Les théories de l’évolution humaine remises sérieusement en question d’après les fossiles, selon une étude

Par Lu Xiao
17 mai 2021
Mis à jour: 17 mai 2021

L’origine de l’homme a toujours été parmi les questions fondamentales de la science. Depuis que Charles Darwin a écrit son livre De l’origine des espèces, ouvrant la porte au rejet d’une création divine par plusieurs scientifiques, les évolutionnistes ont essayé de trouver une explication adéquate à l’origine des humains.

Charles Darwin lui-même a émis l’hypothèse que les humains provenaient d’un ancêtre commun situé en Afrique. Depuis lors, de nombreuses explications similaires ont été avancées. Il y a quelques années, les scientifiques pensaient généralement que l’Homo sapiens (l’homme) avait évolué en Afrique il y a environ 200 000 ans et s’était progressivement répandu dans le monde au cours des dernières dizaines de milliers d’années.

Des découvertes récentes risquent toutefois changer complètement le paradigme.

Par exemple, une découverte récente publiée dans Nature a mis en évidence des outils de l’âge de pierre datant de plus de 2 millions d’années en Chine.

Dans une revue récente publiée dans Science, les auteurs ont passé en revue les découvertes majeures dans le domaine des origines des hominidés au cours des 150 ans qui ont suivi les spéculations de Darwin. Ils ont conclu que la recherche est « un grand désordre ».

« Lorsque l’on examine le récit des origines des hominidés, on constate que c’est tout simplement un grand désordre – il n’y a pas le moindre consensus », a déclaré l’auteur principal, Sergio Almécija, chercheur principal à la division d’anthropologie du musée, dans un communiqué.

Les auteurs ont fait valoir que les fossiles sont essentiels pour l’étude de l’évolution des singes et des humains.

Deux grandes approches sont utilisées pour étudier les origines de l’homme. L’une est l’approche « descendante », qui s’appuie sur l’analyse des singes vivants, en particulier les chimpanzés ; l’autre est l’approche « ascendante », qui met l’accent sur les fossiles de singes pour la plupart éteints.

Dans leur revue, les auteurs ont discuté des limites de l’utilisation d’une seule de ces deux approches pour étudier les origines des hominidés. Les études « descendantes » négligent parfois le fait que les grands singes vivants, y compris les humains, les chimpanzés, les gorilles, les orangs-outans et les hylobatidés, ne sont que les survivants d’un groupe de grands singes potentiellement beaucoup plus importants, mais aujourd’hui en grande partie éteints, selon le communiqué.

D’autre part, les études « ascendantes » ont tendance à donner aux singes fossiles un rôle évolutif vedette qui correspond à un récit préconçu, selon le communiqué.

Dans l’ensemble, cependant, les auteurs ont conclu que la plupart des explications des origines humaines ne sont pas compatibles avec les archives fossiles.

« Les espèces de singes vivantes sont des espèces spécialisées, reliques d’un groupe beaucoup plus important de singes aujourd’hui disparus. Si l’on considère l’ensemble des preuves, c’est-à-dire les singes et les hominines vivants et fossiles, il est clair qu’une histoire de l’évolution humaine basée sur les quelques espèces de singes actuellement en vie ne tient pas compte de l’ensemble du tableau », a déclaré Ashley Hammond, co-auteur de l’étude et conservateur adjoint à la division d’anthropologie du musée.

Les preuves obtenues en étudiant uniquement les singes vivants ne sont pas suffisantes, ont conclu les auteurs.

« Les théories disparates actuelles concernant l’évolution des singes et de l’homme seraient beaucoup plus éclairées si, outre les premiers hominines et les singes vivants, les singes du Miocène étaient également inclus dans l’équation », a déclaré M. Almécija dans le communiqué. « En d’autres termes, les singes fossiles sont essentiels pour reconstruire le ‘point de départ’ à partir duquel les humains et les chimpanzés ont évolué. »

Si les forts désaccords entre les approches descendantes et ascendantes ne sont pas nouveaux dans l’histoire des sciences, ils suggèrent souvent des problèmes fondamentaux dans le récit de la question scientifique et peuvent conduire à une révolution majeure des théories.

La nouvelle étude a été publiée dans Science le 7 mai.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ