kong



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ