L’Europe rejettera les fournisseurs chinois de télécommunications en 2020

Par Chriss Street
16 janvier 2020 Mis à jour: 17 janvier 2020

Le plus grand analyste européen des télécommunications, Strand Consult, a publié sa vingtième prévision annuelle qui met en garde : « Trop de gens ont une vision naïve du débat sur la Chine et n’ont pas considéré les ramifications résultant de la cession de technologies clés à ce pays autocratique. »

Basé à Copenhague, Strand Consult conseille l’industrie européenne des télécommunications en matière d’innovation technologique, de structures réglementaires et de stratégies d’investissement en capital depuis 1994, date à laquelle les scandinaves Nokia et Erickson ont été les pionniers de la conception et de la production d’équipements et de combinés de téléphonie mobile. Mais les innovateurs européens ont été supplantés par les Chinois Huawei et ZTE au milieu des années 2010.

Strand Consult appelle 2019 une année où la 5G est devenue un sujet dominant et a relancé la discussion sur la valeur que les télécommunications apportent à la société, notamment l’innovation, la sécurité et l’inclusion. La clé de ce dialogue a été l’examen des pratiques commerciales et de l’éthique du géant parrainé par l’État chinois, Huawei, et de ses efforts pour dominer le déploiement européen de la 5G en étant le premier sur le marché et en offrant un financement subventionné par l’État.

Depuis sa fondation en 1987 par l’ancien ingénieur de l’Armée populaire de libération Ren Zhengfei, Huawei est devenu le premier fournisseur mondial d’équipements de télécommunications, avec plus de 100 milliards de dollars (environ 90 milliards €) de revenus et 180 000 employés dans le monde. Mais Strand Consult souligne les soupçons selon lesquels le succès extraordinaire de Huawei est lié au vol de propriété intellectuelle, notamment les accusations de vol de technologie de routeur Cisco en 2003, la rétraction d’une entente d’acquisition d’actions de la société américaine 3Com par Huawei en 2008 à cause de soupçons au sujet de possibles liens militaires chinois, et les réclamations de T-Mobile en 2014 pour vol de bras de robot.

Strand Consult prévoit que 2020 sera l’année où les discussions concernant la surveillance intégrée et les risques de vol de propriété intellectuelle par Huawei s’élargiront pour inclure « les sociétés qui appartiennent ou sont affiliées au gouvernement chinois, y compris, mais sans s’y limiter, TikTok, Lexmark, Lenovo, TCL, etc. ».

Strand Consult avertit que « la machine de propagande chinoise a réussi à tromper de nombreux journalistes et organes de presse, en particulier avec les affirmations non vérifiées selon lesquelles les produits de Huawei sont technologiquement supérieurs ». Strand Consult soutient que les conflits d’intérêts dans les médias syndiqués au niveau mondial expliquent pourquoi « peu de médias oseront publier une analyse comparant les conditions d’exploitation des entreprises étrangères en Chine par rapport au traitement favorable dont bénéficient les entreprises chinoises à l’étranger ».

À titre d’exemple, Strand Consult attire l’attention sur les revendications de la Global System for Mobile Association (GSMA), un groupe de pression commercial mondial représentant 800 opérateurs de téléphonie mobile et 300 sociétés de fournisseurs. Dans un rapport de juin 2019 intitulé The Real Cost to Rip and Replace Chinese Equipment in Telecom Network (le coût réel pour extraire l’équipement et le remplacer par de l’équipement chinois dans un réseau de télécommunications), la GSMA avertit que l’interdiction des équipements de télécommunications de Huawei et de ZTE, sociétés contrôlées par l’État chinois, ajouterait 62 milliards de dollars de coûts supplémentaires et retarderait de 18 mois le déploiement des réseaux 5G en Europe. Le rapport a été financé en grande partie par les fournisseurs de Huawei et a fait l’objet d’une large couverture dans les médias technologiques occidentaux.

Epoch Times a rapporté que Strand Consult a réfuté les affirmations de la GSMA et qu’il a constaté qu’à cause de l’obsolescence programmée à 3 ans de l’équipement technique et des investissements européens dans les équipements de radiofréquence de plus de 100 milliards de dollars par an, le coût marginal du démarrage rapide des équipements utilisables de Huawei et ZTE ne serait que d’environ 2,9 milliards de dollars par an.

Mais les coûts financiers pour les fournisseurs de télécommunications européens seraient plus que compensés par le gain financier découlant de la restriction des capacités de « 100 000 pirates chinois qui attaquent chaque jour leurs entreprises clientes ». Strand Consult a ajouté que « l’impasse entre le peuple libre de Hong Kong et le gouvernement chinois dirigé par le secrétaire général Xi qui s’enorgueillit d’un contrôle total », devrait « démystifier la question à savoir pourquoi, statistiquement, la majorité des cyberattaques mondiales proviennent de pirates informatiques en Chine ».

Les prévisions de Strand Consult pour 2020 indiquent que bien que la performance de la plupart des pays de l’UE en matière de 5G soit décevante, les demandes des clients pour le déploiement de la technologie de l’Internet des objets (IdO) vont créer une nouvelle demande énorme pour le type de solutions d’accès sans fil fixe fiables actuellement dominé par les sociétés de télécommunications européennes traditionnelles.

RECOMMANDÉ