L’hydroxychloroquine est largement utilisée dans le monde entier

Par Brian Giesbrecht
24 août 2020
Mis à jour: 25 août 2020

Les taux de mortalité dans les pays qui ont recours à l’hydroxychloroquine (HCQ) pour le traitement du Covid-19 semblent être dramatiquement inférieurs aux taux de mortalité dans les pays qui découragent l’utilisation de ce médicament.

Une nouvelle étude affirme que le taux de mortalité dans les pays qui ont utilisé l’HCQ à un stade précoce est inférieur de 77 % à celui des pays où le médicament n’a pas été utilisé (c19study.com).

Ce qui est surprenant dans cette constatation – si elle est exacte – c’est que les pays où l’HCQ a été largement utilisée sont pauvres par rapport aux pays qui ont pu se permettre d’adopter le modèle du « confinement ». Ces pays pauvres ne peuvent pas se permettre de dépenser autant d’argent que les pays qui ont adopté des mesures de confinement, où des entreprises ont été fermées et où des billions € ont été dépensés pour indemniser les travailleurs et les propriétaires d’entreprises.

Les pays qui ont adopté la HCQ ne peuvent pas non plus se permettre de financer des systèmes de soins de santé coûteux comme ceux dont disposent les pays riches. Si les conclusions de cette étude se confirment, ce sera une mise en accusation massive non seulement contre tous les opposants à l’HCQ, mais aussi contre les partisans de la mise en place des mesures de confinement.

Cela pourrait aussi signifier qu’une pilule coûtant quelques centimes permet de sauver des vies, alors que les montagnes d’argent consacrées aux mesures de confinement adoptées dans les pays riches n’y parviennent pas.

L’autre différence notable entre les pays qui ont adopté l’HCQ et ceux qui ont mis en place des mesures de confinement est que ces pays ne tentent pas d’empêcher les médecins de prescrire l’HCQ à leurs patients. Dans les pays concernés par ces mesures, les médecins sont découragés de le faire.

S’exprimer

Une analyse détaillée de l’étude c19 dépasse de loin les capacités de cet auteur. Le fait est que l’étude est actuellement attaquée par des scientifiques et d’autres experts – comme il se doit. Cependant, le fait est que de nombreux pays prétendent que l’HCQ fonctionne, et la vérité de cette affirmation est largement ignorée par des médias orientés et des politiciens égoïstes.

Cependant, des médecins chevronnés commencent maintenant à s’exprimer contre la campagne non officielle qui a manifestement pour but de discréditer tout médecin ou scientifique qui préconise l’utilisation de l’HCQ.

Récemment, Sten Vermund, doyen de la faculté de santé publique de l’université de Yale, a défendu le droit d’un collègue médecin confirmé à discuter ouvertement de son opinion selon laquelle l’HCQ fonctionne et que les médecins américains doivent être libres de prescrire un médicament qui pourrait sauver de nombreuses vies.

La croyance générale de ces médecins est que l’HCQ, en combinaison avec le zinc et l’azithromycine, devrait être utilisée le plus tôt possible dans le traitement de la maladie pour obtenir les meilleurs résultats. Il est clair que la campagne destinée à empêcher la prescription de la HCQ à leurs patients par les médecins qui croient en son efficacité commence à se fissurer.

Le médecin que le doyen défendait est l’épidémiologiste de Yale et professeur de santé publique Harvey Risch. M. Risch – auteur de 300 articles publiés – est un éminent professeur et épidémiologiste spécialisé dans le cancer. Il est apparu sur Fox News et a déclaré à Laura Ingraham, animatrice de l’émission Angle, que non seulement les médecins qui croient en l’utilisation de l’HCQ étaient traités injustement, mais que l’utilisation de ce médicament pourrait sauver entre 75 000 et 100 000 vies.

Pour son plaidoyer en faveur de l’HCQ, il a fait l’objet de critiques, et M. Vermund a défendu le droit de M. Risch de préconiser l’utilisation d’un traitement auquel il croyait.

Le cardiologue Ramin Oskoui est un autre médecin de haut rang qui a récemment pris la parole dans l’émission d’Ingraham. Il a décrit les résultats des conclusions de l’étude c19 sur Fox News le 5 août 2020. S’adressant à Ingraham, M. Oskoui a exhorté les responsables de la santé à abandonner leur opposition politique au médicament et à l’intégrer dans un programme de traitement qui pourrait potentiellement sauver de nombreuses vies et réduire les souffrances des personnes atteintes par la maladie.

Il est bien trop tôt pour déterminer comment cette étude particulière va tenir la route. Cependant, il est clair que les scientifiques et les médecins de nombreux pays croient suffisamment en l’efficacité du médicament pour l’intégrer à la fois dans la prévention et dans la phase de traitement précoce de leur programme de traitement contre le Covid-19.

Comment les pays utilisent l’HCQ

Il serait peut-être utile d’examiner brièvement comment certains de ces pays utilisent ce médicament. Voici une brève description des protocoles suivis par les pays qui font un usage intensif de l’HCQ, à la fois comme prophylaxie et comme traitement contre le Covid-19 dans ses premiers stades.

La Turquie est l’un de ces pays. Lorsqu’une personne présente des symptômes de la maladie en Turquie, on lui prescrit de faibles doses d’HCQ et on lui conseille de rester chez elle et de faire part de son évolution. Si la maladie progresse au point de nécessiter une hospitalisation, on lui prescrit alors des doses légèrement plus élevées d’HCQ, ainsi que d’autres traitements. Le taux de mortalité déclaré en Turquie est nettement inférieur à celui de pays tels que la Grande-Bretagne et les États-Unis, où l’utilisation de l’HCQ est découragée et donc pas ouvertement utilisée.

L’Inde utilise également beaucoup l’HCQ. Cela est facilité par le fait qu’une grande partie de l’offre mondiale de ce médicament provient de l’Inde et que, par conséquent, son utilisation y est particulièrement peu coûteuse. On pense que l’utilisation précoce de l’HCQ réduit le taux de mortalité de moitié. Les statistiques fournies par l’Inde semblent le confirmer. La police, les professionnels de la santé et les travailleurs de première ligne reçoivent l’HCQ à titre prophylactique, et les résultats sont très encourageants.

Israël a non seulement utilisé l’HCQ dans le traitement contre le Covid, mais l’a également fournie à ses amis. Par exemple, Israël a fait un don important d’HCQ au gouverneur de Floride, Ron DeSantis, qui a incorporé ce médicament dans le plan de traitement Covid de cet État. Il convient de noter que le taux de mortalité par le Covid en Floride reste bien inférieur à celui des États tels que New York, malgré l’importante population de personnes âgées que compte la Floride. On peut se demander si ce taux de mortalité plus faible est lié à l’utilisation par la Floride de ce médicament distribué gratuitement.

D’autres pays où l’utilisation de l’HCQ est encouragée, plutôt que découragée, affichent également des taux de mortalité nettement inférieurs. La Russie et la Corée du Sud en sont des exemples, mais il existe de nombreux pays, comme la Suisse, où ce médicament est utilisé discrètement.

En fait, la Suisse apporte une preuve solide que l’HCQ est efficace. Pour dire les choses simplement, lorsque l’étude défectueuse sur laquelle l’OMS s’est appuyée pour recommander la suspension de l’utilisation de l’HCQ, la Suisse a suivi ce conseil et a suspendu l’utilisation de l’HCQ. Lorsque l’étude défectueuse publiée par The Lancet a été retirée parce qu’elle était fausse, la Suisse a repris l’utilisation de l’HCQ. Pendant les quelques semaines où l’HCQ n’a pas été utilisée, le taux de mortalité a grimpé en flèche. Lorsque l’utilisation de l’HCQ a repris, le taux de mortalité a de nouveau baissé. C’est une preuve solide que ce médicament fonctionne.

Dans de nombreux pays, le médicament est disponible en vente libre, facilement abordable et sûr. Il est vendu de la même manière que les analgésiques courants.

Cependant, même dans les pays qui n’encouragent pas l’utilisation de l’HCQ, voire qui la découragent activement, le médicament est certainement utilisé. Aux États-Unis, par exemple, un nombre important de médecins défient le tabou de l’HCQ et prescrivent le médicament à leurs patients à la fois comme prophylaxie et comme traitement. Les éventuels avantages de l’HCQ pour sauver des vies (combinés à sa sécurité et à son faible coût) sont simplement considérés comme trop importants pour être ignorés. Le fait qu’elle ait été utilisée en toute sécurité par des millions de personnes pendant des décennies a convaincu de nombreux médecins qu’ils ne pouvaient pas, en bonne conscience, refuser le médicament à leurs patients.

On ne sait pas exactement combien de médecins dans le monde prescrivent ce médicament à leurs patients, que ce soit à titre prophylactique ou dans le cadre de leur traitement, mais on sait que le médicament est produit et vendu en très grandes quantités.

L’Allemagne, elle aussi, aurait fait un usage intensif de l’HCQ dans les tout premiers stades de la pandémie. Cela pourrait expliquer son taux de mortalité relativement faible lié au Covid. Le fait que l’énorme entreprise pharmaceutique allemande Bayer produise de l’HCQ en Allemagne a facilité l’utilisation de ce médicament par les Allemands. En fait, Bayer a fait don d’un million de doses d’HCQ aux États-Unis au plus fort de la pandémie.

L’Inde, le Brésil et l’Équateur ont tous rapporté que lorsque l’HCQ était administrée aux populations locales, le taux de mortalité chutait fortement. En France, 466 millions d’ordonnances ont été rédigées par des médecins pour ce médicament. Et la Russie a refusé de mettre fin à son recours systématique à l’HCQ, même lorsque l’étude de Lancet, qui a été démentie par la suite, a amené l’OMS à recommander un arrêt temporaire de toute utilisation de l’HCQ. L’HCQ reste un élément important du traitement Covid en Russie.

Le drame dans tout cela est peut-être que la plus forte opposition à l’utilisation de l’HCQ semble se trouver dans l’un des pays les plus gravement infectés : les États-Unis.

Alors que ce médicament est utilisé – apparemment avec succès – dans de nombreuses régions du monde, les politiciens, les médias grand public et les médias sociaux tels que Google (YouTube), Twitter et Facebook travaillent avec acharnement pour empêcher le public américain de se procurer ce médicament ou de l’utiliser. Ils semblent également travailler de concert avec les organisations médiatiques et les politiciens pour promouvoir une campagne de diffamation contre l’utilisation du médicament.

Pourquoi ?

La réponse est claire. Elle est en grande partie purement politique. Le président Donald Trump a déclaré être convaincu que ce médicament est efficace, et ses opposants ont donc décidé de le rendre inaccessible au public américain – quel que soit le coût en vies humaines.

Comme l’a récemment rapporté le Wall Street Journal, les résultats des tests HCQ sont encourageants, même s’il n’y a pas de réponse définitive pour le moment. La politique ne devrait jouer aucun rôle dans ce qui devrait être une décision purement médicale.

Tests impartiaux

Certaines autorités médicales craignent peut-être que l’utilisation à grande échelle de l’HCQ n’empêche les vaccinations à grande échelle qui seraient nécessaires pour atteindre l’immunité collective lorsque les vaccins seront disponibles. Mais ce n’est pas une bonne raison. L’HCQ pourrait s’avérer être un traitement beaucoup plus sûr et plus abordable. Des tests impartiaux devraient être entrepris pour répondre à cette question.

Ce test impartial et rigoureux est incroyablement important. Selon les termes du visionnaire Scott Adams, il est si important que nous devons « ronger les murs de béton » pour obtenir des réponses sûres. Et pourtant, les tests habituels sont effectués presque à contrecœur.

Et même les études approuvées par l’OMS qui sont entreprises ont presque l’air d’avoir été conçues pour échouer. Les deux principales études ont étudié des éléments erronés. Elles ont analysé les résultats de l’utilisation de doses massives d’HCQ aux stades avancés de la maladie. Aucun des pays utilisateurs d’HCQ ne l’administre de cette manière. Ils l’utilisent à la fois comme prophylactique et, en cas d’infection, au tout début de la maladie – en utilisant des doses modestes pour empêcher la maladie d’évoluer vers le stade où les poumons sont gravement atteints.

Aucun des pays utilisateurs d’HCQ ne l’administre à des doses dangereusement élevées comme celles utilisées dans les études négatives souvent citées. Les études rigoureuses auxquelles les grands médias insistent pour se référer lorsqu’ils dénoncent l’HCQ n’ont rien à voir avec la façon dont le médicament est réellement utilisé.

Il convient également de noter que les opposants qui parlent des dangers de la prise de ce médicament exagèrent grossièrement les dangers éventuels. Tous les médicaments ont des effets secondaires, mais l’HCQ a été utilisée en toute sécurité au cours des 65 dernières années. Des milliards de comprimés ont été consommés. Par exemple, tous les militaires qui se rendent dans des zones tropicales reçoivent régulièrement de l’HCQ pour se protéger contre la malaria. Les personnes souffrant de rhumatismes, d’arthrite et de lupus prennent ce médicament en toute sécurité depuis les années 1950.

En d’autres termes, les personnes en bonne santé peuvent tolérer ce médicament sans aucune complication. Les personnes souffrant de problèmes cardiaques ou d’autres problèmes similaires doivent consulter leur médecin pour prendre ce médicament, de la même manière qu’elles doivent consulter pour prendre de l’aspirine ou de l’ibuprofène. C’est un fait que l’HCQ est un médicament sûr et peu coûteux.

Enfin, pour les opposants qui affirment – à juste titre – qu’il n’existe aucune étude solide sur l’efficacité de l’HCQ, il convient de préciser qu’il en va de même pour d’autres médicaments et traitements qui s’avèrent efficaces dans le traitement des patients atteints du Covid.

Par exemple, il semble que, bien que le remdesivir tant vanté se soit avéré décevant, la dexaméthasone semble avoir été très efficace dans le traitement des patients hospitalisés pour le Covid. Le médicament n’a pas subi les tests rigoureux évalués par les pairs habituellement requis pour les médicaments expérimentaux, pour la simple raison que le coronavirus est nouveau et que le besoin est immédiat. Il est hypocrite d’exiger un test d’un ou deux ans pour l’HCQ alors que d’autres médicaments prometteurs sont utilisés – à juste titre – pour le traitement du Covid.

Et d’ailleurs, toute la « science » du confinement, en tant que stratégie de lutte contre le virus, n’a pas fait l’objet d’un examen scientifique normal. Le « confinement » est une toute nouvelle stratégie qui a littéralement été imaginée par un groupe de dirigeants en consultation avec divers « experts ». Le concept est apparemment issu d’un projet scientifique réalisé en 2006 dans un lycée.

Il s’agissait d’une stratégie – certains diraient une réaction de panique – qui a été très vite improvisée pour tenter de répondre à un nouveau virus qui menaçait de submerger les systèmes de santé. Elle a été décidée très rapidement, en grande partie en réponse au modèle du Collège impérial Neil Ferguson, aujourd’hui complètement discrédité, qui prédisait une mortalité considérable.

À l’heure actuelle, il n’y a absolument aucune « science » derrière le modèle de « confinement », car il n’a jamais été utilisé auparavant dans l’histoire de l’humanité. Si le modèle du confinement avait nécessité une période d’étude d’un an avant de pouvoir être utilisé, il n’aurait jamais été mis en œuvre – ce qui aurait pu être une bonne chose.

Même s’il s’avère que l’HCQ n’était pas efficace, il devrait nous sembler étrange que les pays pauvres qui ne pouvaient pas se permettre d’utiliser le modèle de confinement – fermer les entreprises, renvoyer les employés chez eux et envoyer de l’argent à tout le monde – aient des taux de mortalité bien plus bas que les pays riches qui ont adopté toutes ces mesures. De nombreux livres seront écrits à ce sujet. Mais c’est pour l’avenir.

À un moment donné, il y aura des résultats de tests qui prouveront de manière concluante que l’HCQ fonctionne ou non. Si le résultat est que le médicament ne fonctionne pas, les gens auront gaspillé les quelques euros que le médicament coûte – c’est vraiment le seul inconvénient. S’il s’avère que le médicament fonctionne – comme M. Risch et beaucoup d’autres le croient – il sera clair que des milliers de vies auraient pu être sauvées grâce à son utilisation précoce. Les poursuites judiciaires commenceront.

Nous devrions tirer les leçons des pays qui ont utilisé ce médicament. On ne peut plus ignorer la chute spectaculaire des taux de mortalité qui s’est produite après le début du traitement HCQ dans des pays comme l’Inde, le Brésil et l’Équateur. Agir de la sorte et continuer à interférer avec le droit des médecins à prescrire l’HCQ à leurs patients est imprudent et immoral.

Brian Giesbrecht est un juge à la retraite et un chercheur confirmé du Centre Frontière pour la politique publique.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ