Un homme a failli être tué dans une avalanche, mais ce qui se passe après est encore plus effrayant.

Par Epoch Times
5 avril 2019
Mis à jour: 30 mai 2020

L’alpiniste Cory Richards a failli mourir dans une avalanche, mais c’est ce qui s’est passé par la suite qui l’a presque détruit.

Cory est un alpiniste et photographe du National Geographic. L’Américain de 37 ans a escaladé des montagnes partout dans le monde, de l’Amérique du Sud jusqu’à l’Himalaya.

L’escalade est exaltante et amusante. Cependant, elle peut aussi être dangereuse. Même les grimpeurs les plus expérimentés ne peuvent pas éviter les périls de la montagne pour toujours.

Cory avait 29 ans lorsque ses compagnons de montagne Simone Moro et Denis Urubko l’ont invité à une expédition pour escalader le Gasherbrum II, aussi connu sous le nom de K4.

(Gasherbrum II est la 13e plus haute montagne du monde et son sommet est à 9 000 mètres au-dessus du niveau de la mer – l’un des 14 sommets au-dessus de 8 000 mètres dans le monde. Il est situé à la frontière entre le Pakistan et la Chine.

Pour ajouter au danger, Cory, Simone et Denis ont prévu d’escalader Gasherbrum II pendant l’hiver, quand le temps est beaucoup plus sévère. S’ils réussissaient, ils seraient les premiers alpinistes à effectuer une ascension hivernale.

Cory est un alpiniste expérimenté, mais aucune préparation ne pouvait suffire face à une expédition comme celle-ci.

(Avec l’aimable autorisation de Malou Anderson-Ramirez)

« Aller sur n’importe quelle expédition himalayenne significative, en particulier une expédition qui vise à escalader un sommet de 8 000 mètres, et en plus de cela pour le faire en hiver, est par sa nature même effrayant. Il n’y a pas de meilleur mot pour ça. C’est effrayant », a dit Cory à Humanity.

« J’avais l’impression d’être un peu comme un poisson hors de l’eau, comme si j’avais les yeux plus grands que la panse », se souvient Cory.

Ils sont partis en janvier 2011. Il avait l’impression que cette expédition était légèrement au-dessus de ses capacités, mais Simone, une alpiniste italienne expérimentée, avait confiance en lui.

Le sommet Gasherbrum II a été une ascension ardue, mais à leur grand bonheur le temps était favorable. Cependant, lorsqu’ils ont atteint le sommet, le temps a commencé à se détériorer. La situation n’a fait qu’empirer au fur et à mesure qu’ils commençaient à descendre.

Le vent s’est levé, les nuages sont entrés et la visibilité a diminué de façon spectaculaire.

À l’insu des personnes extérieures à la communauté d’escalade, la descente est la partie la plus dangereuse de l’escalade. Selon Cory, 80 % des accidents de montée surviennent lors de la descente.

« Je me souviens que les yeux de Denis commençaient à geler un peu », se souvient Cory.

Puis ils ont entendu un bruit fort venant d’en haut. Un gros morceau de glacier, appelé un sérac, s’est fissuré et s’est enfoncé dans la neige, provoquant une grosse avalanche.

Cory leva les yeux et vit le monstre de neige et de glace qui se dirigeait vers eux.

« J’ai compris que nous allions probablement mourir. J’étais plutôt résigné à ce moment-là. J’étais en colère, c’est sûr. J’étais bouleversé », se souvient Cory.

Cory, Simone et Denis ont été jetés par-dessus plusieurs crevasses. Cory a commencé à essayer de faire ce que vous êtes censé faire dans une avalanche, c’est-à-dire nager dans le sens contraire.

Cependant, cette pratique dans une avalanche de cette ampleur n’a pas fonctionné.

« C’est juste le chaos. C’est bruyant. Tu ne peux pas vraiment le faire. Ça ne fait que vous bousculer », explique Cory.

Une avalanche. (pixabay)Il ne voyait rien non plus.

« Ce sont juste les différentes nuances de bleu qui deviennent de plus en plus sombres et plus sombres à mesure que l’on s’enfonce plus profondément dans la neige », a dit M. Richards.

Quand la neige s’est installée, Cory a été enterré jusqu’à son visage. Il croyait que ses amis étaient assurément morts.

Mais il a entendu la voix de Simone. Simone a finalement été capable de s’extraire, puis d’extraire Cory. Puis ils entendirent la voix de Denis, et le retrouvèrent aussi.

Alors qu’il se rendait compte qu’il avait survécu, Cory a sorti son appareil photo et a pris un selfie. Cette photo est devenue la couverture du magazine National Geographic.

Regardez cette publication sur Instagram

Seven Years Ago Today. Gasherbrum II, Pakistan.

Une publication partagée par Cory Richards (@coryrichards) le

Cory était toujours inquiet. Ils avaient encore du chemin à faire dans leur descente.

« Je me souviens d’avoir été soulagé de ne pas être mort. Mais je me souviens aussi d’avoir ressenti de la frustration, de la colère et de l’anxiété à l’idée de descendre », a dit Cory Richards.

Heureusement, les trois alpinistes sont arrivés au camp de base. Cory est retourné à Boulder, dans le Colorado, environ une semaine plus tard.

Au début, le retour à la maison était un sentiment formidable. Il était aussi fiancé à l’époque, donc c’était une expérience joyeuse de voir sa fiancée, et ils se sont mariés peu après son retour.

« C’était excitant. C’était agréable de rentrer chez soi. C’était agréable d’être hors des montagnes », a dit Cory.

Cependant, le traumatisme de l’avalanche l’avait suivi chez lui, mine de rien.

Différentes émotions ont commencé à s’accumuler au fil du temps. Cory s’était toujours senti éloigné des autres, mais son expérience sur Gasherbrum II l’a fait se sentir encore plus éloigné.

« Je me sentais confus, dissocié, désintéressé, incompris, effrayé, et tout cela ne faisait que s’attarder et grandir », a expliqué Cory.

Il a commencé à boire pour faire face à ses sentiments contradictoires. La consommation d’alcool n’a fait qu’exacerber sa dépression.

« Vous devenez une sorte de coquille de vous-même », a dit Cory.

Incapable de faire face à la vie quotidienne, il s’est lancé dans son travail, s’embarquant dans des aventures extraordinaires dans des endroits éloignés. Mais peu importe la distance qu’il parcourait, il ne pouvait pas échapper à son conflit intérieur.

Son mariage a commencé à s’effondrer et il est devenu incapable de prendre des décisions rationnelles dans sa vie personnelle et professionnelle.

« Il fut un temps où j’étais vraiment malheureux, et j’ai commencé à poursuivre cela dans le cadre d’une thérapie. Mon thérapeute de l’époque m’a laissé entendre que certaines choses que je montrais correspondaient aux symptômes du syndrome de stress post-traumatique », a-t-il dit.

Il a continué à grimper, mais il n’a pas pu en profiter au maximum.


Vue aérienne d’une partie de l’Himalaya à l’ouest de Katmandou. (PRAKASH MATHEMA/AFP/Getty Images)

Cory en est arrivé à un point où il a dû prendre la décision de changer de vie.

« Si je continuais à faire ce que je faisais, j’allais me tuer. Que ce soit en m’enlevant littéralement la vie ou en me dissolvant tellement en tant qu’être humain que j’en boirais jusqu’à la mort », se souvient-il.

Cory, de son propre chef, a commencé à recevoir un traitement pour alcoolisme et a cessé de boire en novembre 2016.

Même avant qu’il n’ait complètement arrêté de boire, il a recommencé à se sentir vivant. En mai 2016, il a trouvé la joie au sommet du mont Everest – seul.

Regardez cette publication sur Instagram

#NatGeoInspires Wanderlust // The mountains are where it all started for me. As I grew, so did my objectives. The past few years steered me away from the very places that gave me energy, and I felt my excitement for life begin to wane. There is a freedom in the mountains that we can’t find anywhere else…a sense of being part of vs apart from. Returning to Everest this spring was about reconnecting with an arena that I almost abandoned for some time. It was a truly selfish act…and one that I own wholeheartedly. But I’ve realized too that we have to find and own the motions in life that fulfill us daily. If we don’t, we stagnate…and stagnation is just a layover on the way to death. // insta retrospective

Une publication partagée par Cory Richards (@coryrichards) le

« C’était magnifique. Je me souviens de ce moment comme d’un moment d’exaltation », a dit Cory. C’était la première fois qu’il aimait à nouveau l’escalade.

Comme le long trek sur une montagne, depuis un an et demi, il s’est rétabli pas à pas. Le simple fait de ressentir à nouveau de l’émotion est un énorme succès.

« Je n’ai rien ressenti pendant des années. Ressentir à nouveau, c’est ce qui compte pour moi », a-t-il dit. « Pouvoir vivre les choses plus complètement et plus pleinement est ce qui compte pour moi, et j’ai encore un long chemin à parcourir dans ce domaine également. »

Il ne tardera pas à revenir au sommet du monde – sa prochaine ascension de l’Everest est prévue pour 2019.

RECOMMANDÉ