L’histoire inattendue du premier programme informatique : la fille de Lord Byron

31 octobre 2016 Mis à jour: 2 novembre 2016

La programmation informatique a eu un commencement plus romantique et plus artistique qu’on ne pourrait l’imaginer. Elle a débuté par une histoire singulière, comprenant un célèbre poète et une fille amenée à mépriser les talents artistiques de son père, entre autres nuances dramatiques.

Ada Byron naquit en 1815, seule enfant légitime du célèbre poète dandy Lord Byron. Sa mère s’est dédaigneusement séparée de Lord Byron quelques semaines seulement après la naissance d’Ada.

Lady Byron s’est assurée qu’Ada reçoive une éducation en mathématiques, afin de lui fournir « un état mental stable et un bon antidote à ‘l’insouciance, l’imprudence, la vanité, le mensonge et la suffisance’ qu’Ada aurait hérité de son père immoral », rapporte Clement Falbo, professeur émérite de mathématiques à l’Université d’État de Sonoma, dans son livre « Math Odyssey 2000 ».

Le célèbre poète dandy Lord Byron. Portrait de Thomas Philips. (Domaine Public)
Le célèbre poète dandy Lord Byron. Portrait de Thomas Philips. (Domaine Public)

Cela se passait à une époque où les élans intellectuels n’étaient pas souvent encouragés chez les femmes nobles. La jeune Byron réussit cependant à s’introduire dans les conférences de l’Université de Londres, pendant les quelques mois où elles ont été ouvertes aux femmes en 1830.

Les efforts de sa mère pour effacer la poésie de son esprit ont fonctionné jusqu’à un certain point. Ada ne rencontra jamais son père, mais elle hérita de son imagination et de sa créativité. Bien qu’elle orientait sa pensée vers la science, elle parlait d’une « science poétique ». Elle se considérait elle-même comme analyste et métaphysicienne.

Son talent pour les mathématiques et l’ingénierie attira l’attention du célèbre inventeur Charles Babbage. Ils se rencontrèrent pour la première fois alors qu’Ada Byron était encore adolescente, et ils correspondirent par la suite pendant de nombreuses années sur différents sujets.

Ada Byron se maria avec Lord William King qui devint plus tard comte de Lovelace, lui donnant ainsi le nom de Ada Lovelace. En 1843, alors mère de trois enfants, Ada transcrivit sur papier l’invention non terminée de Babbage, la machine analytique. Les notes qu’elle fit pour accompagner l’écriture, à la suggestion de Babbage, furent plus longues que la présentation de Babbage et lui en consacrèrent le mérite.

Prototype de de la machine analytique, construit par Charles Babbage, exposée au Science Museum de Londres. (Bruno Barral via Wikimedia Commons)
Prototype de la machine analytique construit par Charles Babbage, exposé au Science Museum de Londres. (Bruno Barral via Wikimedia Commons)

« Elle soulignait dans ces notes l’importance de la programmation informatique, et décrivit les éléments principaux qui seraient nécessaires à tout langage informatique », rapporte Falbo. Elle a émis des suggestions sur les calculs que pourrait faire la machine, qui sont maintenant considérées comme le premier programme informatique. Ada Lovelace a vu le potentiel que pourrait avoir ce qu’on appelle aujourd’hui un ordinateur à usage général.

Mme Lovelace entrevit également la possibilité d’une musique générée par ordinateur. En 1979, le Département de la Défense des États-Unis nomma un langage de programmation en son honneur, « Ada ».

Version anglaise : Unexpected 200-Year-Old Story of the World’s First Computer Programmer: Lord Byron’s Daughter

RECOMMANDÉ