Dans l’espoir d’aider les autres, un homme qui a caché sa dépression clinique pendant des décennies s’exprime

"Nous souhaitons tous des jours ensoleillés. Mais parfois, ce sera l’orage."
1 août 2018
Mis à jour: 6 septembre 2019

Larry Bryant a commencé à se sentir comme si quelque chose n’allait pas dans sa deuxième année de lycée à Alexandria, en Virginie, dans l’est des États-Unis.

Il ne le savait pas à l’époque, mais il faisait face à une dépression clinique et à de l’anxiété. Le divorce de ses parents n’a fait qu’exacerber ses sentiments.

Larry passait des jours, parfois même des semaines, sans parler à personne.

C’était un joueur de football américain, mais quand l’équipe sortait après les matchs, il rentrait chez lui.

« J’étais très solitaire et la plupart du temps, j’étais enfermé dans mon propre espace », a déclaré Larry à Epoch Times.

Finalement, ses parents et son entraîneur ont remarqué qu’il se passait quelque chose.

Mais Larry ne voulait pas admettre ce qu’il ressentait. Il se mettait beaucoup de pression pour ne pas paraître déprimé.

(Courtesy of Larry Bryant)

« J’ai continué à la pousser vers le bas… à la pousser vers le bas », a dit Larry.

Il était l’aîné de six enfants et avait l’impression qu’il ne pouvait pas partager ce qu’il traversait. Il ne voulait pas non plus être étiqueté par ses pairs à l’école.

Lorsque l’occasion s’est présentée de recevoir une bourse d’études collégiales de football, on lui a fait croire que sa dépression nuirait à ses chances d’en obtenir une.

« On m’a finalement dit : ‘Vous ne pouvez pas montrer ça. Vous ne pouvez pas dire ça. Vous devez bien vous débrouiller pour pouvoir aller à l’université avec une bourse d’études' », a dit M. Bryant.

Pendant des années, il essayait de cacher sa dépression et de prétendre que la douleur émotionnelle qu’il ressentait ne se produisait pas.

Tout au long de ses études collégiales et de sa vie de jeune adulte, il s’est retrouvé en colère, triste, calme et confus. Parfois, il pleurait sans savoir pourquoi.

« Je ne savais pas trop comment réagir ou comment agir avec à ce que je ressentais », se souvient Larry.

Il lui était difficile d’identifier ce qui lui arrivait.

(Courtesy of Larry Bryant)

En première année d’université, il a été diagnostiqué séropositif, ce qui n’a fait qu’aggraver sa dépression.

« C’était un peu comme larguer une bombe dans une ville déjà démolie. À ce moment-là, j’avais l’impression de ne pas pouvoir récupérer du tout », explique Larry.

Il a été diagnostiqué en 1986 et on lui a dit qu’il allait mourir. À cette période, les gens mouraient rapidement du VIH-sida.

Maintenant, il avait l’impression de ne pas pouvoir parler de son statut de VIH non plus, ce qui n’a fait qu’aggraver sa dépression.

La vie de tous les jours était une lutte. Il avait de la difficulté à se concentrer sur ses études à l’université ; certains jours, il avait l’impression de ne pas pouvoir se lever du lit.

Alors que les recruteurs de football professionnel venaient au collège, les entraîneurs l’encourageaient à nouveau à cacher sa dépression.

Les hommes étaient censés être forts, lui avait-on appris. S’il admettait avoir des problèmes de dépression, il craignait d’être considéré comme un faible.

Il avait de plus en plus de mal à s’en sortir. Larry a abandonné l’université et a commencé à boire et à abuser de drogues. Parfois, il se réveillait dans la rue. Plusieurs fois, il s’est réveillé à l’hôpital alors qu’il se faisait pomper l’estomac.

Finalement, le comportement autodestructeur a atteint un point culminant.

(Courtesy of Larry Bryant)

Un jour, il s’est réveillé et a décidé qu’il ne voulait pas mourir dans la rue. Il ne voulait pas que quelqu’un avise ses parents qu’il était mort dans de telles circonstances.

« C’était presque comme un interrupteur qui se met en marche. J’ai juste décidé que je ne voulais pas mourir comme ça », explique Larry.

« Je me suis dit d’accord, je vais me nettoyer. Je vais faire quelque chose d’utile. Si je vais mourir du SIDA, alors je vais mourir en faisant quelque chose. »

Pour Larry, il était plus facile pour lui de parler de son statut de VIH à sa famille que de sa dépression. Il a continué à garder cela secret.

Alors qu’il était traité pour le VIH, il a commencé à se rendre compte qu’il n’allait pas mourir immédiatement et cela l’a réconforté. Sa famille lui a également apporté un soutien incroyable.

« C’est comme faire tourner une assiette d’une main. J’ai réalisé que c’est bien. J’ai l’équilibre. Tout va bien se passer. Je peux le faire », se souvient Larry. « Maintenant, je sais que j’ai aussi une autre assiette que je n’ai même pas essayé de la faire tourner encore, et je ne suis pas sûr de pouvoir le faire. »

Au cours des dernières années seulement, Larry a été en mesure d’identifier sa dépression et de s’ouvrir à ce sujet.

(Courtesy of Larry Bryant)

Larry, maintenant dans la quarantaine, a commencé à travailler à la Nationale Alliance on Mental Illness of New York City (NAMI-NYC) (L’Alliance nationale contre les maladies mentales de la Ville de New York) en 2016.

Au début, il se contentait d’écouter d’autres personnes aux prises avec la dépression et de faire preuve d’empathie à leur égard. Récemment, il a commencé à parler de sa dépression à voix haute lors de séances de groupe de pairs et de groupes de soutien.

Auparavant, sa dépression et son anxiété n’étaient abordées que dans le contexte de son statut VIH. Maintenant, il peut enfin discuter de sa santé mentale en tant qu’entité à part entière.

Le fait de pouvoir identifier sa dépression l’aide à la gérer. Aujourd’hui, il aide d’autres personnes atteintes de maladies mentales grâce à son travail au NAMI.

Il gère la ligne d’assistance téléphonique, coordonne des groupes de soutien, coordonne et enseigne une classe nommée Hope for Recovery (« Espoir de rétablissement », traduit en français) et gère le programme NAMI Smarts (« Les gens qui gèrent bien leur santé mentale au sein de NAMI », traduit en français).

La dépression et l’anxiété sont toujours là. Mais maintenant qu’il sait mieux comment veiller sur lui-même, il est plus à même d’y faire face.

« C’est comme maîtriser le temps. Nous souhaitons tous des journées ensoleillées, à 78 degrés et à faible taux d’humidité tous les jours, mais parfois ce n’est pas le cas. Parfois, ce sera un orage », dit-il.

« Avant de savoir comment lire la météo, je me faisais prendre sous la pluie sans parapluie. Maintenant, même si je ne peux pas arrêter ou changer le temps, je peux m’y préparer. »

Version originale

Si cet article vous a inspiré, n’hésitez pas à le partager !

Un juge condamne un vétéran à la prison – mais celui qui l’attendait
dans sa cellule lui fait vivre une expérience incroyable

RECOMMANDÉ