L’Europe va construire un vaisseau spatial en vue d’un test de défense planétaire afin de s’exercer à la déviation d’un astéroïde

Par Lily Zhou
20 septembre 2020
Mis à jour: 20 septembre 2020

Pour la première fois, l’humanité aura la possibilité de savoir si nous pouvons dévier un astéroïde, a déclaré l’Agence spatiale européenne (ESA), une connaissance qui pourrait être utile à l’avenir si un astéroïde se trouvait sur une trajectoire de collision avec la Terre.

Mardi, l’ESA a attribué un contrat de 129 millions € (154 millions de dollars) pour concevoir, construire et tester le vaisseau spatial Hera, du nom de la déesse grecque du mariage Héra, qui sera utilisé pour observer les résultats d’une expérience visant à dévier un petit astéroïde qui passera à environ 6 millions de miles (près de 10 millions de km) de la Terre.

Le projet Asteroid Impact and Deflection Assessment (AIDA) – une collaboration de défense planétaire commune avec la NASA – tentera de frapper un astéroïde de la taille d’une pyramide appelé Dimorphos, qui est en orbite autour d’un autre astéroïde de la taille d’une montagne appelé Didymos, et d’observer l’impact de la collision.

Le vaisseau spatial DART de la NASA, qui entrera en collision avec Dimorphos, devrait être lancé en juin 2021. L’impact, qui devrait se produire en septembre 2022, « devrait modifier son orbite autour de Didymos et créer un cratère important », a déclaré l’ESA.

Dimorphos sera « le premier corps céleste à voir ses caractéristiques orbitales et physiques modifiées intentionnellement par l’intervention humaine ».

L’ESA lancera ensuite Hera en octobre 2024 pour cartographier le cratère d’impact résultant et mesurer la masse de l’astéroïde, atteignant la zone à la fin de 2026 pour une enquête de six mois.

La mission rappelle le film Armageddon de 1998, dans lequel l’acteur Bruce Willis joue le rôle d’un membre d’une équipe envoyée pour détruire un astéroïde afin de sauver la Terre.

« Nous voulons essayer pour la première fois de rediriger un astéroïde dans sa trajectoire de collision potentielle avec la Terre », a déclaré le directeur de l’ESA, Rolf Densing, à la télévision Reuters.

Le vaisseau Hera fonctionnera comme une voiture qui se conduit toute seule, a déclaré l’ESA. Ce vaisseau spatial de la taille d’un bureau recueillera des données afin que les scientifiques puissent « mieux comprendre la composition et la structure des astéroïdes ».

Il transportera également des satellites miniatures appelés CubeSats, qui pourront établir des relevés rapprochés ou même se poser sur les astéroïdes binaires pour la première fois.

L’Allemagne dirigera la conception et l’intégration, et 17 autres pays européens contribueront à la mission.

Marco Fuchs, directeur général du groupe allemand OHB qui développera le vaisseau Hera, a déclaré qu’essayer de dévier un astéroïde était comme « jouer au billard » et a noté le défi de piloter en direction d’un corps céleste aussi petit.

« Vous devez manœuvrer très précisément, vous devez d’abord le trouver et ensuite l’approcher de manière à pouvoir vraiment observer ce qui s’est passé à la suite de l’impact de la sonde américaine », a-t-il déclaré.

FOCUS SUR LA CHINE – La fille du Premier ministre canadien surveillée par Pékin

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ