Nouvel hôpital militaire à Wuhan: il va devenir impossible d’avoir les vraies informations sur l’épidémie explique un expert

Par Penny Zhou
5 février 2020
Mis à jour: 6 février 2020

Les médias d’État du régime chinois l’appellent l’hôpital « super-rapide ». Pour faire face au nombre écrasant de patients infectés par le coronavirus à Wuhan, la Chine a construit l’hôpital « montagne du Dieu du feu (Huo Shan Shan) » en dix jours. L’hôpital était déjà en service le lundi 3 février.

Cependant, le fait que l’armée chinoise soit désormais en charge du fonctionnement de l’hôpital a suscité des inquiétudes quant à une transparence encore moindre concernant l’épidémie.

Des responsables chinois affirment que des centaines de personnes sont mortes et que des dizaines de milliers sont infectées par le nouveau coronavirus de 2019. Mais les experts soupçonnent que le nombre réel est beaucoup plus élevé. Les vidéos en ligne des hôpitaux surpeuplés et les lettres de SOS de patients non traités continuent de remettre en cause les chiffres officiels de la Chine.

Le commentateur des affaires chinoises basé aux États-Unis, Jingyuan Tang, a déclaré qu’avec le nouvel hôpital sous contrôle militaire, même de telles preuves anecdotiques seraient difficiles à trouver.

« Tout le personnel médical sera de issu l’armée », a dit Tang, « Dans ce cas, toutes les données et informations de l’hôpital pourraient devenir un secret militaire. L’extérieur ne le saura pas. Le personnel interne ne le révélera pas. Parce que celui qui le fera pourra être accusé de divulgation d’informations militaires et pourra être renvoyé devant les tribunaux militaires. »

« C’est comme un trou noir. Les gens de l’extérieur ne sauront pas combien de patients y sont entrés – ils ne sauront pas combien de personnes ont disparu », a-t-il dit.

(Getty Images)

Le bilan des hôpitaux militaires chinois en matière de droits de l’homme n’est pas rassurant. De nombreux anciens médecins ont révélé la présence de transplantations et de commerce illégaux d’organes à l’intérieur des hôpitaux militaires chinois. Un médecin a déclaré que ces phénomènes étaient « courants ».

Tang se demande: « Si le Parti communiste chinois (PCC) est capable de faire des prélèvements forcés d’organes presque comme une industrie, alors dans un environnement sans aucune transparence comme le nouvel hôpital de Wuhan, afin de contrôler l’épidémie ‘à tout prix’, que feront-ils aux patients ? Du point de vue moral, c’est très difficile de dire ce que va faire l’armée chinoise ».

Hôpital ou prison ?

Après la publication de photos et de vidéos des nouveaux hôpitaux, les internautes chinois se demandent pourquoi cela ressemble plus à une prison qu’à un hôpital : pourquoi les fenêtres sont-elles scellées par des barreaux ?

« En général, seuls les hôpitaux psychiatriques ont des barreaux sur la fenêtre », a expliqué à NTD Sean Lin, un ancien microbiologiste de la division des maladies virales du Walter Reed Army Institute of Research. « (Il n’y a) pas besoin de barreaux, même à des fins de quarantaine. »

Aucun autre hôpital de Wuhan nommé par les autorités comme centre de quarantaine ne dispose de telles fenêtres.

Xiaotangshan de Wuhan

L’hôpital nouvellement construit s’inspire d’un hôpital similaire – Xiaotangshan a été construit à Pékin lors de l’épidémie de SRAS en 2003, un autre type de coronavirus. Cette installation a été construite en sept jours.

En 2003, la plupart des patients de Xiaotangshan étaient très contagieux et plus dangereux que ceux des autres hôpitaux. Certains médias occidentaux l’ont qualifié de « centre de virus du SRAS en Chine », qui peut « exploser » à tout moment.

Cependant, les autorités chinoises ont déclaré en 2003 que le taux de récupération à Xiaotangshan était de 99% et qu’aucun des 1382 agents de santé n’était infecté, alors qu’en dehors de l’hôpital, 20% de l’ensemble des personnes infectées sont du personnel médical.

Il n’y avait pas de remède contre le SRAS à l’époque, et il n’y en a plus aujourd’hui. L’armée chinoise gère également l’hôpital de Xiaotangshan.

Tang a dit que l’hôpital de Xiaotangshan est plutôt miraculeux, le taux de guérison incroyablement élevé pourrait plutôt indiquer à quel point le contrôle des hôpitaux gérés par l’armée est serré.

Dans un mémoire du président de l’hôpital de Xiaotangshan, Yanling Zhang, il a décrit la peur ressentie par certains patients lors de leur transfert.

Zhang a dit que certains patients ne voulaient pas lâcher les poignées des voitures dans lesquelles ils ont été envoyés à l’hôpital.

Une patiente de plus de 40 ans a commencé à s’appuyer contre le mur et à pleurer au moment où elle est sortie de la voiture et a dit: « Est-ce un hôpital? Est-ce que ce sera un traitement standard? Pouvez-vous guérir ma maladie? Pourquoi m’emmenez-vous dans un endroit si désolé? Est-ce un camp de concentration de la mort? ». Vous me prenez comme échantillon de test comme ce que l’unité 731 a fait? »

Pression pour contrôler

Tang a dit que la Chine subit était également sous pression pour essayer d’empêcher la communauté internationale de prendre de nouvelles mesures pour contrôler la maladie. « Comme l’évacuation des citoyens étrangers en Chine ou la poursuite de la coupure des relations commerciales, qui peuvent toutes avoir un impact très important sur l’économie chinoise. »

Et une pression économique supplémentaire pourrait menacer la légitimité du pouvoir du parti communiste, a-t-il dit.

Les actions chinoises ont chuté de 8 % lundi, par crainte de la propagation du coronavirus, marquant ainsi le pire jour depuis des années. Le régime chinois a également accusé les États-Unis de réagir de manière excessive en interdisant l’entrée aux étrangers en provenance de Chine.

« Dans le cadre du système totalitaire de la Chine communiste, les autorités ne semblent pas se soucier beaucoup du nombre de Chinois qui vont mourir », a déclaré Tang, « … l’hôpital de la montagne du Dieu du feu pourrait devenir un trou noir, où tous les chiffres réels sont aspirés. »

RECOMMANDÉ