L’Hydre des temps modernes

Hercule nous rappelle que la science ne peut pas résoudre tous les problèmes à elle seule
Par James Sale
23 mars 2021
Mis à jour: 1 avril 2021

Les mythes des mondes anciens, comme nous en avons déjà parlé, ont des vérités et des idées profondes à nous révéler aujourd’hui, si seulement nous les écoutons. D’une notoriété internationale, l’une d’entre elles, celle de l’hydre de Lerne, est particulièrement pertinente à ce stade de l’histoire

Pour rappel, l’Hydre était un monstre ressemblant à un serpent qui, selon les sources les plus autorisées, avait neuf têtes, dont une était immortelle. De plus, le souffle de la créature était un poison mortel et elle crachait un venin si mortel qu’il n’y avait pas de remède.

L’Hydre était la progéniture du monstre détestable Échidna, qui s’est accouplée avec Typhon, encore plus féroce. C’est Typhon qui a failli vaincre le roi des dieux lui-même, Zeus, et ce faisant, il aurait détruit toute la création s’il avait réussi. L’Hydre, vivant au bord du lac de Lerne, était le gardien d’une porte sinistre menant aux enfers.

Il n’est donc pas surprenant que, tout comme le roi du ciel avait combattu et vaincu le monstre Typhon dans le monde supérieur, ici-bas sur terre, il incomba à son fils, le héros humain Hercule, de vaincre la progéniture de Typhon, l’Hydre. Cette victoire constitue le deuxième des douze travaux d’Héraclès (d’Hercule).

Hercule a reçu l’ordre du roi faible et perfide Eurysthée de détruire l’Hydre, bien que le véritable objectif d’Eurysthée, en fixant les douze célèbres travaux d’Hercule était de détruire Hercule lui-même, car chacun des exploits devenait de plus en plus difficile, voire impossible à réaliser. Mais, bien sûr, Hercule était à moitié humain et à moitié divin ; son père était Zeus. Ce n’était pas un homme ordinaire !

Mais même le fait d’être à moitié divin ne suffisait pas à Hercule pour vaincre l’Hydre, du moins seul, car en coupant ou en frappant chacune de ses têtes à mort, deux autres têtes poussaient aussitôt. L’Hydre devint ainsi plus puissante, et Hercule dut se retirer.

L’Hydre s’est avérée être un ennemi puissant pour Hercule. (Musée J. Paul Getty)

Mais heureusement, Hercule était accompagné d’Iolaus, son neveu, et ensemble ils ont repris le combat. Comme Hercule détruisait une tête, et avant qu’elle ne puisse se régénérer en deux, Iolaus brûlait le moignon du cou avec une marque chauffée au rouge et l’empêchait ainsi de repousser.

Finalement, comme une tête après l’autre agonisait et s’éteignait, la créature mourut aussi, ne laissant que la tête immortelle. C’est alors que Hercule en profita pour retrancher cette dernière tête et l’enterrer au bord de la route. L’Hydre, alors, fut vaincue et déclarée morte.

Quelle est donc la pertinence de cette histoire pour nous ?

L’impression de Hercules Slaying the Hydra (Hercule décapite l’Hydre) », vers 1802, par Charles Heath l’Ancien d’après Raphaël Lamar West. (Image en libre accès du Davison Art Center, Wesleyan University)

Le serpent à têtes multiples de la science

L’Hydre, je pense, est symbolique des efforts (souvent monstres !) de l’humanité pour résoudre ses problèmes. On pourrait appeler cela notre philosophie du « progrès », et en particulier cette idée de vouloir résoudre les problèmes par la science et la technologie.

En lisant un article clé récemment dans le journal Epoch Times (janvier 2021), j’ai trouvé une parfaite illustration de ce que je veux dire ! Le paragraphe se lit comme suit : « Des responsables en Norvège ont déclaré qu’ils enquêtaient sur le décès d’une vingtaine de patients âgés ayant reçu le vaccin Pfizer/BioNTech et qu’ils étudiaient la possibilité que les effets indésirables du vaccin puissent avoir contribué à une issue fatale chez certains patients fragiles. »

Nous créons un vaccin pour sauver des vies, mais c’est immédiatement le contraire qui se produit : une autre tête de l’Hydre surgit, juste au moment où nous pensions avoir résolu le problème.

Les détails de l’affaire ci-dessus ne sont pas significatifs dans ce contexte-ci. Il se peut que lors de l’enquête, on découvre qu’ils sont tous morts d’intoxication alimentaire ! Mais par contre, ce résultat est typique de la manifestation de l’Hydre : une loi de conséquences involontaires, en fait. Et pas seulement involontaires, mais aussi imprévues. Comme l’a fait remarquer G.K. Chesterton : « La science invente des commodités par conception et des inconvénients par accident. »

Même, apparemment, la création d’une nouvelle technologie manifestement brillante, à la réflexion, semble porter un dard dans sa queue, ou pour poursuivre notre métaphore, générer une nouvelle tête d’Hydre qui nous attaque d’une manière ou d’une autre. Par exemple, qui pourrait ne pas soutenir que l’invention de l’alphabet et de l’écriture soit une nouvelle technologie importante ? N’avons-nous pas été les bénéficiaires de sa puissance depuis lors ? En effet, sans elle, il est difficile de concevoir comment un quelconque apprentissage, et encore moins la science, aurait pu évoluer.

Pourtant, c’est Socrate, dans le Phèdre de Platon (vers 370 avant J.-C.), qui a dit : « La découverte de l’alphabet créera l’oubli dans l’âme de l’apprenant, parce qu’il n’utilisera pas ses possibilités de se souvenir ; il se fiera aux caractères écrits extérieurs et ne se souviendra pas de lui-même, de mémoire. »

Bien sûr, on peut penser maintenant que l’affaiblissement de la mémoire est un petit prix à payer pour la capacité de pouvoir écrire, enregistrer et transmettre des informations à la postérité comme l’écriture l’a permis. Mais le problème est que s’il y a de très petites hydres, il y en a aussi de très grandes.

Surtout depuis le début de la Révolution industrielle au XIXe siècle, nous sommes devenus tellement dépendants des technologies que nous sommes à peine conscients de nos dépendances… jusqu’à ce que quelque chose tourne mal, comme par exemple avec le Covid-19. Puis, soudain, nous prenons trop conscience que la mondialisation, dont on nous disait dans les années 90 qu’elle était imparable, inévitable et plus ou moins bénéfique, présente de sérieux inconvénients : les voyages de masse propagent le virus, et les chaînes d’approvisionnement sont vulnérables, ce qui a un effet particulièrement négatif sur les plus pauvres de la société.

Et, si l’on considère l’enquête des responsables norvégiens, on peut découvrir que les vaccins dits sûrs n’ont pas vraiment été suffisamment testés. Comme l’a dit Carl Sagan : « Nous vivons dans une société délicieusement dépendante de la science et de la technologie, dans laquelle presque personne ne sait rien de la science et de la technologie. » Contrairement à Hercule, nous sommes tous des consommateurs désarmés qui devons prendre ce qu’on nous donne.

Compte tenu de tout cela, plus les hydres de l’énergie nucléaire, l’expérimentation biologique (dont le Covid lui-même pourrait bien être une conséquence), la pollution, etc., nous devons nous demander : que peut-on faire à ce sujet ? Le mythe nous donne-t-il un indice ? La réponse est que oui, il le fait.

Hercule et l’Hydre, vers 1475, par Antonio del Pollaiuolo. Tempera sur bois. Galerie des Offices, Florence. (Domaine public)

Tempérer la science avec le divin

Nous devons mettre en place un héros (ou une héroïne) pour lutter contre ces hydres. Mais l’essence du héros est qu’il est semi-divin. C’est-à-dire que la résolution des problèmes humains est au moins à moitié une affaire spirituelle, car c’est ce que signifie le mot « divin ».

La science et la technologie à elles seules ne vont pas résoudre nos problèmes ; elles ne peuvent pas résoudre nos problèmes !

Le Traité du zen et de l’entretien des motocyclettes, une enquête sur les valeurs publié par Robert M. Pirsig, nous rappelle : « Ce qui ne va pas avec la technologie, c’est qu’elle n’est pas vraiment liée aux questions de l’esprit et du cœur. Elle fait donc des choses à l’aveuglette, dont les résultats s’avèrent affreux, tout à fait par accident, et elle se fait détester pour cela. »

De par sa nature même, la technologie est sans esprit. Mais Hercule ne l’est pas ; il est semi-divin et semi-humain. Et notez aussi qu’Hercule travaille avec un autre être humain, et qu’ils travaillent en équipe pour vaincre l’Hydre.

Dans son livre fascinant Future Hype : The Myths of Technology Change, Bob Seidensticker parle de « problèmes pernicieux », et c’est ce que j’appelle l’hydre. « Les problèmes pernicieux impliquent des relations complexes de cause à effet, des interactions humaines et des informations intrinsèquement incomplètes. Ils exigent des compromis. […] La différence entre quelque chose qui fonctionne en laboratoire, sur le papier ou dans la tête d’une personne et quelque chose qui fonctionne dans le monde réel et qui est pratique pour les personnes réelles, c’est ce qui caractérise les problèmes pernicieux, et seulement ce genre de problèmes. »

C’est donc la réintroduction de ce qui est humain et spirituel dans la lutte contre les problèmes de notre temps qui est essentielle ; ce n’est qu’ainsi que l’on pourra éviter d’autres hydres.

Mais malheureusement, il y a encore une autre Hydre à affronter dans le mythe. Même pour Hercule, il y avait une Hydre qu’il n’avait pas prévue.

Vous vous souviendrez qu’Hercule a également coupé la tête immortelle de l’Hydre et l’a enterrée. Mais avant de le faire, il s’est emparé d’une grande quantité de son venin empoisonné afin de rendre ses flèches mortelles. Le moindre frôlement tuerait tout être vivant. Il a tué beaucoup d’ennemis de cette façon.

Mais finalement, Hercule a été lui-même pris par la technologie. Le poison a été infusé dans une chemise que sa femme lui avait fournie par inadvertance, et il est mort à l’agonie. Même le grand Hercule n’a pas pu échapper à l’Hydre. Il aurait peut-être mieux valu pour lui d’enterrer la technologie plutôt que de penser qu’il pouvait l’utiliser à ses propres fins. Cela rappelle plutôt Le Seigneur des anneaux et l’anneau de pouvoir, qui a toujours trahi ceux qui cherchaient à le manier (à l’exception de son créateur, le Seigneur des Ténèbres).

Nous avons besoin de plus de héros, humains et divins, si nous voulons surmonter les problèmes auxquels le monde est actuellement confronté.

James Sale est un homme d’affaires anglais dont la société, Motivational Maps Ltd, est présente dans 14 pays. Il est l’auteur de plus de 40 ouvrages sur le management et l’éducation publiés par de grands éditeurs internationaux, dont Macmillan, Pearson et Routledge. En tant que poète, il a remporté le premier prix du concours 2017 de la Society of Classical Poets et s’est exprimé en juin 2019 lors du premier symposium du groupe qui s’est tenu au Princeton Club de New York.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ