L’étrange redirection des courriels d’Hillary Clinton vers une adresse liée à une entreprise chinoise

Par Ivan Pentchukov
18 août 2019 Mis à jour: 18 août 2019

Selon des documents publiés par un comité du Sénat américain le 15 août, tous les 30 490 courriels non sécurisés échangés par Hillary Clinton, à l’exception de quatre d’entre eux, ont été acheminés à une adresse  Gmail portant un nom semblable à celui d’une entreprise chinoise.

Presque tous les courriels envoyés et reçus via le serveur de courriel des Clinton ont été redirigés à un compte Gmail qui semble lié à une entreprise connue sous le nom de Carter Heavy Industries. Un enquêteur de l’inspection générale de la communauté du renseignement (ICIG) a découvert que cette entreprise a des liens avec l’entreprise de camionnage chinoise Shandong Carter Heavy Industry Co. Ltd, ce qui laisse craindre qu’un acteur étranger ait pu avoir accès aux courriels de Mme Clinton.

Shandong Carter Heavy Industry est un fabricant chinois d’excavatrices et de machines lourdes. L’entreprise n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Frank Rucker, l’enquêteur de l’ICIG, et Jeanette McMillian, une avocate de l’ICIG, ont mentionné cette anomalie au FBI le 18 février 2016, lors d’une réunion à laquelle participait Peter Strzok, qui venait de prendre la tête de l’enquête. Rucker a dit au Congrès que Strzok avait été  « distant et dédaigneux » et n’avait pas posé beaucoup de questions.

Depuis, Strzok a gagné en notoriété à la lumière des SMS échangés avec Lisa Page, avocate du FBI avec qui il entretenait une liaison extra-conjugale. Les deux amants y exprimaient leur parti pris contre le candidat de l’époque, Donald Trump, et en faveur de Clinton pendant la campagne présidentielle de 2016.

Mme McMillian a dit au Congrès qu’elle croyait comprendre que l’adresse électronique de Carter Heavy Industries était une « archive » dans laquelle les courriels du serveur Clinton étaient envoyés en temps réel.

« Même si vous n’envoyiez pas un courriel à cette adresse, il y arrivait quand même « , explique-t-elle.

M. Rucker a déclaré au Congrès que « d’après les métadonnées », il semblait que le courriel de Carter Heavy Industries avait été sciemment inséré dans le serveur des Clinton. M. Rucker a également ajouté s’être inquiété parce qu’il a eu connaissance d’un courriel dans lequel Huma Abedin, assistante d’Hillary Clinton, et son mari, Anthony Weiner, discutent du fait que le compte de M. Weiner a peut-être été piraté par un opposant politique qui recevrait des copies de tous ses courriels.

L’enquêteur a dit au Congrès qu’il semble que le courriel de Carter Heavy Industries ait été inséré dans la table de routage du serveur des Clinton, mais qu’il ne pourrait en être sûr qu’en examinant le serveur, auquel il n’avait pas accès. Il pourrait y avoir une autre explication à la raison pour laquelle l’adresse électronique se trouvait dans presque tous les messages, a dit M. Rucker.

McMillian et Rucker ont été interviewés par les comités sénatoriaux des finances et de la sécurité intérieure, ainsi que par celui des affaires gouvernementales le 4 décembre 2018, en réponse à des articles de médias qui citaient des sources anonymes affirmant que la Chine avait eu accès aux courriels de Clinton. Le 14 août, ces comités ont publié des versions non confidentielles de leurs débats ainsi que plusieurs séries de documents à l’appui.

Ces documents comprennent plusieurs courriels de Mme Clinton et de ses collaborateurs, ainsi que des métadonnées de messages indiquant l’adresse électronique de Carter Heavy Industries comme destinataire.

Enquête de l’inspecteur général

L’inspecteur général du ministère de la Justice, Michael Horowitz, était au courant de l’envoi fait par l’ICIG au FBI, qu’il ne mentionne pas dans son rapport de 568 pages sur le traitement par le FBI et le ministère de la Justice de l’enquête Clinton. Horowitz avait promis au Congrès, il y a un an, d’examiner ce que le FBI avait fait pour enquêter sur cette affaire et d’en rendre compte. Les documents récemment publiés comprennent les résultats de l’enquête d’Horowitz sous la forme d’une lettre adressée  le 9 avril aux sénateurs Chuck Grassley (R-Iowa) et Ron Johnson (R-Wis.)

Dans cette lettre, Horowitz et Michael Atkinson, inspecteur général de la communauté du renseignement, écrivent que le compte Carter Heavy Industries a été créé par Paul Combetta, employé de Platte River Networks, qui gérait le serveur de courriel de Clinton. Combetta aurait créé le courriel de Carter Heavy Industries le 20 août 2012. Combetta a ensuite utilisé le courriel comme « adresse factice » afin de transférer les messages archivés du deuxième serveur privé des Clinton vers le serveur de Platte River Networks au début de 2014.

Ce que Combetta a fait avec le compte e-mail entre 2012 et 2014 et qui d’autre y a eu accès avant et après le transfert reste un mystère. Ni le ministère de la Justice ni l’inspecteur général de l’ICIG ne fournissent de détails sur la question de savoir si le FBI a déjà examiné la question.

L’utilisation par Combetta du compte de courrier électronique est mentionnée dans le rapport d’Horowitz,  désignée comme un « faux courrier électronique » sans que le nom de l’adresse e-mail soit indiqué. Horowitz et Atkinson n’expliquent pas comment Combetta a choisi cette adresse e-mail liée à des activités chinoises. L’avocat de Combetta a dit à Horowitz que le courriel de Carter Heavy Industries était un nom inventé et que Combetta n’avait aucun lien avec Shandong Carter Heavy Industry Co. Ltd

Combetta, par l’intermédiaire de son avocat, a refusé d’être interrogé par l’inspecteur général du ministère de la Justice à ce sujet. Il a également dit qu’il n’avait pas reçu de citation à comparaître sur la question.

Horowitz a écrit que son bureau n’a trouvé aucune preuve pour contredire les affirmations de l’avocat de Combetta.

« En conséquence, malgré la similitude évoquée plus haut entre l’adresse électronique factice et le nom d’une société chinoise identifiée par l’ancien analyste de l’ICIG et l’ancien inspecteur général McCullough lors d’une recherche Google, l’ICIG et le DOJ n’ont connaissance d’aucune information qui lie Combetta ou l’adresse électronique factice qu’il a créée avec le gouvernement chinois ou une société chinoise «  écrivent Horowitz et Atkinson.

Correction : Le titre et le texte de l’article ont été ajustés pour mieux refléter les documents sources. Le nom de la société chinoise impliquée, Shandong Carter Heavy Industry Ltd, est apparu dans une recherche Google effectuée par l’enquêteur de l’ICIG Frank Rucker, qui s’est inquiété qu’un acteur étranger ait eu accès aux e-mails d’Hillary Clinton.

RECOMMANDÉ