L’ex-président américain Jimmy Carter opéré après une fracture de la hanche

14 mai 2019
Mis à jour: 14 mai 2019

L’ancien président américain et prix Nobel de la paix Jimmy Carter s’est cassé lundi une hanche en partant chasser la dinde sauvage, a indiqué sa fondation, en précisant que le démocrate âgé de 94 ans avait été opéré « avec succès ».

« Alors qu’il partait chasser la dinde sauvage ce matin, l’ancien président américain Jimmy Carter est tombé chez lui à Plains, en Géorgie », dans le sud des Etats-Unis, explique le Carter Center dans un communiqué. « Il se remet d’une opération pour réparer une hanche cassée au Phoebe Sumter Medical Center, à Americus », où son épouse Rosalynn est à ses côtés. L’intervention « s’est bien passée », poursuit le communiqué.

« Le président Carter a déclaré que sa plus grande inquiétude était que la saison de la chasse à la dinde se terminait cette semaine et qu’il n’avait pas atteint son quota » de volailles, ajoute avec humour le Carter Center. « Il espère que l’Etat de Géorgie lui permettra de faire passer ce quota non utilisé à l’année prochaine ».

Dans un tweet, le président Donald Trump lui a souhaité « un prompt rétablissement ». M. Carter « était d’excellente humeur quand je lui ai parlé le mois dernier  tout va bien se passer! », a ajouté M. Trump. Artisan des accords de Camp David qui ont abouti, en mars 1979, à la signature du traité de paix israélo-égyptien, Jimmy Carter a dirigé les Etats-Unis de 1977 à 1981.

Il était également aux commandes lors de la prise d’otages d’américains en Iran en 1979-80, qui lui avait valu une réputation de naïveté à l’international et de nombreuses critiques dans son pays. Après sa cinglante défaite face au républicain Ronald Reagan en 1981, le 39e président des Etats-Unis s’est trouvé une vocation d’homme de paix, multipliant les missions humanitaires et de médiation, de Cuba à la Corée du Nord en passant par l’Ethiopie.

En 2002, il a reçu le prestigieux Prix Nobel de la paix, notamment pour « ses décennies d’efforts infatigables afin de trouver des solutions pacifiques à des conflits internationaux ». 

D.C avec AFP

RECOMMANDÉ