La Lettonie signale des paiements «suspects» de Hunter Biden en 2016

Par Zachary Stieber
19 décembre 2019 Mis à jour: 19 décembre 2019

Le gouvernement de Lettonie a remarqué des transactions financières « suspectes » impliquant le fils de l’ancien vice-président Joe Biden, Hunter Biden, et plusieurs de ses collègues de la société gazière ukrainienne Burisma, selon un document récemment publié par un responsable de Lettonie.

Le Bureau pour la prévention du blanchiment des produits dérivés d’activités criminelles en Lettonie a écrit à l’Ukraine le 18 février 2016, disant aux responsables que le bureau « enquête actuellement sur les activités suspectes de Burisma Holdings Limited ».

« Selon des informations accessibles au public, Burisma Holding Limited et son directeur Hunter Biden sont impliqués dans une affaire de corruption », indique la lettre, rapportée par la chaîne de télévision One America News le 15 décembre.

La Lettonie a indiqué qu’elle avait retracé les 14,6 millions de dollars reçus par Burisma de Wirelogic Technology AS comme paiements pour des accords de prêt entre juillet 2012 et juillet 2014. L’argent a été « partiellement transféré » d’un compte de Burisma à Hunter Biden et à trois de ses collègues, dont son compatriote américain Devon Archer, qui a également siégé au conseil d’administration de Burisma pendant plusieurs années.

Viktor Shokin, le procureur que Joe Biden a fait renvoyer en faisant pression sur l’Ukraine en 2016, a déclaré à One America News que le document de la Lettonie et d’autres documents du même genre ne lui permettaient pas de mettre fin simplement à l’enquête sur Burisma, comme le président ukrainien Petro Porochenko lui avait demandé de le faire, avant d’être évincé.

Les autorités de Lettonie ont demandé à leurs homologues ukrainiens de leur fournir des preuves que les fonds étaient peut-être utilisés à des fins de corruption, mais Arturs Saburovs, le troisième secrétaire de l’ambassade de Lettonie à Washington, a déclaré au journaliste John Solomon que la Lettonie n’avait reçu aucun retour de l’Ukraine.

M. Saburovs a déclaré qu’il ne semblait pas que son pays ait alerté les autorités américaines, même si trois des quatre personnes nommées dans la lettre étaient américaines.

L’avocat personnel du président Donald Trump, Rudy Giuliani, a déclaré à One America News que les transactions financières étaient du « blanchiment d’argent classique ».

« L’argent va de l’Ukraine à la Lettonie – c’est déguisé en prêt à une autre société, Wirelogic – puis va à Chypre, déguisé en un autre prêt. Puis l’argent est dispersé comme paiement de frais de conseil d’administration. Normalement, vous ne faites pas deux prêts pour payer les frais de conseil d’administration, à moins que vous ne blanchissiez l’argent », a déclaré M. Giuliani à One America News.

Actuellement, Donald Trump risque d’être destitué parce qu’il a demandé au président ukrainien Volodymyr Zelensky en juillet d’« examiner » les allégations de corruption entourant les Biden, ce qui, selon les démocrates, constitue un abus de pouvoir, puisque Joe Biden se présente à l’élection présidentielle démocrate de 2020.

Le sous-secrétaire d’État adjoint aux affaires européennes et eurasiennes, M. George Kent, témoigne devant la commission des renseignements de la Chambre des représentants dans l’immeuble des bureaux de Longworth House, au Capitole, à Washington, le 13 novembre 2019. (Chip Somodevilla/Getty Images)
Le Vice-Président Joe Biden arrive à Kiev pour une réunion avec l’ancien Président ukrainien Petro Porochenko le 16 janvier 2017. (Genya Savilov/AFP/Getty Images)

Lors des audiences de mise en destitution, des employés du département d’État ont déclaré aux législateurs que l’on s’inquiétait de ce que faisait M. Giuliani, mais ils ont aussi exprimé des craintes au sujet de la position de Hunter Biden en Ukraine alors que Joe Biden, en tant que vice-président, dirigeait la politique officielle du gouvernement des États-Unis dans ce pays.

Le sous-secrétaire d’État adjoint George Kent a déclaré qu’il avait fait part de ses préoccupations au bureau de Joe Biden, mais qu’on n’y avait pas donné suite. À un moment donné, il est intervenu cette année-là pour mettre fin à un projet qui s’était développé entre le département d’État et Burisma.

« Burisma avait une mauvaise réputation dans ce domaine, et je ne pensais pas qu’il était approprié que le gouvernement des États-Unis coparraine quelque chose avec une entreprise qui avait une mauvaise réputation », a déclaré M. Kent.

Lorsqu’on lui a demandé si elle était d’accord avec M. Kent au sujet des Biden et de Burisma, l’ancienne ambassadrice des États-Unis en Ukraine, Mme Marie Yovanovitch, a répondu aux parlementaires : « Je pense que cela pourrait ressembler à un conflit d’intérêts. »

Des mails récemment reçus par M. Solomon en vertu de la loi sur la liberté d’information ont montré que des représentants de Burisma ont tenté de faire pression sur les employés du département d’État en 2016 pour qu’ils mettent fin aux allégations de corruption contre l’entreprise. À la mi-mars de cette année-là, le plus haut responsable du département pour l’Ukraine a demandé l’éviction de Victor Shokin ; et Joe Biden a forcé le président Poroshenko à évincer Victor Shokin quelques semaines plus tard.

Joe Biden a raconté ce qui s’était passé à un auditoire en 2018.

« J’ai dit [aux responsables ukrainiens], vous n’aurez pas le milliard. Je devais partir d’ici, dans six heures je crois. Je les ai regardés et j’ai dit : ‘Je pars dans six heures. Si le procureur n’est pas renvoyé, vous n’aurez pas l’argent' », avait déclaré Joe Biden, avant d’ajouter : « Eh bien, ce fils de [juron], il s’est fait virer. Et ils ont mis en place quelqu’un qui était solide à l’époque. »

Les deux Biden ont ensuite nié ces méfaits.

L’enquête sur Burisma a été close moins d’un an après l’éviction de Victor Shokin, bien que le nouveau procureur en chef du président Zelensky dispose d’une équipe chargée d’examiner les affaires classées dans le passé, y compris l’enquête sur Burisma.

Ruslan Ryaboshapka, le procureur, a déclaré en novembre que l’enquête sur le fondateur de Burisma s’élargissait pour inclure le détournement de fonds de l’État.

RECOMMANDÉ