L’exploitation systémique de la question raciale par la gauche

Par David Limbaugh
27 avril 2021
Mis à jour: 27 avril 2021

Lorsqu’il m’arrive occasionnellement de me plaindre de la politisation de la question raciale par la gauche, mes collègues conservateurs me répondent souvent : « Ne t’inquiète pas pour ça. Ils ont perdu toute crédibilité sur cette question, qu’ils ont banalisée à outrance. Ils n’obtiennent aucune adhésion avec ça. » Ah oui ?

Il faudrait être aveugle et sourd pour nier que cette tactique fonctionne pour la gauche sur le plan politique et qu’elle a causé beaucoup de tort. Les démocrates et la gauche soulèvent la question raciale toutes les cinq minutes pour diaboliser les républicains et en tirer un profit politique. Ce n’est rien d’autre qu’une prise de pouvoir de force.

En effet, si vous voulez parler de comportement honteux sur la question raciale, ne cherchez pas plus loin que les politiciens libéraux et les médias qui taxent quotidiennement la moitié du pays d’être racistes en raison de leurs opinions sur les questions économiques, politiques et culturelles. Si vous défendez la souveraineté américaine, préconisez le contrôle des frontières, soutenez le caractère indispensable de l’application de la loi, promouvez notre économie de marché et chérissez les principes fondateurs de l’Amérique – et si votre peau est blanche (à moins que vous ne soyez un progressiste) – vous êtes présumé raciste.

L’accusation sans fondement de racisme est particulièrement méprisable si l’on considère qu’il existe peu d’accusations plus accablantes qui peuvent être portées contre une personne et que le martelage persistant de cette question cause des dommages incalculables aux relations raciales et à la bonne volonté générale de la société. Et ne pensez pas une seconde que cela ne mène pas à la violence. Des gens meurent dans les rues non seulement à cause de certains incidents de brutalité policière, mais aussi parce que beaucoup trop de gens ont été trompés en croyant que les personnes qui n’appartiennent pas aux minorités les détestent en raison de leur couleur de peau.

Ceux qui se moquent de la menace que représente l’exploitation incessante de la question raciale par la gauche ne tiennent pas compte de plusieurs éléments importants : quand vous répétez un mensonge assez souvent, il finit par être cru. Lorsque vous contrôlez le monde universitaire, les médias grand public, Hollywood et l’oligarchie numérique fasciste, vous pouvez exercer un contrôle mental non seulement sur les jeunes gens impressionnables, mais aussi sur les adultes qui sont intimidés et contraints au silence par la honte et finissent par se rendre. (Il y a peut-être une indignation croissante parmi les millions de victimes de ces diffamations, mais pour l’instant, elles ne se défendent pas avec ne serait-ce qu’un minimum d’énergie et de coordination.)

Beaucoup d’entre vous n’ont probablement pas réalisé que les graines des idées infernales de la théorie critique de la race, de la suprématie blanche et du racisme systémique ont commencé sous la forme d’idées solitaires dans les salons des professeurs d’université, dans la littérature académique et, finalement, dans les salles de classe des laboratoires d’endoctrinement de l’Amérique, autrement connus sous le nom de nos universités sacrées.

Ces idées farfelues sur le genre et la race ont peuplé toutes sortes de manuels universitaires et de salles de classe, qui s’attachaient davantage à agiter les étudiants qu’à leur fournir une éducation classique, mais pendant plusieurs décennies, elles ont été reléguées à la frange académique. Aujourd’hui, alors que la gauche s’enhardit de plus en plus, cette folie a proliféré dans le courant dominant de notre culture et de notre politique.

Les politiciens démocrates et leurs cohortes médiatiques font régulièrement des commentaires flagrants et ridicules sur la race que les personnes intellectuellement honnêtes devraient rejeter d’emblée. Au lieu de cela, ces opinions sont prises au sérieux, et des personnes qui savent mieux que quiconque légitiment ce poison. La question du racisme, pour l’essentiel fabriquée, domine tout, au point que nous ne pouvons même pas nous concentrer sur les véritables problèmes auxquels la société – et les minorités en particulier – est confrontée.

L’une des plus grandes ironies entourant toutes ces absurdités malveillantes est que les notions bizarres de théorie critique de la race, de suprématie blanche et de racisme systémique sont elles-mêmes racistes. Elles vilipendent les gens en tant que groupes sur la base de leur race, et non de leur cœur, de leur caractère ou de leur comportement individuel. Elles jugent les gens comme intrinsèquement irrémédiables uniquement en raison de la couleur de leur peau.

Le racisme n’est pas systémique dans l’Amérique d’aujourd’hui. Ce qui est systémique, c’est la stigmatisation malhonnête des gens par la gauche en tant que racistes. Il y a une forte composante spirituelle à l’œuvre ici. Dieu a créé chaque être humain à son image. Nous sommes des individus, responsables devant Lui de notre comportement ; nous ne devons pas être jugés en fonction de ce que font les autres. Cette condamnation catégorique et fallacieuse des personnes les prive de leur individualité et les déshumanise. Dans le même temps, la victimisation des minorités pour un gain politique grossier diminue leur individualité et leur responsabilité. Tout le monde est perdant, sauf les escrocs politiques qui profitent de cette acrimonie.

Malheureusement, cette duplicité malfaisante ne cessera pas tant que des personnes responsables et de bonne foi, de toutes les races et de tous les partis politiques, ne se dresseront pas contre la pandémie corrosive et artificielle de la discorde raciale et ne prêcheront pas véritablement que nous sommes tous appelés à nous aimer les uns les autres, quelle que soit la couleur de notre peau. Cela ne s’arrêtera certainement pas avec les solutions proposées, à savoir la redistribution sans fin des richesses, les réparations, la réforme de la police et l’auto-flagellation des personnes qui reconnaissent un péché dont elles ne se croient pas coupables. La guerre civile et le mouvement des droits civiques ne comptent apparemment pour rien. La gauche a une soif insatiable de maintenir cette question sur le devant de la scène, au plus haut niveau, et les choses ne s’amélioreront pas tant que la gauche continuera à bénéficier d’avoir fomenté la discorde raciale.

Ce dont nous avons besoin dans ce pays, c’est d’un renouveau religieux – un autre Grand Réveil – mais d’ici là, les gens doivent passer à l’offensive et se battre contre ce récit faux et diabolique.

David Limbaugh a pratiqué le droit pendant près de 40 ans et est un commentateur politique qui a participé à des centaines d’émissions de télévision et de radio. Il est chroniqueur et auteur syndiqué au niveau national aux États-Unis. Son dernier livre s’intitule Guilty by Reason of Insanity : Why the Democrats Must Not Win (coupables pour cause de folie : pourquoi les démocrates ne doivent pas gagner).

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ