Leur train Bordeaux-Marseille tombe en panne en rase campagne, les passagers évacués dans une remorque

Par Séraphin Parmentier
8 janvier 2020 Mis à jour: 8 janvier 2020

Les voyageurs du train Intercités Bordeaux-Marseille ont patienté plusieurs heures sans chauffage et sans électricité avant de pouvoir être évacués.

Les faits ont eu lieu le dimanche 5 janvier à hauteur de la commune de Tonneins (Lot-et-Garonne). Aux alentours de 8 heures, une caténaire arrachée a entraîné une panne électrique, immobilisant un Train Intercités qui reliait Bordeaux à Marseille.

Un peu moins d’une centaine de passagers se sont alors retrouvés bloqués en rase campagne dans le train privé de chauffage et d’électricité pendant plusieurs heures.

Si la SNCF a mis en place un dispositif de bus de substitution afin de récupérer les occupants du train, les véhicules n’ont pas été en mesure d’accéder au convoi en raison du chemin trop boueux.

« Les bus étaient garés plus loin, le chemin jusqu’aux voyageurs était inaccessible, les champs boueux », a expliqué Sandra Théry, membre du service de communication de la SNCF, aux journalistes de France 3.

Des agriculteurs au grand cœur évacuent les « naufragés »

Témoin de la scène, Jean-Pierre Bernet, un céréalier de 59 ans résidant non loin de là, a alors proposé son aide à la compagnie ferroviaire. Accompagné de Régis Bard – un voisin âgé de 36 ans, lui-même exploitant agricole –, il a mis à disposition la remorque d’un tracteur afin de transporter les bagages des passagers.

Les bons Samaritains ont finalement amené les occupants du train jusqu’aux bus qui les attendaient à proximité. Les passagers seront ensuite acheminés jusqu’à la gare d’Agen pour poursuivre leur voyage.

« Il a proposé de transporter les bagages et les voyageurs avec beaucoup de bienveillance, c’est un acte de solidarité », souligne Mme Théry.

« Il faisait nuit et, vers 7h20, on a entendu une déflagration dans le wagon. Une vitre a explosé et l’électricité s’est coupée », a raconté Maryse, une retraitée de 68 ans qui faisait partie des passagers, aux journalistes de Sud Ouest.

« On est sortis et tout le monde est monté dans les deux remorques des agriculteurs. On a rien à dire sur la prise en charge, il n’y avait pas d’autre solution. On a pris cette aventure à la rigolade  ! C’est après, en arrivant à la gare de Toulouse après 15 heures, que cela s’est corsé  ! » ajoute la sexagénaire.

La SNCF récompense les deux agriculteurs avec des billets gratuits

Selon le quotidien régional, les deux agriculteurs devraient bénéficier d’un aller-retour gratuit sur le réseau SNCF vers la destination de leur choix, pour les récompenser de leur joli geste.

Largement relayée sur les réseaux sociaux, la vidéo du transport des voyageurs dans la remorque de l’agriculteur a suscité des commentaires divers et variés.

Si bon nombre d’internautes ont salué le comportement des agriculteurs, certains, comme Thomas Portes – responsable national des cheminots au Parti communiste français (PCF) –, ont préféré s’indigner des conditions de transbordement des usagers avant de s’en prendre à la SNCF et à son président avec véhémence.

Une posture qui a valu au militant d’extrême gauche d’essuyer de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux et d’être accusé d’avoir présenté une information tronquée.

Si le militant communiste a fini par reconnaître les mérites des agriculteurs dans un autre billet publié sur Twitter, il s’en est toutefois de nouveau pris à la SNCF, parlant de « carences » de la compagnie ferroviaire.

« Il faut que le cheminement s’effectue dans de bonnes conditions sur des chemins praticables, ce que nous n’avions pas la possibilité de faire », conclut la SNCF dans les colonnes de Libération, saluant l’action exemplaire de Jean-Pierre Bernet et Régis Bard.

RECOMMANDÉ