L’espèce du bel ara bleu du dessin animé «Rio» est déclarée disparue de la vie sauvage

Par Catherine Bolton
2 septembre 2019 Mis à jour: 2 septembre 2019

Le film d’animation Rio, qui suit un ara bleu aventureux nommé Blu tout au long de son voyage de retour dans la nature, est centré sur les efforts visant à empêcher l’extinction de cet ara en dehors de sa domestication.

Le film est sorti en 2011, il y a moins d’une décennie, mais malheureusement, l’avenir sombre annoncé dans ce film s’est déjà réalisé…

Selon une étude menée par l’ONG BirdLife International en 2018, l’ara de Spix a été officiellement déclaré éteint dans la nature. Certains oiseaux survivent encore dans des programmes de reproduction en captivité, mais cela ne change rien à la réalité pénible : ils ont été officiellement éradiqués dans leur habitat d’origine, comme une poignée d’autres espèces chaque année.

L’ara de Spix est un perroquet bleu pâle qui attire l’œil, originaire du Brésil.

L’espèce était déjà rare avant même l’intervention humaine. Elle a été officiellement enregistrée pour la première fois par le naturaliste allemand Johann Baptist von Spix au début des années 1800, mais les scientifiques ont longtemps cru qu’il avait disparu à plusieurs reprises, bien avant que cela n’arrive vraiment, en raison de délais importants séparant son observation humaine.

Les méthodes modernes d’étude scientifique ont cependant permis de montrer à quel moment l’oiseau a vraiment été mis en danger. Après les enregistrements de l’oiseau étudié dans les années 1970 et 1980, les populations d’aras ont connu un déclin encore plus dangereux en raison du commerce, du piégeage et de la destruction de l’habitat près de Rio de Janiero, au Brésil. À partir de 2000, l’espèce a officiellement passé 16 ans sans être officiellement repérée dans la nature – et après avoir repéré un seul mâle en 2016, elle a été officiellement déclarée éteinte seulement deux ans plus tard.

L’extinction de l’espèce a probablement été jugée inévitable bien avant que Rio n’arrive sur les écrans, malheureusement. Selon un article publié par Birdlife en 2018, la dernière femelle ara de Spix connue – qui a été dépeinte comme une femelle sauvage nommée Jewel dans le film – a probablement péri vers l’an 2000. Il ne restait plus que les aras de Spix mâles à l’état sauvage, et l’espèce n’aura aucun moyen de survivre une fois qu’ils seront décédés.

Le 26 avril 2013, à Schoeneiche, en Allemagne de l’Est, un couple d’aras bleus, Bonita et Ferdinand, se trouvaient dans leur enclos dans le centre de l’Association pour la conservation des perroquets menacés. (©Getty Images | PATRICK PLEUL)

L’adorable oiseau bleu a été la première espèce d’oiseau dont l’extinction a été confirmée au cours de la dernière décennie, mais ce ne sera pas la dernière. Les taux rapides de déforestation dans la région amazonienne avaient déjà exacerbé le problème, de nombreuses espèces se trouvent ces dernières années sur la liste des espèces en danger critique d’extinction.

Il s’agit d’un revirement par rapport aux disparitions antérieures – qui, selon Stuart Butchart, scientifique en chef de Birdlife, s’étaient généralement produites parmi les espèces insulaires – en fait, il y a bien davantage de victimes des effets des activités humaines que les tortues et baleines si souvent observées dans des messages sur la conservation des espèces.

C’est déchirant de penser qu’il n’y a jamais eu un Blu dans la vie réelle capable de s’échapper et de trouver sa Jewel, son trésor. Mais avec un peu de chance, des films comme Rio pourront aider à changer le destin d’autres espèces à l’avenir. Comme l’industrie du divertissement permet de sensibiliser plus facilement les jeunes enfants à la sauvegarde de la planète, il y a de l’espoir que les générations futures s’engageront davantage dans la protection des espèces appartenant aux personnages comme Blu et des merveilles de la planète.

RECOMMANDÉ