Les talibans demandent à Joe Biden d’honorer l’accord de Trump pour le retrait des troupes d’Afghanistan

Par Tom Ozimek
20 janvier 2021
Mis à jour: 20 janvier 2021

Les talibans ont demandé au président élu Joe Biden d’honorer un accord de paix négocié avec l’administration Trump, qui prévoit le retrait de toutes les forces américaines d’Afghanistan d’ici mai pour faire avancer les pourparlers de paix.

« Des mesures doivent maintenant être prises pour mettre fin à la guerre, et non pour la prolonger, et l’accord a été conclu dans ce but », a déclaré Mohammad Naeem, un porte-parole des talibans, le 18 janvier, selon Bloomberg.

Mohammad Naeem faisait référence à un pacte de paix à quatre volets entre les États-Unis et les talibans (pdf), signé en février 2020, qui comprenait un engagement de l’administration Trump envers les talibans de retirer tous les militaires, les services de renseignement et les contractuels américains d’Afghanistan d’ici mai, afin de stimuler les négociations de paix.

Les talibans ont promis d’empêcher l’utilisation du territoire afghan pour lancer des attaques contre les États-Unis et leurs alliés, et se sont engagés à engager des pourparlers de paix avec le gouvernement afghan, qui devraient aboutir à un « cessez-le-feu permanent et complet ».

Dans sa déclaration, Naeem a averti que « l’absence de mise en œuvre complète de l’accord peut affecter le processus de négociations en cours ».

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, Cheikh Mohammed bin Abdulrahman al-Thani, et le secrétaire d’État américain Mike Pompeo en attente de la cérémonie de signature de la paix entre les États-Unis et les talibans à Doha, la capitale du Qatar, en février 29 février 2020. (Photo par Giuseppe Cacace / AFP via Getty Images)

Le secrétaire d’État Mike Pompeo, dans une interview du 5 janvier avec David Rubenstein de Bloomberg, a déclaré qu’il s’attendait à ce que les négociations internes à l’Afghanistan soient difficiles, mais a exprimé son optimisme quant à leur succès final.

« Il y a toutes les raisons de s’attendre à ce que cet accord soit compliqué, lourd, un pas en avant, deux pas en arrière, et qu’il reste beaucoup de travail à faire », a déclaré M. Pompeo.

« Nous avons mis en place une véritable coalition pour essayer de travailler à l’édification d’un Afghanistan réconcilié et pacifique », a-t-il poursuivi. « Je suis convaincu que ce sera tendu, mais je suis également optimiste. Je suis optimiste que le peuple afghan saura que les jours de combats sans fin doivent prendre fin. »

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo lors d’une cérémonie de signature au cours de laquelle le président américain Donald Trump signe une proclamation sur les hauteurs du Golan à Washington, DC, le 25 mars 2019. (Photo de Michael Reynolds – Piscine / Getty Images)

Le président afghan Ashraf Ghani et son équipe de négociation ont fait pression pour obtenir un accord de cessez-le-feu avant de régler d’autres questions, notamment un accord de partage du pouvoir avec les talibans, qui veulent plutôt attendre les dernières étapes des pourparlers pour déclarer un cessez-le-feu.

Certains commandants américains de haut rang ont été sceptiques quant à l’engagement déclaré des talibans en faveur de la paix, le Pentagone ayant constaté la persistance de niveaux élevés de violence des talibans contre le gouvernement afghan et d’autres cibles.

Lors de la dernière attaque meurtrière dans la capitale de Kaboul, deux juges de la Cour suprême ont été abattues le 17 janvier alors qu’elles se rendaient à leur travail, selon une déclaration du palais présidentiel du pays.

« Les États-Unis condamnent l’assassinat des femmes juges de la Cour suprême et demandent une enquête rapide », a déclaré l’ambassadeur américain à Kaboul, Ross Wilson, dans une déclaration du 17 janvier sur Twitter.

« Les talibans devraient comprendre que de telles actions dont ils portent la responsabilité scandalisent le monde et doivent cesser si l’on veut que la paix revienne en Afghanistan », a ajouté M. Wilson.

Shaharzad Akbar, la présidente de la Commission indépendante des droits de l’homme en Afghanistan, a écrit sur Twitter que le pays souffre de « ce qui semble être un massacre systématique et que le monde semble juste regarder ».

Afin de faire avancer le processus vers un règlement de paix, le président Donald Trump a ordonné en novembre une réduction des troupes américaines en Afghanistan de 4 500 à 2 500 hommes.

Christopher Miller, dans ses derniers jours en tant que secrétaire à la Défense par intérim, a annoncé le niveau de 2 500 soldats la semaine dernière, déclarant que cela rapprochait les États-Unis « plus que jamais de la fin de près de deux décennies de guerre ».

M. Miller a déclaré que les États-Unis restent en mesure de « veiller à ce que l’Afghanistan ne soit plus jamais utilisé pour héberger ceux qui cherchent à nuire aux États-Unis d’Amérique ».

Mohammad Naeem a salué le retrait comme « un bon progrès ».

M. Miller a également déclaré le 17 janvier que le Pentagone prévoit de nouvelles réductions de troupes jusqu’à zéro d’ici mai, ajoutant que « tout retrait futur de ce type reste conditionnel ».

Dans une déclaration faite le 14 janvier, M. Miller a fait allusion à son désir de longue date de se retirer entièrement de l’Afghanistan.

« Les troupes militaires américaines en Afghanistan sont à leur niveau le plus bas depuis 19 ans. De même, l’Irak et la Syrie sont également à leur plus bas niveau depuis de nombreuses années. Je m’engagerai toujours à mettre fin aux guerres sans fin », a déclaré Donald Trump.

Le candidat de Joe Biden au poste de conseiller à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré à CNN début janvier que le nouveau gouvernement soutiendrait la « diplomatie » avec les talibans, bien qu’il ne soit pas encore clair si Joe Biden respectera la date limite de mai pour le retrait des troupes.

Une demande de Bloomberg pour un commentaire sur les intentions de l’équipe Biden à cet égard est restée sans réponse.

L’action militaire américaine en Afghanistan en octobre 2001 visait à renverser le régime des talibans, à chasser Al-Qaïda du pays et à jeter les bases d’une « guerre contre le terrorisme » à l’échelle mondiale.

Pendant le mandat de Biden, l’administration Obama a fait passer le nombre de soldats américains en Afghanistan à 100 000, dans une tentative infructueuse de contraindre les talibans à venir à la table des négociations. Lorsque Trump a pris ses fonctions il y a quatre ans, il y avait environ 8 500 soldats dans le pays, et il a porté ce chiffre à environ 13 000 cet été-là.

Des milliards de dollars ont été dépensés dans la plus longue guerre qu’ait connue l’Amérique, qui a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes, pour la plupart des civils afghans.

Focus sur la Chine – Controverse liée au virus en Chine : des glaces testées « positives »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ