Limiter la transpiration excessive

3 octobre 2014
Mis à jour: 29 octobre 2017

Selon les statistiques médicales, la transpiration excessive ou hyperhidrose est un problème qui touche 20% de la population mondiale. Bien que ce ne soit pas une menace grave, elle peut toutefois compliquer, voire handicaper la vie sociale.

La transpiration est une réaction normale, elle survient souvent lorsque la température extérieure est élevée, quand on pratique des exercices physiques ou encore lorsque l’on éprouve de l’anxiété ou du stress.

Une maladie ou un état d’équilibre physiologique?

Une transpiration excessive peut indiquer la présence d’une maladie. Le plus souvent, elle peut être provoquée par une pathologie du système endocrinien, une perturbation du système nerveux, des problèmes de métabolisme, la tuberculose ou une tumeur maligne.

Dans la plupart des cas, l’hyperhidrose locale est simplement une caractéristique de l’organisme. Elle est située sous les aisselles, les mains et les pieds. Mais une transpiration excessive peut aussi provoquer des maladies cutanées sous forme de dermatites, d’infections fongiques, voire d’eczéma. Par conséquent, lutter contre ce phénomène est nécessaire, non seulement  pour des raisons esthétiques mais aussi pour prévenir ces maladies.

Que peut-on faire?

Adopter une bonne hygiène de vie.

90% de la transpiration est constituée d’eau. Elle n’a donc naturellement pas d’odeur. Les odeurs désagréables sont dues à des bactéries. Par conséquent, se doucher deux ou trois fois par jour est souvent suffisant pour se débarrasser de l’odeur. L’utilisation de l’eau froide peut être très utile, car elle resserre les pores, tonifie la peau, rafraîchit et réduit la transpiration. Pour réduire l’intensité des sécrétions sudoripares, on peut également s’épiler sous les aisselles.

Utiliser à bon escient les déodorants et les antisudorifiques.

Aujourd’hui, les étals des magasins regorgent de ces articles. On oublie souvent que les déodorants et les antisudorifiques ne sont pas la même chose. Leur principe de fonctionnement est fondamentalement différent. Les déodorants aident à se débarrasser des bactéries et luttent contre l’odeur. Leur utilisation pour l’hyperhidrose est simplement nécessaire pour prévenir les maladies de la peau, mais ils n’ont pas d’effet sur l’intensité de la transpiration, contrairement aux antisudorifiques qui sont fortement critiqués par les professionnels de la santé. Leur argument est que les antisudorifiques sont composés de produits chimiques nuisibles qui obstruent les conduits des glandes sudoripares, risquant d’entraîner des inflammations.  Conclusion: il vaut mieux utiliser ces outils antisudorifiques aussi peu que possible et les appliquer sur de petites zones du corps.

Adapter sa garde-robe

La règle de base pour les personnes souffrant d’hyperhidrose est de porter des vêtements fabriqués à partir de tissus naturels car les matières synthétiques ne laissent pas la peau respirer librement, majorant ainsi la transpiration.

La même règle doit être appliquée lors du choix des chaussures. Il est également important de prendre la bonne taille. Des chaussures trop serrées, comme les vêtements, favorisent la transpiration.

Revoir son régime alimentaire.

L’alimentation a un impact important sur la sécrétion de la transpiration ainsi que son odeur. Cela a été confirmé scientifiquement depuis longtemps. Des produits comme la moutarde, le raifort, les oignons, etc. non seulement stimulent la transpiration mais lui donnent aussi une odeur nauséabonde. Les piments, les épices, les boissons alcoolisées et le café devraient être exclus de l’alimentation pour réduire les mauvaises odeurs.

Quelques recettes de médecine traditionnelle.

Pour la paume des mains, préparer une solution faible en sel – une cuillère à café de sel pour 1 litre d’eau – et garder la solution dans la paume de la main pendant 10 minutes.

Pour les pieds, faire un bain de pieds en utilisant la préparation suivante. Porter à ébullition de l’eau et verser de l’écorce de chêne hachée dans un rapport de 1/10 et faire bouillir pendant environ 20 minutes. Il est aussi possible d’utiliser une infusion de feuilles de laurier (7 feuilles dans un litre d’eau bouillante). Laisser infuser pendant une heure.

Lorsque la transpiration excessive touche tout le corps, l’écorce de chêne convient également. Dans ce cas, la préparation de la solution est plus concentrée (rapport de 1/7) et versée dans le bain. Finir la douche ou le bain par une douche froide.

Du côté des techniques modernes.

L’électrophorèse consiste à exposer les zones à problème à un faible courant électrique. Les impulsions inhibent l’activité des glandes sudoripares. Après le traitement, il y a une réduction notable de la transpiration. La durée de l’effet est de 4 à 6 semaines. L’inconvénient de cette méthode est l’apparition de démangeaisons et parfois de brûlures.

L’injection de Botox ou Dysport réduit la transpiration en bloquant l’activité musculaire qui stimule les glandes sudoripares. Il s’agit d’injections intradermiques. L’effet apparaît après 48 à 70 heures et dure entre six mois à un an. Le Dysport est une nouvelle déclinaison du Botox.

L’intervention chirurgicale est une autre solution qui consiste à ôter les glandes sudoripares avec le tissu graisseux sous-cutané grâce à une petite perforation dans l’aisselle. La deuxième option est de pincer le nerf transmettant les signaux du cerveau qui stimulent la transpiration.

RECOMMANDÉ