Les triplés grands prématurés « miracles » nés à des années différentes ont célébré leur premier anniversaire, déjouant les pronostics

Par Louise Bevan
11 février 2021
Mis à jour: 11 février 2021

Les triplés grands prématurés nés d’un couple new-yorkais sont uniques, non seulement parce qu’ils ont survécu à un accouchement prématuré, mais aussi parce qu’ils ont des anniversaires qui s’étendent sur plusieurs jours et différentes années.

Le bébé Cian DeShane est né le 28 décembre 2019. Cinq jours plus tard, le 2 janvier 2020, son frère jumeau identique, Declan, est né, suivi de leur sœur, Rowan. Chaque bébé ne pesait guère plus qu’une balle de baseball à la naissance.

Les parents Kaylie, âgée de 32 ans, et Brandon DeShane, âgé de 35 ans, de Norwood, New York, ont partagé l’histoire de la naissance de leurs « triplés miracles » avec Epoch Times dans une interview.

« J’ai commencé à sangloter », a confié la mère Kaylie DeShane, se remémorant qu’elle avait perdu ses eaux à 22 semaines.

J’ai dit à mon mari : « Voilà. Nous les avons perdus. Il n’y a pas de triplés au monde nés aussi tôt qui ont survécu. »

Kaylie DeShane avec son mari, Brandon DeShane, sa belle-fille Naveah, 12 ans, et leur fils adoptif, Holden, 6 ans (Avec l’aimable autorisation de Kaylie DeShane)

Le couple essayait de concevoir un enfant depuis quatre ans. Kaylie est atteinte du syndrome des ovaires polykystiques et est tombée enceinte après une fécondation in vitro en 2019. Les deux embryons implantés leur donnaient environ 10 % de probabilité de concevoir des jumeaux, mais une échographie à six semaines a permis de découvrir toute une surprise : trois bébés.

« Nous avions vécu tellement de choses que nous n’y croyions pas vraiment. Il y avait environ 1,7 % de probabilité », a dit Kaylie. Brandon se souvient d’avoir été « effrayé, content et nerveux… on nous avait dit que nous ne pouvions pas en avoir autant », dit-il.

« Notre clinique nous avait dit que si nous en avions plus que deux, nous devions faire une réduction sélective pour en éliminer un parce que ce serait trop risqué », a dit Kaylie.

J’ai immédiatement dit à mon mari et au technicien en ultrasons : « Je n’interromprai aucun d’eux. Mon mari a accepté. »

(Avec l’aimable autorisation de Kaylie DeShane)

À 17 semaines, Kaylie a subi avec succès une procédure d’urgence pour fermer son col de l’utérus. Le couple s’est rendu dans le Vermont pour leur scanneur anatomique de la 22e semaine, mais plus tard dans la nuit à leur hôtel, Kaylie a perdu ses eaux.

« Je suis passé en mode survie », se souvient Brandon. « Je savais que nous devions aller à l’hôpital… Je savais que nous aurions peut-être des difficultés, mais qu’ils allaient tous rentrer à la maison avec nous et qu’ils s’en sortiraient. »

Le lendemain matin, les médecins du centre médical du Vermont, à Burlington, ont accouché bébé Cian, ne pesant qu’environ 479 g avec un rythme cardiaque de 30 battements par minute. Il a été intubé et emmené d’urgence à l’unité de soins intensifs néonatals.

(Avec l’aimable autorisation de Kaylie DeShane)

Kaylie a été en travail pendant cinq jours, jusqu’à ce que les bébés Declan et Rowan arrivent le 2 janvier. Tous deux étaient septiques et ont reçu des antibiotiques par voie intraveineuse avant de rejoindre leur frère à l’USIN.

« Les médecins nous ont dit qu’ils n’avaient jamais rien vu de tel », a dit Kaylie. « C’est très étrange d’avoir accouché [naturellement], d’avoir des jumeaux identiques à des jours différents et de rester en travail aussi longtemps. »

Kaylie et Brandon ont passé un certain temps sur place au Ronald McDonald House, puis ont fait quotidiennement le parcours depuis Norwood pour rendre visite à leurs bébés. Ils venaient un à la fois lorsque les restrictions du Covid-19 sont entrées en vigueur.

(Avec l’aimable autorisation de Kaylie DeShane)

« Presque tout était unique », a dit Kaylie à Epoch Times.

« On nous a dit que Cian avait 9 % de chance de survie. Il avait des problèmes rénaux, des problèmes respiratoires majeurs et avait une entérocolite nécrosante (NEC). »

On a même demandé à Kaylie et Brandon de créer un plan de fin de vie, mais Cian s’en est sorti. Tout comme Rowan, qui est passé par la NEC trois fois. Declan, ayant réussi l’impossible, a été le premier à rentrer chez lui le 17 avril 2020. Rowan a suivi le 30 avril et Cian le 4 mai.

« Le personnel de l’hôpital a été formidable », se souvient Brandon. « Nos infirmières à l’USIN ont sauvé la vie de nos bébés plus d’une fois grâce à leur souci du détail », a ajouté Kaylie.

(Avec l’aimable autorisation de Amy Mossow Photography via Kaylie DeShane)

Après avoir fêté le premier anniversaire des triplés, Brandon a décrit ses bébés comme « formidables ».

« Ils ont un âge ‘ajusté’ qui dépasse la date d’accouchement, puis ils ont un âge réel », a-t-il dit. « Ils ont environ 13 mois, mais seulement 9 mois d’âge ajusté. Tous les trois atteignent le développement d’un enfant de 9 mois. Ils sont si courageux et intelligents. »

Le 1er janvier 2021, les parents ont mis à jour le journal Epoch Times en indiquant que Cian pèse désormais environ 9,7 kg, Declan 10,4 kg et Rowan 8,1 kg.

Kaylie et Brandon DeShane avec leurs enfants, (G-D) : Holden, le fils adoptif du couple, âgé de 6 ans ; Naveah, la fille de Brandon et la belle-fille de Kaylie, âgée de 12 ans ; les triplés d’un an Rowan, Cian et Declan. (Avec l’aimable autorisation de Amy Mossow Photography via Kaylie DeShane)

Kaylie se sent « incroyablement chanceuse ».

« Ma vie a changé à jamais de bien des façons. Il y a tellement de choses qui auraient pu se passer différemment », a-t-elle dit. « Je savais qu’ils étaient là pour une raison, et je savais qu’ils sont spéciaux et ont une raison d’être dans ce monde. »

« Ils ont changé nos vies et j’aime à penser qu’ils ont donné de l’espoir à beaucoup d’autres mères qui font face à une naissance prématurée. »

« Je veux qu’ils continuent à donner de l’espoir aux gens », a-t-elle dit.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ