L’infectiologue Eric Caumes s’inquiète de l’augmentation « vertigineuse » des dépressions, conséquence du confinement

Par Emmanuelle Bourdy
18 novembre 2020
Mis à jour: 18 novembre 2020

Eric Caumes, chef du Service des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, tire la sonnette d’alarme concernant le moral des Français, au plus bas. En effet, les citoyens, de plus en plus privés de leurs libertés fondamentales, développent de façon exponentielle des troubles dépressifs.

Eric Caumes était l’invité de BFMTV ce dimanche soir. Il s’est dit inquiet du moral des Français, qui chute dangereusement, en raison des conséquences de la politique sanitaire imposée par le gouvernement. « On ne peut pas s’arrêter de vivre », a-t-il déclaré. Car Eric Caumes considère que « perdre son travail ou sentir que l’on plonge dans la précarité » peut entraîner « des conséquences sociales et sanitaires » désastreuses.

Effectivement, les chiffres le montrent, « le taux de dépression est en train d’augmenter de manière vertigineuse dans la population générale, il est passé de 10 % fin septembre à 21 % début novembre. Il a doublé en six semaines », annonce l’infectiologue.

Le médecin a d’ailleurs rappelé que l’OMS (Organisation mondiale de la santé) stipule que la santé passe par le « bien-être global » des citoyens, conjuguant le bien-être physique, moral et spirituel.

Dans les colonnes du Parisien – qui a pu accéder à l’hôpital nord-parisien Robert-Debré, l’un des plus grands hôpitaux pour enfants et adolescents de France – le nombre d’hospitalisations pour idées suicidaires a doublé également. Le confinement a provoqué un nombre croissant de dépressions et de crises d’angoisses. Les jeunes patients ne trouvent plus de sens à leur vie, ils n’ont plus de rêves, une perte de repères et ne croient plus en leur avenir, devenu pour eux de plus en plus incertain.

Pour changer cette tendance, Eric Caumes se dit favorable à la réouverture des petits commerces, des lieux de culte, dans la mesure où les gestes barrières seront scrupuleusement respectés. Selon lui, « à partir du moment où l’on respecte le port du masque et la distanciation physique, on peut quasiment tout se permettre ». Il ajoute que le problème apparaît lorsque « tombe le masque dans des lieux clos, avec une distance avec les autres qui n’est pas respectée ».

Quant à la question des fêtes de fin d’année, Eric Caumes pense que « les Français pourront passer des vacances en famille restreinte », le nombre de convives devrait être de dix tout au plus.

L’infectiologue préconise par ailleurs un déconfinement progressif, en optant pour un passage « du confinement au couvre-feu ».

FOCUS SUR LA CHINE – Destruction de temples par le régime communiste

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ